Du bio, pas cher, dans les quartiers populaires Par Reporterre


Article à retrouver sur : 
https://reporterre.net/Du-bio-pas-cher-dans-les-quartiers-populaires-le-pari-de-l-association-Vrac 
(Source)





 


   Dans treize quartiers populaires lyonnais, l’association Vrac lutte contre la précarité alimentaire. Plusieurs groupements d’achats, fonctionnant comme des Amap, permettent aux habitants d’acheter des produits issus de l’agriculture paysanne et biologique à prix coutant.


 


Entre les murs du Centre social de la Sauvegarde, au cœur du quartier de La Duchère se tient un singulier marché. Sur des nappes tout juste dressées, des balances électroniques aux écrans verts s’alignent aux côtés de sacs d’amandes, de farine, et de lentilles, produits tous issus d’agriculture biologique. Des bidons d’huiles d’olive et de lessives sont serrés contre des bouteilles de jus de pomme locaux. Alors que l’après-midi débute doucement en ce milieu de semaine, une vingtaine d’habitantes du quartier sont déjà présentes pour récupérer leurs commandes auprès de cette permanence éphémère de l’association Vrac (acronyme de Vers un réseau d’achat commun).
Devant l’un des étals, Janique, résidente du quartier, jette un regard gourmand sur un sac de dattes. « Ça me rappelle mon enfance à Tunis », murmure-t-elle avec un sourire. Derrière l’éventaire, Monique, qui arbore une grisaille de cheveux et des lunettes en écaille de tortue, lui demande : « Vous avez fait une commande ? Sinon ça peut manquer à quelqu’un d’autre. » Janique opine : « Oui, 200 grammes », répond-elle après avoir consulté sa fiche. Ici, chacun a sa liste de courses à la main, comportant les détails de sa commande, les quantités et les prix, et coche les articles au fil des pesées.


 

Des fromages de chèvre achetés auprès d’un éleveur de la région.


Le centre social n’a pourtant rien d’une épicerie, et les personnes à l’origine de cette initiative n’ont pas l’esprit marchand : tous les produits sont vendus à prix coûtant. Lancée en 2013 dans trois quartiers populaires lyonnais, l’association Vrac s’était donnée pour objectif de lutter contre la précarité alimentaire en donnant accès à ses habitants à des aliments de qualité issus de l’agriculture paysanne, biologique et équitable à des prix plus abordables que ceux des grandes surfaces ou des magasins spécialisées.



Appuyé par la fondation Abbé Pierre et soutenu par un bailleur social, Vrac a depuis bien grandi : « Des trois groupements de départ à La Duchère, au Mas du Taureau à Vaulx-en-Velin, et aux Minguettes à Vénissieux, nous en sommes aujourd’hui à treize sur Lyon », dit Boris Tavernier, l’un des initiateurs du projet et directeur de Vrac. Le travail de l’association a d’ailleurs fait des émules : au fil des ans, d’autres groupements d’achats ont éclos en périphérie de Paris et à Strasbourg, Bordeaux, Toulouse… De nouveaux projets sont en développement à Nantes et Lille.
« Nous organisons aussi des permanences physiques dans les centres sociaux, car beaucoup de personnes sont éloignées du numérique »


 


« Nous avons un fonctionnement similaire à celui d’une Amap [une association pour le maintien d’une agriculture paysanne ou une association pour le maintien d’une agriculture de proximité] », explique Matthieu, en service civique auprès de Vrac. Les doigts sur le clavier de son ordinateur, le jeune homme montre le fonctionnement du site internet de Vrac. « Tu choisis sur le site cagette.net les articles et la quantité dont tu as besoin, et tu les commandes. » Une solution simple, mais pas adaptée à tous : « Nous organisons aussi des permanences physiques dans les centres sociaux, car beaucoup de personnes sont encore éloignées du numérique. Et une semaine par mois, nous montons des épiceries éphémères dans les centres sociaux pour tout distribuer. » Quant au cœur de cible de cette initiative, il s’agit « principalement des retraités, de mères de famille, généralement dans la trentaine, parfois seules. Nous avons la volonté de toucher ce public : on ne touche pas les jeunes travailleurs en choisissant de faire la distribution en milieu d’après-midi en semaine », dit Élisa de Vrac.



 


   Tout au long de l’après-midi, ce sont surtout des femmes qui sont passées récupérer leurs commandes. « Je viens surtout pour l’huile d’olive et le chocolat, et en plus là je vais pouvoir faire des gâteaux pour Noël avec », sourit Sylvie, une mère de famille du quartier. « Moi c’est la qualité qui m’attire, les produits ne sont pas chers, et ça ne fait pas de mal à mes enfants de grignoter des fruits sains plutôt que des bêtises industrielles », renchérit Inès en pesant des dattes.
Pour obtenir des prix inférieurs à ceux du marché, la solution réside dans la logistique, selon Boris : « Il faut travailler en direct avec le producteur, sans intermédiaire, et en gros volume. » Pour des raisons d’hygiène et de stockage, l’association ne fournit pas d’aliments trop vite périssables dont de nombreux fruits et légumes, ce qui bride l’accès à certaines denrées très demandées. Pour autant, le catalogue de Vrac reste riche : « Nous avons une centaine de références, énumère Boris, ça va de la farine, aux fruits secs, des compotes aux légumineuses : pois chiches, haricots rouges, pâtes… On a aussi du fromage qui est livré en camion froid par les producteurs. »
Anomalie dans ce paysage bio, deux cartons emplis de papillotes attirent les coups d’œils gourmands. « C’est pour les fêtes de fin d’année, indique Boris, elles ne sont pas biologiques, mais elles viennent de la Loire. » Ici, les délices chocolatés sont écoulés à 11,5 euros le kilo, pour 15 à 20 euros en grande surface, preuve des économies réalisées pour les adhérents.


Pour les fêtes de fin d’années, Vrac s’est procuré des papillotes à prix réduit.


  Boris Tavernier reste cependant lucide sur les limites de Vrac : toutes les denrées ne proviennent pas de circuits courts, ou même de producteurs français. « Quand tu travailles sur des produits secs, tu ne peux pas voir des milliers de produits en circuit court. Notre huile d’olive vient de Catalogne. C’est un producteur en direct, mais il est de l’autre côté de la frontière. Le café et le chocolat viennent d’Amérique du Sud... On est obligé de faire confiance à un label qui nous a raconté la manière dont il travaille avec les producteurs sur place… » D’autres problèmes viennent parfois également enrayer la machine de Vrac. Les inexactitudes dans les commandes ou dans les quantités livrées ne sont pas rares. « Nous ne sommes pas un supermarché, il peut y avoir des erreurs, de notre côté ou de celui des adhérents, défend Élisa, c’est un groupement d’achat, pas un supermarché en mesure de gérer des gros stocks. »



Mais comment s’assurer que les résidents des quartiers se soient réellement appropriés ces circuits d’alimentation, comme le promet l’association ? « Vrac est en appui, mais l’impulsion qu’on veut donner, c’est que ce soit les habitants qui soient en charge », répond Joachim, chargé de mission chez Vrac. « Sur les treize groupements de Lyon, cinq sont complètement autonomes, dit Boris, mais pour les groupements historiques, c’est impossible d’en partir. Ils ne s’autonomiseront pas : il y a un lien trop fort qui s’est créé entre nous. » Concernant les antennes créées ailleurs en France, l’association a choisi de valoriser l’ancrage territorial et de laisser le soin aux acteurs locaux de prendre en main les nouveaux groupements d’achats.

Pour faciliter les achats, les commandes sont regroupées sur le site internet de cagette.net.


  Si l’inscription est gratuite, les membres de Vrac espèrent néanmoins un investissement en temps de la part des bénévoles qui signent la charte de l’adhérent. « Sur 1.200 familles participantes à Lyon, nous avons 130 bénévoles hyperactifs, estime Boris. Sur chaque groupement, tu as une dizaine de personnes qui participent aux prises de commandes, aux distributions, pour aller présenter l’association à des collectivités ou des entreprises... »

Le tour de la ferme a permis «  de voir d’où viennent les aliments et de créer du lien entre producteurs et consommateurs  »


  Pour renforcer encore ce lien, Vrac tente régulièrement de briser la distance entre le champ et l’assiette : « J’ai été voir notre producteur de fromage de chèvre avec les volontaires de Vaulx-en-Velin, à la ferme Chasse-Nuage à 40 minutes de Lyon, dit Matthieu. Le producteur nous a fait faire le tour de la ferme et a pris le temps de discuter avec les bénévoles autour d’un pique-nique. Ça permet de montrer d’où viennent les aliments et de créer du lien entre les producteurs et les consommateurs. »

Au Centre social de la sauvegarde, Quartier de La Duchère, Lyon 9e.


  Ce rapprochement s’est également tissé au sein des collèges des quartiers, où Vrac s’est joint au projet Marguerite, un réseau d’enseignants et de chercheurs souhaitant mettre en action une éducation agri-alimentaire. Ensemble, ils ont élaboré un programme auquel ont participé 125 collégiens scolarisés dans le quartier de Vénissieux (Lyon, 9e). « Toute l’année, les élèves ont travaillé sur des questions d’alimentation, de circuits courts... Ils ont fait un potager dans leur collège, ont rencontré des producteurs, des horticulteurs, et des membres de l’Institut Paul Bocuse », se souvient Myriam Laval, professeur d’histoire-géo et co-fondatrice du réseau Marguerite.



Le programme a culminé lors du concours de cuisine des Vénichefs où les élèves ont fait goûter leurs créations aux papilles des cuisiniers étoilés composant le jury. Avec une contrainte supplémentaire et symbolique : composer des plats végétariens. « La viande, c’est un marqueur social, explique Boris, mais si c’est un chef étoilé qui te dit qu’il va mettre ton plat végétarien à la carte de son restaurant, ça te fait changer de mentalité. Tu peux montrer que tu as un plat qui est bon, beau, et moins cher pour le porte-monnaie. »


 

Par Reporterre

août 2020 :

juillet 2020 | septembre 2020

Inscription à la liste de diffusion
    • Liste de la newsletter