Actualités du 3 septembre 2017



  • On recherche des volontaires RDC !



     



    Nouvelle initiative, portée conjointement par Quinoa asbl, FIAN Belgique, le MAP, le réseau des GaSAP, RdC, ... : les Brigades d’Actions Paysannes » (BAP) est un réseau d’appui à l’agriculture paysanne et au mouvement pour la souveraineté alimentaire.



    On recherche des coordinatrices/teurs !
    Ne soyez pas effrayés, c’est juste un pas en + dans le soutien à l’agriculture paysanne





    Les Brigades d’Actions Paysannes (BAP) recherchent des bénévoles pour assurer la coordination de temps en temps lors des chantiers qui sont mis en place dans des fermes en Belgique.

    • Les chantiers ont lieu toute l’année en Belgique dans des fermes d’agriculture paysanne.
    • Vous pouvez coordonner 1 seul chantier par an...ou 137 si vous êtes vraiment motivé ! Mais un seul suffit.
    • Votre engagement est donc tout à fait libre et non déterminé par un timing. Ça dépend donc de votre agenda



    Initiés à l’appel d’agricultrices et agriculteurs via le site des BAP, les chantiers durent 1 journée ou plus et sont encadrés par un coordinatrice.teur qui est disponible à la date proposée par la ferme…autrement dit peut-être vous !





    La coordination d’un chantier recouvre :



    • la communication entre les paysans et les brigadistes



    • la préparation, l’évaluation et le suivi du chantier



    • la coordination logistique du chantier (co-supervision tranquille du chantier avec les paysannes et paysans, gestion des outils, etc.)



    • la gestion opérationnelle de l’accueil (déplacement, intendance, etc.)



    Aucune qualification n’est requise pour s’engager comme coordinateur de Brigades mais :



    • des compétences dans la communication, la médiation et la gestion de groupe sont des atouts.



    • une expérience dans le domaine du travail de la terre et de l’écoconstruction est un atout !



    Plus d’infos ?


    - cedric@rencontredescontinents.be


    - seb.kennes@rencontredescontinents.be



    Pour en savoir plus sur les BAP, toutes les infos sont ci-dessous ou le site :



    www.brigadesactionspaysannes.be



     



    Les BAP, Kesako ?



    Constitué de citoyen-nes de divers horizons souhaitant agir en vue de défendre leur droit à l’alimentation, de développer l’agroécologie, de défendre l’agriculture paysanne et de promouvoir la transition, les BAP veulent contribuer à l’avènement d’un modèle agricole fondé sur les principes de la souveraineté alimentaire.



    Le concept de “Brigades” fait référence aux Brigades internationales créées en 1936 pour lutter contre le fascisme en Espagne. Se baptiser “Brigades”, c’est dévoiler que la menace qui pèse sur l’agriculture paysanne n’est pas un enjeu technique, mais bel et bien un enjeu politique !



    Depuis plusieurs décennies, l’agriculture paysanne subit des attaques tant de la sphère publique que de la sphère privée. Faute d’une politique agricole juste et ambitieuse et sous la pression des multinationales de l’agroalimentaire, 41 fermes disparaissent chaque semaine en Belgique et ce sont bien sûr des emplois qui disparaissent aussi en amont et en aval de la production, mais aussi le droit à l’alimentation, à la santé et à l’environnement qui est touché et tout le tissu rural qui est affaibli dans ses volets culturel, social et socio-économique…



    Que font les Brigades ?



    Les brigadistes se mobilisent pour mener des actions de deux types :



    • les chantiers, destinés à soutenir concrètement des fermes alternatives en milieu rural et urbain : installer une serre, écoconstruction, défricher une terre, couper le foin, récolter, installer des bacs potagers…



    • Les mobilisations pour soutenir politiquement l’agriculture paysanne, la transition et la souveraineté alimentaire en contribuant ponctuellement à des initiatives d’interpellation, de plaidoyer et de résistance en lien avec des ONG, asbl et des collectifs autonomes : blocage organisé par des agriculteurs et agricultrices, action de fauchage OGM…



    Comment cela s’organise ?



    Les appels à chantiers et mobilisation passeront par www.brigadesactionspaysannes.be



    Au-delà des chantiers et mobilisations, les brigades, c’est aussi un réseau de citoyen-nes motivés qui ont l’occasion de se rencontrer régulièrement lors de moments conviviaux et de journées d’ateliers et de formations ! Les Brigades d’actions paysannes, encore un truc en plus ? Oui et non, car la nécessité de créer des liens humains entre paysan-nes et le reste des citoyen-nes est vitale !



     


  • Envie de partagez un projet et d’inspirez votre quartier ?
     



    Bruxelles Environnement soutient les initiatives durables portées par des collectifs de citoyens. Les projets sélectionnés dans le cadre de cet appel « Inspirons le quartier » peuvent bénéficier d’un accompagnement et d’un soutien financier jusqu’à 15 000 euros.


    Chaque année, les collectifs de citoyens sont invités à proposer le projet durable qu’ils souhaitent développer dans leur quartier, sur des thèmes aussi diversifiés que l’alimentation durable (dont les potagers collectifs), les quartiers verts, la consommation sans déchets ou les composts collectifs. Une dynamique qui vise à améliorer la qualité de vie d’un quartier en mutualisant les compétences de chacun. Ces actions portées par les Bruxellois contribuent à préserver l’environnement et la santé des habitants, ils suscitent plus de convivialité tout en répondant à des objectifs durables.


    L’appel s’adresse à des groupes de citoyens, voisins, connaissances, amis, habitants d’un même immeuble, d’une rue ou d’un quartier… qui souhaitent développer collectivement un projet. Le groupe pilote du projet doit être composé de minimum 5 personnes, et fonctionner selon un processus participatif. Il s’adresse également aux associations de fait et à certains types d’ASBL (les ASBL de bénévoles, composées de citoyens du projet concerné). 


    Votre projet doit être déposé avant le 1er octobre 2017 à minuit.


    Regardez la vidéo par ici :




    Toutes les informations sont sur le site de Bruxelles Environnement.



    Vous avez des questions ? 
    => ecocons@environnement.brussels


     


  • Et si on faisait un petit tour chez nos voisins français, pour voir ce qu’il s’y passe ?


    50 organisations environnementales, de santé, de solidarité et de développement agricole publient leurs propositions pour une transition agricole et alimentaire soutenable. Les enjeux liés aux Etats généraux de l’Alimentation sont de taille, on les soutient dans leur démarche et engagements !



    Les Etats généraux ont débuté le 29 août 2017. A cette occasion, les acteurs de la société civile se sont rassemblés au sein d’une plateforme citoyenne pour une transition agricole et alimentaire et porter ensemble leur propositions communes.


    Le texte est consultable et téléchargeable ici => https://reseauactionclimat.org/wp-content/uploads/2017/09/gp_priorites-ega-def_bd.pdf 



     


    Source : https://reseauactionclimat.org/propositions-etats-generaux-alimentation/


     


  • Valériane, le salon de Nature & Progrès, c’est plus de 20.000 visiteurs sur 3 jours qui viennent à la rencontre de plus de 300 exposants passionnés et scrupuleusement sélectionnés. 


    Ils sont producteurs, fabricants, grossistes, artisans, représentants d’associations environnementales, éco-constructeurs et ils vous donnent tous rendez-vous au plus grand salon bio de Wallonie ! 


     



     


    Le thème de cette année ? Les céréales !


     


    Qu’est-ce qu’une céréale ? Qu’est-ce qu’un blé ancien ? Comment s’approprier (ou se réapproprier ?) les gestes pour faire un pain maison, au levain, avec ses propres ustensiles ? Seuls investissements ? 


    Une bonne farine BIO de qualité, un peu d’eau, de sel, du levain et du temps pour voir lever cette pâte à bonne température. 


     


    Durant les 3 jours, un espace boulangerie vous accueillera et vous pourrez y poser toutes vos questions. Du grain à la mie chaude, un spécialiste pourra vous renseigner et des passionnés pourront vous montrer les gestes pour un pain de qualité « fait maison » que vous pourrez également déguster. 


     


    Petit plus ? Et avant de quitter cet espace réconfortant, du levain sera distribué durant les trois jours du salon afin de vous mettre aux fourneaux dès votre retour à la maison. Y seront mis à l’honneur les céréales anciennes et qui mieux que Marc Dewalque pour vous en parlez lors d’une conférence le vendredi à 19h00 ? 


     


    Chaque jour, un atelier pain à 17h00 (attention : places limitées) permettra d’acquérir quelques gestes pour démarrer chez soi cette belle aventure. Les participants pourront partir avec leur pâte qu’il faudra encore laisser lever et cuire à la maison. 


     


    Mais encore : vendredi à 11h00, Michel Boulanger animera une conférence autour du Pain au Levain, le samedi, à partir de 11h00, un atelier biscuits est proposé aux enfants par l’asbl Du Grain au Pain, le film « Quand le vent est au blé » sera diffusé à 17h00 suivi d’un débat autour de la réflexion, et si, dans ces populations de blés « oubliés », se trouvaient ceux qui pourront s’adapter le mieux à notre monde de demain ? 


     


    Et encore plus : un atelier de dégustation autour des céréales et animé par Martine Devos le dimanche à 15h00, une conférence sur « le gluten, faut-il en avoir peur » présentée par Myriam Francotte samedi à 15h00 et Marie Astier, auteure du livre « Quel pain voulons-nous » viendra vous en parler en direct le samedi à 13h00. 


     


    Un beau programme qui n’attend que vous pour dévoiler toutes ses richesses ! 
     


     


    GRAND CONCOURS VALERIANE


     


     


    Les vacances pointent le bout de leur nez... Vos enfants sont en vacances :-) 


     


    Ils aiment dessiner ? 


    Envoyez nous leur dessin avant le 20 août à l’adresse Nature & Progrès, rue de Dave 520 à 5100 Jambes ! 


     


    Le thème : Comment imaginent-ils leur planète idéale ?


    Le grand jury de Nature & Progrès récompensera les plus jolies imaginations :-) 


     


    A gagner : deux entrées gratuites pour le salon afin de découvrir en famille le salon BIO de la rentrée ! A vos crayons !!!


     



     


     


     


    Toutes les infos sur : https://www.facebook.com/valeriane.natpro/


  • Comme chaque année, Rencontre des Continents est enchanté de vous proposer de nombreuses formations et animations en lienS avec l’alimentation durable, la souveraineté alimentaire, les pratiques culinaires créatives, l’éducation-animation-formation, l’accompagnement de projet, le secteur professionnel de l’AD à Bruxelles, l’intelligence collective, … et bien d’autres choses insoupçonnables !



    Petit tour d’horizon 


    Vous trouverez ci-dessous le tableau récapitulatif reprenant les différentes caractéristiques de ces formations pour mieux trouver chaussure à votre pied !



    Certaines sont ouvertes à tou-te-s, d’autres aux acteurs relais (animateurs, porteurs de projets, éducateurs, formateurs...). Pour vous orientez, nous vous conseillions de prendre le temps de lire chacune des pages présentant une formation (que vous trouverez sous l’onglet « Activités – Formations  »).


    Pour toutes demandes d’animation, de formation, d’intervention sur mesure dans le cadre de votre projet, de partenariat lors d’un événement en lien avec l’alimentation durable à Bruxelles... ou pour toute autre chose - on a conscience de votre créativité débordante et on adore ça - merci de bien vouloir prendre quelques minutes pour remplir le formulaire de demande (qui se trouve ici sur la page « contact »). Cela facilitera nos échanges à venir et nous permettra de vous faire un retour ou une proposition au plus près de vos attentes.


     


    N’hésitez pas à prendre contact avec l’équipe si vous souhaitez plus d’infos !


    Belle rentrée et au plaisir de vous rencontrer !


  • Depuis début septembre, des ateliers mensuels sur l’alimentation durable ont débuté dans les locaux du CPAS d’Ixelles. Rencontre des Continents propose chaque mois un atelier à thème aux participants. Lors du premier atelier, en septembre, nous avions réfléchi aux critères d’une alimentation écologique et durable. Nos cuisiniers amateurs ont ensuite exploré les tartinades végétales et leurs variantes. Ce mois-ci, on se rassemblait pour cuisiner des restes.



    Une affaire d’imagination.


    Au lieu de proposer des recettes toutes faites qui ne correspondraient qu’aux restes amenés, nous nous sommes questionnés sur ce qui était nécessaire pour accommoder des « fonds de plats ». De quoi a-t-on besoin pour transformer ce qui traine dans le frigo en plat complet ?


    Tout d’abord, nous nous sommes demandé ce qu’est un plat complet, une bonne occasion de parler de l’assiette écologique et de son contenu.


    Ensuite, nous avons parlé imagination car c’est de cela dont on a besoin pour pouvoir accommoder ce qui nous est resté sur les bras. Mais qu’est-ce que c’est l’imagination et surtout, d’où vient-elle ? On s’est dit que l’on avait plus de chances d’avoir des idées si on prenait le temps de les laisser germer. C’est comme le jardin, on ne peut pas faire pousser les plantes parce qu’on a besoin de nourriture, il faut anticiper et s’armer de patience.


    On a aussi distingué plusieurs styles des personnes : celles qui ont besoin de partir d’un modèle pour créer et ceux qui vont avoir tendance à créer à partir de rien. Les premiers ont un profil que l’on qualifiera de reproducteur. Pour eux, il est important de lire des recettes et de les reproduire à l’identique afin de stocker les idées à éventuellement transformer par après en ajoutant leur touche petit à petit. Ils auront parfois du mal à oser s’éloigner de la recette. Les seconds, eux, ne vont avoir aucun mal à partir de l’ingrédient pour créer quelque chose de complètement original. Il faut qu’ils se laissent expérimenter. Mais ils risquent parfois de se laisser emporter par leur créativité et d’aboutir à des associations malheureuses. Ce type de profil peut avoir des difficultés à suivre des recettes mais il sera important de le faire quand-même afin d’acquérir des « repères » au niveau des associations de goût ou des techniques de cuisine. Ces repères assureront une structure solide pour les expérimentations.


    Afin de passer à la pratique, les participants ont été mis devant un assortiment de vivres avec la mission de laisser courir leur imagination et le résultat a été plutôt savoureux !
     


    Depuis début septembre, des ateliers mensuels sur l’alimentation durable ont débuté dans les locaux du CPAS d’Ixelles. Rencontre des Continents propose chaque mois un atelier à thème aux participants. Lors du premier atelier, en septembre, nous avions réfléchi aux critères d’une alimentation écologique et durable. Nos cuisiniers amateurs ont ensuite exploré les tartinades végétales et leurs variantes. Ce mois-ci, on se rassemblait pour cuisiner des restes.



    Une affaire d’imagination.


    Au lieu de proposer des recettes toutes faites qui ne correspondraient qu’aux restes amenés, nous nous sommes questionnés sur ce qui était nécessaire pour accommoder des « fonds de plats ». De quoi a-t-on besoin pour transformer ce qui traine dans le frigo en plat complet ?


    Tout d’abord, nous nous sommes demandé ce qu’est un plat complet, une bonne occasion de parler de l’assiette écologique et de son contenu.


    Ensuite, nous avons parlé imagination car c’est de cela dont on a besoin pour pouvoir accommoder ce qui nous est resté sur les bras. Mais qu’est-ce que c’est l’imagination et surtout, d’où vient-elle ? On s’est dit que l’on avait plus de chances d’avoir des idées si on prenait le temps de les laisser germer. C’est comme le jardin, on ne peut pas faire pousser les plantes parce qu’on a besoin de nourriture, il faut anticiper et s’armer de patience.


    On a aussi distingué plusieurs styles des personnes : celles qui ont besoin de partir d’un modèle pour créer et ceux qui vont avoir tendance à créer à partir de rien. Les premiers ont un profil que l’on qualifiera de reproducteur. Pour eux, il est important de lire des recettes et de les reproduire à l’identique afin de stocker les idées à éventuellement transformer par après en ajoutant leur touche petit à petit. Ils auront parfois du mal à oser s’éloigner de la recette. Les seconds, eux, ne vont avoir aucun mal à partir de l’ingrédient pour créer quelque chose de complètement original. Il faut qu’ils se laissent expérimenter. Mais ils risquent parfois de se laisser emporter par leur créativité et d’aboutir à des associations malheureuses. Ce type de profil peut avoir des difficultés à suivre des recettes mais il sera important de le faire quand-même afin d’acquérir des « repères » au niveau des associations de goût ou des techniques de cuisine. Ces repères assureront une structure solide pour les expérimentations.


    Afin de passer à la pratique, les participants ont été mis devant un assortiment de vivres avec la mission de laisser courir leur imagination et le résultat a été plutôt savoureux !
     


    Depuis début septembre, des ateliers mensuels sur l’alimentation durable ont débuté dans les locaux du CPAS d’Ixelles. Rencontre des Continents propose chaque mois un atelier à thème aux participants. Lors du premier atelier, en septembre, nous avions réfléchi aux critères d’une alimentation écologique et durable. Nos cuisiniers amateurs ont ensuite exploré les tartinades végétales et leurs variantes. Ce mois-ci, on se rassemblait pour cuisiner des restes.


     



    Une affaire d’imagination.


    Au lieu de proposer des recettes toutes faites qui ne correspondraient qu’aux restes amenés, nous nous sommes questionnés sur ce qui était nécessaire pour accommoder des « fonds de plats ». De quoi a-t-on besoin pour transformer ce qui traine dans le frigo en plat complet ?


    Tout d’abord, nous nous sommes demandé ce qu’est un plat complet, une bonne occasion de parler de l’assiette écologique et de son contenu.


    Ensuite, nous avons parlé imagination car c’est de cela dont on a besoin pour pouvoir accommoder ce qui nous est resté sur les bras. Mais qu’est-ce que c’est l’imagination et surtout, d’où vient-elle ? On s’est dit que l’on avait plus de chances d’avoir des idées si on prenait le temps de les laisser germer. C’est comme le jardin, on ne peut pas faire pousser les plantes parce qu’on a besoin de nourriture, il faut anticiper et s’armer de patience.


    On a aussi distingué plusieurs styles des personnes : celles qui ont besoin de partir d’un modèle pour créer et ceux qui vont avoir tendance à créer à partir de rien. Les premiers ont un profil que l’on qualifiera de reproducteur. Pour eux, il est important de lire des recettes et de les reproduire à l’identique afin de stocker les idées à éventuellement transformer par après en ajoutant leur touche petit à petit. Ils auront parfois du mal à oser s’éloigner de la recette. Les seconds, eux, ne vont avoir aucun mal à partir de l’ingrédient pour créer quelque chose de complètement original. Il faut qu’ils se laissent expérimenter. Mais ils risquent parfois de se laisser emporter par leur créativité et d’aboutir à des associations malheureuses. Ce type de profil peut avoir des difficultés à suivre des recettes mais il sera important de le faire quand-même afin d’acquérir des « repères » au niveau des associations de goût ou des techniques de cuisine. Ces repères assureront une structure solide pour les expérimentations.


    Afin de passer à la pratique, les participants ont été mis devant un assortiment de vivres avec la mission de laisser courir leur imagination et le résultat a été plutôt savoureux !
     

septembre 2017 :

août 2017 | octobre 2017

Inscription à la liste de diffusion
    • Liste de la newsletter