Des Soulèvements de la terre aux luttes écologiques et syndicales ; il y a Clabecq ? Ciné-débat à partir de la lutte de Clabecq

Usine sidérurgique walonne, les Forges de Clabecq font faillite en 1997.
S’engage alors un conflit social entre les travailleur.euses qui
veulent conserver leur emploi et la Région Walonne qui, à ce moment-là,
dirige les Forges.

Les combis de gendarmes de l’époque retournés par les travailleurs au volant de
bulldozer et les 70 000 personnes qui marchent pour l’emploi à Clabecq
ont marqué les esprits.

Pendant 25 ans, les travailleur·euses de Clabecq ont construit une
force solidaire pour lutter contre les restructurations et les mauvaises
conditions de travail. Le processus de désindustrialisation de la
Wallonie, dont les Forges de Clabecq ont fait les frais, a causé la mise
aux chômage d’une grande partie de sa population. Ce passé industriel a
aussi impliqué une pollution importante des sols, de l’eau de l’air.

Y-a-t-il une contradiction à lutter pour l’emploi quand ces emplois détruisent les moyens de subsistance  ?
En tant que lutte qui s’est donnée des perspectives anti-capitalistes,
la lutte de Clabecq montre bien que non, puisqu’il s’agit non pas de
défendre un modèle pollueur, mais bien de s’unir contre le mode de
production capitaliste qui détruit nos conditions d’existence.

Pour entretenir la mémoire de cette lutte et ouvrir une discussion sur les
liens entre lutte des classes et luttes écologistes nous vous donnons RDV le 7 mai au DK pour une soirée débat et projections.

Voir en ligne : facebook

7 mai

juin 2024 :

mai 2024 | juillet 2024

Inscription à la liste de diffusion
    • Liste de la newsletter