Paysannes et alliées ont marché pour les Droits des Femmes Communiqué de presse - Retour sur la mobilisation


Ce mardi 8 mars, plus de vingt-quatre organisations paysannes et alliées se sont mobilisées à Bruxelles à l’occasion de la Journée Internationale de Lutte pour les Droits des Femmes. Ce rassemblement, auquel a participé Rencontre des Continents auprès de ses organisations soeurs, visait à mettre en lumière le rôle essentiel que jouent les femmes dans les systèmes alimentaires et les discriminations qu’elles y subissent. 



Pour les participantes, rassemblées à plus d’une centaine en bas du Mont des Arts, il est urgent de parler des rôles des femmes dans les systèmes alimentaires. Elles sont à la fois des rouages indispensables de leur fonctionnement et motrices de leur transformation. Mais, de la fourche à la fourchette, au Nord comme au Sud, les femmes subissent une série de discriminations et d’invisibilisations liée à leur genre. Eléonore Barrelet, coordinatrice du mouvement Agroecology In Action affirme : “Aujourd’hui, trouver des chiffres sur la situation des femmes et minorités de genre paysannes et les difficultés qu’elles rencontrent est quasi mission impossible en Belgique ! Sans cela, il est impossible d’agir en connaissance de cause.



Pourtant, sans les femmes et leur travail invisibilisé, nos systèmes alimentaires ne fonctionneraient tout simplement pas. A titre d’exemple, dans le secteur de la production, la FAO estime que les femmes sont à l’origine de la moitié de la production alimentaire mondiale (source)



 


Lors de la mobilisation, paysannes et alliées ont pu témoigner des réalités des femmes et minorités de genre dans le monde agricole. Juliette est membre du Mouvement d’Action Paysanne, et elle témoigne : “Quand j’ai accouché, je n’ai pas pu prendre le statut officiel d’agricultrice, puisque j’étais en congé maternité. Mais le travail à la ferme ne s’arrêtait pas pour autant ! Ça a généré beaucoup de quiproquo dans la création de notre entreprise, parce que je travaillais, mais je n’étais pas officiellement reconnue. C’est très difficile de jongler entre la casquette “maman” et la casquette “agricultrice”, il faut constamment faire des choix.” En outre, les femmes agricultrices prestent pour beaucoup des doubles (voire triples) journées pour s’occuper du ménage et des enfants. Elles prennent également en charge les travaux “de l’ombre” au sein de la ferme (gestion administrative, traite, soin aux veaux …).


Bien qu’indispensables, ces tâches “invisibles” sont souvent peu valorisées, là où les hommes sont généralement responsables des travaux qui s’accompagnent d’une large reconnaissance sociale comme les travaux des champs ou la gestion du troupeau. 


 



 


Pour les nombreuses organisations mobilisées, l’agroécologie représente un puissant levier de lutte pour les droits des femmes, d’un bout à l’autre de nos systèmes alimentaires  : elle porte en effet un regard global sur nos systèmes alimentaires et les relations de pouvoir qui les traversent, en tenant compte de réflexions économiques, politiques, environnementales, culturelles et sociales. Il s’agit donc d’une voie incontournable si nous voulons prendre ces enjeux à bras le corps !



 


Pour en savoir plus sur le sujet : 


● Astrid Ayral (chargée de mission à la FUGEA) - 0489/55.00.64 


Pour en savoir plus sur la mobilisation : 


● Marie-Hélène Lefèvre (chargée de mobilisation chez FIAN Belgium) - 0472/30.82.95 Photos de l’événement : LIEN DRIVE - Crédit photos : Sebastian Daglinckx


 


Communiqué de presse - Retour sur la mobilisation

septembre 2022 :

août 2022 | octobre 2022

Inscription à la liste de diffusion
    • Liste de la newsletter