New-B : Maintenant ou jamais pour créer notre banque ! C’est LE moment pour prendre quelques minutes...


Le projet de NewB est d’ici le 27/11 dans une phase qui scellera son sort, à savoir une grande campagne publique de levée de fonds. Le projet, soutenu par + de 150 organisations, pourrait lancer dès 2020 une banque coopérative belge qui contribuera à une société respectueuse de la planète et des droits humains.



Mais d’ici le 27 novembre 2019, NewB doit d’abord lever 30 millions d’euros afin de satisfaire aux exigences réglementaires prudentielles.


Pour faire de ce défi de taille un succès, NewB et ses organisations membres lancent un large appel.


Citoyen·ne·s, organisations, entreprises, acteurs institutionnels : investissez maintenant dans NewB ! Vous êtes déjà coopérateur ou coopératrice ? Augmentez alors votre nombre de parts. Si NewB ne parvient pas à obtenir d’agrément bancaire, vous récupérez 100% de la somme investie dans le cadre de la campagne.


L’opportunité est unique et historique. Seule la force de frappe collective entraînera la réussite.


Pour investir, rendez-vous sur www.newb.coop et lisez les risques mentionnés avant de souscrire.

  • Pour investir dans un monde meilleur

    Pour investir dans un monde meilleur picto


    Mettez votre argent au service de projets qui comptent pour notre société et qui pourront grandir grâce à vous.

  • Pour tout savoir :

    Pour tout savoir : picto


    Parce que c’est votre argent, nous vous tenons informé(e)s des activités de NewB, en toute confiance.

  • Pour décider :

    Pour décider : picto


    Une personne, une voix.
    Vous avez votre mot à dire pour créer une banque qui vous ressemble.

  • Pour la sécurité :

    Pour la sécurité : picto


    NewB investit de façon honnête et professionnelle pour que votre argent ne coure pas de risque.


/////////////////////////// CI-DESSOUS ; UNE LETTRE À PARTAGER ! \\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\


(Écrite par Felipe Van Van Keirsbilck, Secrétaire Général de la CNE)


Chères amies et amis, chère famille, chers voisins et voisines,


Nous nous permettons de prendre quelques minutes de votre temps, parce qu’on pense qu’il y a devant nous une chance historique et qu’il reste très peu de temps pour la saisir. Si cette chance était perdue, elle le serait pour longtemps – une génération au moins. Mais il reste une possibilité de gagner, et si vous en avez l’envie vous pouvez y contribuer.


La chance historique, c’est de nous offrir la possibilité d’échapper à un système bancaire qui utilise chaque jour notre argent contre nous. Dans notre vie quotidienne, vous comme nous croyons à la solidarité, faisons attention à l’environnement, refusons les injustices… Mais quelle que soit la banque où nous ferions verser notre salaire, nous sommes aujourd’hui sûrs d’une chose : cette banque possède de multiples filiales dans des paradis fiscaux et encourage ou pratique la fraude ou l’évasion fiscale à grande échelle ; elle investit notre argent dans l’armement ou le développement de nouvelles exploitations d’énergie fossile ; et elle recourt régulièrement à des licenciements pour augmenter les dividendes à ses actionnaires ou les super-bonus à ses dirigeants.[1]


De sorte que nous nous sentons prisonniers d’une banque qui ne partage aucune de nos valeurs ni de nos intérêts réels, et compromet durablement les intérêts de nos enfants. Et on peut difficilement se faire payer son salaire en liquide et se passer d’un compte en banque et d’une carte bancontact ; dès lors nous sommes prisonniers.


Mais pas condamnés à perpétuité : NewB, une banque coopérative belge, simple et robuste, sociale et écologique peut voir le jour début 2020. Cette possibilité résulte de 6 ans et de milliers d’heures de travail préparatoire. Reste une étape cruciale à franchir d’ici le 27 novembre : réunir les 30 millions € exigés par la Banque Nationale, qui a scruté le projet et le « business plan » de la future banque.


Il y a urgence. Le cap des 2 millions n’a été passé qu’après 11 jours. C’est un bon début, mais c’est trop lent. D’autres apports (organisations, institutionnels) arriveront aussi, mais l’effort des « simples citoyen-nes » sera déterminant. C’est pourquoi nous avons placé une partie de nos économies et de nos espoirs dans cette campagne : nous voulons lui donner une chance. 


Nous espérons que vous aussi. Mais vous avez certainement des questions. Que va-t-il se passer avec notre argent ? Si le projet échoue, il n’y aura pas de banque et tous mes sous me reviennent illico, sans frais. Si la campagne réussit, la banque démarre au printemps. Nous en serons co-propriétaires, parmi des dizaines de milliers. Durant 3 ans notre placement sera immobilisé. Ensuite, sa valeur variera selon les résultats de la nouvelle banque. Mais si NewB réussit à rassembler 30 millions en 33 jours, nous avons toutes les raisons de croire que le projet bancaire marchera, et que d’ici quelques années nous pourrons retrouver notre argent. 


C’est bien beau, nous ont dit des amis, mais tout le monde n’a pas d’épargne à placer ! C’est en cela que NewB est un projet démocratique et populaire. La part est à 20€. Avec une seule part vous êtes déjà membre... Dans l’esprit coopératif, celui qui a une part a 1 vote ... tout comme celui qui aurait 1.000 parts. Que personne ne pense que son apport serait "trop petit" : les petites ruisseaux font les grandes rivières. Chaque personne qui peut risquer 100, 200 ou 500 € aidera le projet à réussir. Et celle ou celui qui peut immobiliser plus durant 3 ans aidera un peu plus, pour le bénéfice de tout le monde : Sarah et moi avons mis 2.000€ chacun, dans un premier temps. On peut aussi aider en en parlant autour de soir, en mettant une affiche à sa fenêtre, en diffusant les messages sur Facebook, en invitant quelqu’un de la NewB à son association, etc .


Y a-t-il des risques de perdre ? Oui, mais nous les croyons faibles. Le prospectus rédigé avec la FSMA (le « gendarme des marchés ») souligne plutôt deux fois qu’une tous les scénarios pessimistes : ce sont le règles du jeu, que NewB doit suivre. Et c’est vrai que si le cap des 30 millions est atteint, et que la banque démarre, le risque existe qu’elle se plante. Comme tout projet nouveau. Mais nous considérons que nous pouvons risquer (vu la faible probabilité de pertes) une partie de nos économies. Chacun-e peut se demander ce qu’elle / il peut mettre dans la balance, avec prudence mais avec l’espoir de se libérer des banques malfaisantes.


Pourquoi ça irait mieux alors que par le passé la coopérative a perdu de l’argent ? Ça c’est plutôt simple : par le passé on a travaillé énormément à créer les conditions de faire une banque, ce qui représente un travail et des investissements gigantesques ... mais on n’avait pas de banque ! Donc pas de recettes. Au printemps, si tout va bien, on aura une banque et on va enfin commencer à gagner de l’argent. Le business plan soumis à la Banque Nationale et à la FSMA se base sur des hypothèses super prudentes et arrive pourtant à regagner de l’argent après quelques années. Ici comme en toute chose importante, le plus grand risque sera toujours ... de ne pas en prendre[2]


Une banque qui soit à nous, conformes à nos intérêts et à nos valeurs, qui soutienne l’économie locale, écologique et sociale : c’est possible maintenant – si on s’y met tous, tout de suite.

Maintenant !

décembre 2019 :

novembre 2019 | janvier 2020

Inscription à la liste de diffusion
    • Liste de la newsletter