A la rencontre de Samantha, bénévole engagée depuis longtemps dans le cercle des animateurs cuisine bénévoles "Maïté", qui témoigne de son engagement pour le collectif RdC


 


« L’alimentation durable pour moi, c’est une cohérence entre ma santé, la santé de la planète et la santé des humains. »
Samantha a vécu en Chine pendant 13 ans et est rentrée en Belgique à
l’âge de 26 ans car elle avait l’envie de travailler dans le secteur
associatif. Les ONG étant illégales dans ce pays, elle a décidé de
revenir en Belgique pour cette raison.


« J’étais assez sensibilisée et
intéressée par toutes les problématiques environnementales et du coup je
suis arrivée chez Rencontre des Continents comme ça en cherchant sur
internet. J’ai suivi le cycle court qui m’a vraiment convaincue et assez
rapidement j’ai proposé d’être bénévole. »
Au début
Samantha était surtout bénévole présente sur les événements de
sensibilisation, active de manière ponctuelle. Elle a tenu des stands au
salon Valériane, à la fête de l’environnement et bien d’autres. Après
un voyage de six mois en Amérique Latine avec son compagnon, elle a
envie d’une chose, c’est travailler chez Rencontre des Continents. Elle
leur propose donc de travailler bénévolement en 4/5e dans l’idée de
chercher des financements pour se créer un poste. Très vite, Samantha a
envie de voir un peu plus du terrain, elle assiste alors Astrid sur le
projet "Maître Cuisinier" au GAFFI et dans les autres associations. RdC
lui fait vite confiance et comme il y avait beaucoup de demandes, ils
l’ont lancée seule sur des animations. « Ça
m’a vachement aidé dans ma vie personnelle et professionnelle. C’était
vraiment super chouette parce qu’ils m’ont assez rapidement fait
confiance et entièrement. »
Après environ six mois de
bénévolat, une offre se concrétise chez Bouillon de Culture. « J’ai été
engagée en tant qu’animatrice alimentation durable et là je sentais une
légitimité que je n’aurais pas eue avant de faire ce passage chez RdC
donc c’était ma petite formation avant que les formations de Mahé ou
d’Astrid n’existent. »


A partir de ce moment-là, ce nouveau poste lui laisse moins de temps
pour RdC mais elle s’implique dans la réflexion générale autour de la
structure du collectif ainsi que dans le cercle Maïté, le cercle qui
s’occupe des cycles de cuisine.
« Je trouve que ce fonctionnement en cercle c’est vraiment chouette
parce que je vois déjà à quel point plus de travail est fait et aussi il
y a une confiance énorme qui est mise chez les bénévoles. Je pense que
c’est ça qui est intéressant, c’est un vrai espace d’expérimentation. Il
y a moyen de faire plein de choses et avec une liberté hyper
importante ! »


Aujourd’hui, Samantha a plutôt envie de s’orienter vers la gestion des bénévoles. « A
Bouillon de Culture, je coordonne une équipe de 12 animateurs en Alpha
dont 2 sont employés et tous les autres sont bénévoles. Du coup, j’ai
appris vachement de choses sur comment travailler avec les bénévoles.
L’activité est différente chez RdC mais ça m’intéresse vraiment de voir
et de réfléchir avec d’autres personnes sur comment pérenniser, garder
les bénévoles, bien les accueillir, etc. Il faut dénouer cela et on a
plein de pistes de réflexion... »


« Je trouve que ce qui est
vraiment chouette avec RdC c’est que l’alimentation durable est plus une
porte d’entrée pour parler d’autre chose finalement. Aujourd’hui ce qui
m’intéresse chez RdC c’est ce fonctionnement en collectif et tout ce
travail autour de la convivialité. »
En effet, ce que
RdC lui apporte principalement ce sont des grands moments de
convivialité. Malgré le fait qu’elle soit moins présente actuellement,
elle est toujours heureuse de participer aux moments collectifs et elle a
réellement créé des amitiés au cours de ces années d’implication. De
plus, Samantha a toujours le
sentiment d’apprendre quelque chose que ce soit au niveau humain,
théorique ou des techniques culinaires. Elle est dans l’apprentissage
constant et dans la réflexion.
C’est aussi un peu une fierté pour Samantha d’être bénévole chez RdC. « De
ce que j’entends des gens autour de moi qui sont aussi bénévoles, c’est
vraiment gratifiant d’être bénévole chez RdC et du coup je me dis que
c’est important que l’équipe l’entende. Je ne sais pas si ils
l’entendent toujours, ils sont dans l’administratif au quotidien. Je
pense que les bénévoles sont vraiment heureux et fiers de faire partie
d’un collectif comme ça ! »


Au final, comment est-ce que tu décrirais Rencontre des Continents ? « Pour
moi, RdC c’est une petite barque sur laquelle il y a plein de gens qui
montent, qui descendent, qui font naviguer le bateau vers des eaux
différentes...mais toujours dans une démarche très ouverte et très
accueillante. Ils contaminent beaucoup de choses et de gens sur leur
passage. D’une certaine manière, ils arrivent à essaimer des petites
graines de joie et de positivité un peu partout. »