Quoi ?

Une histoire de rencontre de continents...


L’asbl Rencontre des Continents existe depuis 1984. Durant ces vingt premières années d’existence, l’association s’est consacrée à des activités de coopération internationale d’éducation à la citoyenneté responsable avec le Bénin, le Mali et la République du Congo. L’association a notamment contribué à la création et à l’essor de diverses associations de solidarité : l’association Belgique-Madagascar, l’ONG Quinoa, l’association Continents Adaptés, etc.

Une histoire qui évolue pas à pas...


Durant ces dix dernières années, l’association s’est transformée telle une chenille devenant papillon. Cette transformation s’est faite au gré de réflexions, de discussions, d’actions, de départs et d’arrivées, de nouveaux projets, de rencontres... Pour se transformer, la chenille a du chercher des financements. Très vite, il faut cocher des cases dans des dossiers de financements mais que faite-vous à Rencontre des Continents ? Difficile de se mettre dans une case lorsque nous décidons d’adopter une démarche de travail transversale qui se débride et s’hybride au quotidien. Convaincue que la vie en société est un idéal politique en perpétuel apprentissage, l’association se donne pour objectif d’accompagner les citoyens vers une meilleure compréhension des enjeux politiques, sociaux, économiques, culturels, environnementaux...

Une histoire d’éducation à...


Ah ! vous faites de l’éducation ! De l’éducation à quoi ? demande le pédagogue. De l’éducation relative à l’environnement (ErE) ? à la citoyenneté mondiale (ECM) ? au développement et à la solidarité internationale (EADSI) ? Tant d’acronymes pour donner du neuf au mot “éducation”, devenu un peu désuet de nos jours. Chez Rencontre des Continents, nous souhaitons être à la croisée de ces démarches éducatives. Pour cela, l’association a choisi comme porte d’entrée la thématique de l’alimentation. Cette thématique nous semble particulièrement adéquate pour concrétiser l’ensemble de leurs préoccupations et projets. En effet, nous pensons que l’anecdote de notre assiette nous révèle autant le fonctionnement de nos sociétés et les crises sanitaires, économiques, environnementales et sociales auxquelles nous sommes confrontés mais l’alimentation permet également des engagements concrets, individuels et collectifs visant l’élaboration de propositions alternatives, écologiques et conviviales.

Une histoire de concret...


Bon, mais concrètement que faites-vous ? demande le pragmatique. Nos actions sont plurielles et diverses. Nous mettons en place : des formations autour des questions liées aux enjeux de notre assiette mais également à toutes les alternatives en lien avec l’alimentation, des projets pédagogiques en lien avec les enjeux de société lié à l’alimentation. Ces projets sont réalisées à la demande de partenaires avec lesquels nous construisons chaque projet selon le contexte et le public, des actions de sensibilisation au sein d’événements grand public (stands, conférences, forums, débats) en lien avec la thématique de l’alimentation, de l’accompagnement d’acteurs éducatifs pour la mise en projet, ainsi que la participation à des activités de mise en réseau d’acteurs sociaux, éducatifs et économiques.

Une histoire où il est important de dénoncer avant d’énoncer...


Nos actions s’inscrivent sur ces 2 temps "Dénoncer" pour "Énoncer". Il nous semble important dans un premier temps de "Dénoncer" le système dominant et ses impacts afin de donner une grille de lecture de nos modes de vie. Déconstruire pour reconstruire. Une fois que nous avons déconstruit nos modes de sociétés, il est plus facile d’en imaginer d’autres. Ce deuxième temps nous permet d’énoncer avec les publics qu’on rencontre les milles manières de faire société tous ensemble face aux enjeux actuels.
 

" Aujourd’hui, notre tâche la plus urgente est peut-être d’apprendre à penser autrement " Grégory Bateson

 

 

"Les paroles nous divisent, les actes nous rassemblent" Manifeste des indiens Tupamaros, Uruguay, 1960.