Le monde sans fin


Note de lecture de l’équipe de RdC : bien que nous ayons jugé cette bande dessinée intéressante pour vous en faire une présentation, un de ses auteurs - JM Jancovici - est aussi un personnage dont les réflexions nécessitent qu’on les recontextualise en lien avec la vision du monde de cet "expert". On vous invite donc à un regard critique et à lire en parallèle, cette enquête qu’on vous remet en bas d’article : "Qui est Jean-Marc Jancovici ? L’enquête de Reporterre.
Polytechnicien au franc-parler et brillant vulgarisateur, Jean-Marc Jancovici est adulé par certains autant qu’il agace nombre d’experts. Dans une enquête en trois volets, Reporterre fait le portrait de ce défenseur du nucléaire, et analyse sa rhétorique et sa vision du monde. 


==========================


Coup de coeur de Louise


Cette bande dessinée publiées aux éditions Dargaud est le fruit de deux ans de travail et d’échanges entre Christophe Blain et Jean-Marc Jancovici dans laquelle l’art et les sciences s’y font complices grâce aux talents et aux connaissances des deux auteurs, pointures chacun dans leur domaine. 



Christophe Blain est l’un des rares auteurs de bandes dessinées à avoir obtenu deux fois le prix du meilleur album du festival d’Angoulême. Il le remporte en 2002 pour Les Amériques (premier volume d’Isaac le pirate) et en 2013 pour Chroniques diplomatiques (deuxième volume de Quai d’Orsay)



Jean-Marc Jancovici quand à lui est expert des questions énergétiques, ingénieur, enseignant et conférencier. Il s’est intéressé très tôt aux effets climatiques de l’activité humaine. Au début des années 2000 mandaté par une agence du ministère de l’environnement, il élabore le concept de Bilan Carbone, devenu la norme mondiale pour évaluer les émissions de gaz à effet de serre des entreprises.


La forme hybride de l’ouvrage, entre roman graphique et essai illustré, permet très certainement d’interpeller un public qui n’aurait pas forcément le goût et l’envie de suivre de longues conférences tout en leur offrant un contenu dense sur des sujets parfois difficiles qui sont disséqués ici avec rigueur, clarté et pertinence. Graphiques, statistiques, analyses démographiques et autres « hic » y sont illustrés de manière ingénieuse, drôle et pédagogue.


On y retrouve les deux auteurs à l’action, parfois mis en scène sous le costume de personnages de fictions tel Iron Man, Yoda et d’autres encore, arpentant des tas de chiffres, d’études et de graphiques issus de compilations d’un paquet de recherches socio-économique et scientifique reflétant leurs heures de discussions sur le sujet.


Le livre aborde d’une certaine manière ce phénomène que l’on appel la « Grande accélération » à travers le prisme des énergies et de toutes les transformations sociales, politiques, techniques que l’accès de plus en plus facile à ces énergies, en immense majorité fossiles, a permis. Mettant ainsi en exergue la dépendance totale du monde moderne à ce que l’on appelle l’approvisionnement énergétique et sa très grande fragilité face à la décrue énergétique qui nous attend et aux changements climatiques que cette croissance a engendrés. D’aucuns traduiraient ça par : « Miracle énergétique et dérive climatique ». 


« On est accro à un certains nombres de choses que l’on a intégré comme étant vitales. »
Christophe Blain


Quelle est cette idéologie de croissance infinie qui façonne l’occident depuis des siècles alors même que nous vivons sur une planète qui n’est pas extensible ?


La majorité de la société occidentale étant façonnée quelque part par cette idéologie, se rendre disponible d’esprit à ce constat implacable d’une planète finie et d’une fin annoncée des énergies « faciles » crée une dissonance cognitive qui rend encore la chose inacceptable pour un grand nombre de personnes.


Quel est cet immense parc de machines cachées à travers le monde et qui travaillent pour nous en permanence sans même que nous nous en rendions compte ? Quelles sont les transformations ou les acquis sociaux qui nous semblent si évidents en occident et qui pourtant sont entièrement dépendants des énergies fossiles, comme le développement du secteur tertiaire ou encore la possibilité pour un très grand nombre de faire des études ou de toucher une pension…


Le monde sans fin nous invite à la réflexion sur des sujets parfois clivants comme la transition énergétique et la question de énergies renouvelables et du nucléaire. A cet égard, la position de Jancovici est loin de laisser les lecteurs·trices indifférent·es...


A quoi sommes nous réellement prêt·es à renoncer pour aller vers la neutralité carbone ? Mais aussi que voulons nous mettre en place ? Comment allons nous tisser d’autres manières d’être en relation ?…


« Tout cela est une question d’arbitrage, de choix clairs à faire, en ne retenant pas que les solutions simples et parfois dogmatiques qui nous rassurent. Ce n’est pas simple car dans chaque choix, il y a une part de nouveautés et une part de renoncement. » 
Christophe Blain


Pour aller vers l’enregistrement des cours de Jean marc Jancovici au Mines Paris tech sur les sujets qui sont développés dans la BD : https://jancovici.com/publications-et-co/cours-mines-paristech-2019/cours-mines-paris-tech-juin-2019/


Pépite de Louise ;)


 


==================


Qui est Jean-Marc Jancovici ? L’enquête de Reporterre


https://reporterre.net/Qui-est-Jean-Marc-Jancovici-L-enquete-de-Reporterre



Polytechnicien au franc-parler et brillant vulgarisateur, Jean-Marc Jancovici est adulé par certains autant qu’il agace nombre d’experts. Dans une enquête en trois volets, Reporterre fait le portrait de ce défenseur du nucléaire engagé dans la lutte contre le changement climatique, et analyse sa rhétorique et sa vision du monde. (Reporterre.net)


==================

Entre roman graphique et essai illustré

juin 2022 :

mai 2022 | juillet 2022

Inscription à la liste de diffusion
    • Liste de la newsletter