A la rencontre de MF, bénévole de longue date, qui témoigne sur ce qu’est pour elle le bénévolat chez RdC


« Si je devais schématiser Rencontre des
Continents, je verrais une table pleine de bonnes choses bio,
naturelles, équilibrées dans un cadre très festif (...mais zen) en
pleine campagne entourée de champs et de fleurs ! »


Chez RdC, Marie-Françoise ou M-F, est investie dans le cercle « Ô Tac
Et ! » (Espaces de Sensibilisation) depuis une petite dizaine d’années.
Ce qui la motive c’est de donner des coups de main sur les événements de
sensibilisation, d’animer des ateliers pâtés végé, d’être en contact
direct avec les gens pour sensibiliser… en bref, être dans le concret. « Ce
qui est chouette c’est que tu aides à préparer, tu poses des questions,
tu apprends plein de choses, tu assistes à des débats et puis tu
prépares des pâtés végé ensemble. Il y a ce côté très familial chez RdC
qui me plaît beaucoup ! »


Au début, le lien entre le Nord et le Sud était fort présent, ce qui
l’intéressait beaucoup. Maintenant ce lien n’est plus mis en pratique de
la même manière, mais la relation est toujours présente dans
l’apprentissage des répercussions que nos actes d’ici peuvent avoir
là-bas. « Rencontre des Continents est
ouvert sur plein de choses et n’est pas canalisé sur un seul sujet, ça
développe l’envie de changer et de vouloir quelque chose de meilleur
pour notre société. »


Marie-Françoise est, par sa nature, attentive au bien-être qu’on peut
apporter aux autres et qu’on peut également recevoir en donnant. C’est
sans doute pour cela qu’elle a travaillé en tant qu’infirmière sociale.
M-F, c’est aussi la maman de Seb qui travaille chez RdC. C’est
d’ailleurs lui qui l’a invité à s’investir dans l’association pour
donner des coups de main. Marie-Françoise a par la suite suivi deux
formations du jeu de la ficelle et une formation pâté végé.


Également bénévole pour l’École des devoirs du CIFA, au SCI dans le
groupe Amérique Latine et dans l’asbl « Frontière de vie », elle est
responsable des instances de sensibilisation contre les géants du
pétrole à Bruxelles. En plus de cela, Marie-Françoise aide volontiers
les personnes en difficultés et isolées ce qui est certainement lié à sa
profession. Aujourd’hui grand-mère super active, M-F est moins flexible
mais elle est toujours investie dans les missions de RdC quand elle le
peut.

Bénévole convaincue, M-F tente parfois de sensibiliser des personnes qui n’en ont rien à faire. « C’est tout de même important car le déclic peut toujours se faire plus tard. » C’est cette vision d’essaimer des petites graines partout et leur laisser le temps de germer.Retour ligne manuel

Ayant vécu à la campagne dans sa jeunesse, Marie-Françoise a toujours
été sensible au respect de l’environnement et de la nature, mais cela a
été plus loin avec RdC. « Ça a changé ma
manière de vivre, ma manière d’être et de réfléchir par rapport au monde
en général. On ne peut pas faire autrement que changer. C’était un peu
bouleversant de se dire qu’une association pouvait apporter autant de
changements dans sa vie, mais j’en suis heureuse et tout à fait en
accord avec cela. »