Invitation à brancher la machine révolutionnaire Lecture de Virginie Despentes - Séminaire Paul B. Depreciado


Pour cette pépite, nous vous proposons la découverte d’un texte écrit par Virginie Despentes, écrivaine et réalisatrice française. Ce texte a été lu par l’auteure lors d’un séminaire, public et performatif, organisé par Paul B. Preciado intitulé «  Une nouvelle histoire de la sexualité ». Bousculé par la pandémie, il se transforme en un « cluster révolutionnaire” : une narration chorale qui fera appel à une multiplicité de voix et de corps politiquement actifs sur les questions patriarcales et coloniales de la société. 


 



 


 


Paul B. Preciado explique son projet de séminaire : “La gestion du virus a provoqué non seulement une crise sanitaire et économique, mais aussi une crise politique et esthétique […] Il s’agit maintenant de faire appel à une multiplicité de voix et de corps politiquement actifs, dans l’écriture, la philosophie, en cinéma, en danse, en art contemporain, en théâtre, en musique… qui participent au démantèlement de l’infrastructure patriarcale et coloniale de la société. Mon hypothèse de travail est que nous avons besoin de dépasser la logique de la politique d’identité qui ne nous interpelle qu’en tant que femmes, en tant qu’homosexuels, en tant que transsexuel(e)s, en tant que noir(e)s, en tant que prolétaires, en tant qu’handicapé(e)s, selon la taxonomie de la modernité coloniale… qui nous essentialise et nous atomise et commencer à construire un projet révolutionnaire de transformation anti-patriarcale, antiraciste et d’écologie politique radicale.


 


La lecture du texte de Virginie Despentes s’insère dans une partie du séminaire intitulé “Brancher la machine révolutionnaire”. En ces temps où nous “habitons le trouble” (cf.Habiter le trouble de Donna Haraway), nous avons aimé son texte situé au travers de son expérience en tant que femme blanche avec un certain statut de notoriété. D’une manière juste, avec un vocabulaire cru, vif et percutant Virginies Despentes nous invite à pénétrer dans les méandres, la complexité, les noirceurs mais aussi les espoirs de de cette époque particulière qui est la nôtre. 


 


Quand nous dirons ‘révolution’ je veux me souvenir que je ne suis pas isolée de toi et tu n’es pas protégée de moi. On peut lever des murs, jeter des filets dans la mer, multiplier les frontières et les procédures pour les traverser, à la fin c’est inepte. Ta réalité traverse la mienne, ma réalité pèse sur toi, les frontières fixes sont toxiques et ne servent à rien. Ce qui est immuable c’est que tout se traverse. Ce qui ne veut toujours pas dire que tout se vaut.Virginie Despentes


 


Notre engagement d’éducation à RdC consiste également à être curieux.se d’autres manières de voir et de penser le monde en dehors des seuls logiques de marché, de la compétitivité et de ce “toujours plus”. Nous avons été touché.es par son texte et par la complexité qu’elle nous donne à écouter et ressentir. Finalement, ce texte arbore en filigrane toutes les dimensions d’éducation qui nous sont chères : construire une réflexion, accroître le domaine du sensible, construire du sens, apprendre à faire collectif et construire d’autres récits... et bien plus encore que nous vous invitons à découvrir via les deux liens ci-dessous :


 


la lecture à écouter ici  :


https://soundcloud.com/dali_z/lecture-despentes-seminaire-paul-b-preciado


 


ou à regarder ici : https://www.youtube.com/watch?v=oW4OC42Bzxo&fbclid=IwAR06cxH15LPLc4KU4p6H2RnIiRo3mbV9XovQwjLpbjbfcHEy4GThe5PtrEk


 


le texte retranscrit en entier via ce lien :


 


https://drive.google.com/file/d/1bsJnNfZ4Jh7qPgr0k_jCIih6CVh8V2lO/view?fbclid=IwAR0MG9VX_jxgRb_35a8tSoTRQridq_k-Xf1erniuFoXoHDSyt-hslWsAkxk

Lecture de Virginie Despentes

novembre 2020 :

octobre 2020 | décembre 2020

Inscription à la liste de diffusion
    • Liste de la newsletter