Actualités du 20 septembre 2017



  • On recherche des volontaires RDC !



     



    Nouvelle initiative, portée conjointement par Quinoa asbl, FIAN Belgique, le MAP, le réseau des GaSAP, RdC, ... : les Brigades d’Actions Paysannes » (BAP) est un réseau d’appui à l’agriculture paysanne et au mouvement pour la souveraineté alimentaire.



    On recherche des coordinatrices/teurs !
    Ne soyez pas effrayés, c’est juste un pas en + dans le soutien à l’agriculture paysanne





    Les Brigades d’Actions Paysannes (BAP) recherchent des bénévoles pour assurer la coordination de temps en temps lors des chantiers qui sont mis en place dans des fermes en Belgique.

    • Les chantiers ont lieu toute l’année en Belgique dans des fermes d’agriculture paysanne.
    • Vous pouvez coordonner 1 seul chantier par an...ou 137 si vous êtes vraiment motivé ! Mais un seul suffit.
    • Votre engagement est donc tout à fait libre et non déterminé par un timing. Ça dépend donc de votre agenda



    Initiés à l’appel d’agricultrices et agriculteurs via le site des BAP, les chantiers durent 1 journée ou plus et sont encadrés par un coordinatrice.teur qui est disponible à la date proposée par la ferme…autrement dit peut-être vous !





    La coordination d’un chantier recouvre :



    • la communication entre les paysans et les brigadistes



    • la préparation, l’évaluation et le suivi du chantier



    • la coordination logistique du chantier (co-supervision tranquille du chantier avec les paysannes et paysans, gestion des outils, etc.)



    • la gestion opérationnelle de l’accueil (déplacement, intendance, etc.)



    Aucune qualification n’est requise pour s’engager comme coordinateur de Brigades mais :



    • des compétences dans la communication, la médiation et la gestion de groupe sont des atouts.



    • une expérience dans le domaine du travail de la terre et de l’écoconstruction est un atout !



    Plus d’infos ?


    - cedric@rencontredescontinents.be


    - seb.kennes@rencontredescontinents.be



    Pour en savoir plus sur les BAP, toutes les infos sont ci-dessous ou le site :



    www.brigadesactionspaysannes.be



     



    Les BAP, Kesako ?



    Constitué de citoyen-nes de divers horizons souhaitant agir en vue de défendre leur droit à l’alimentation, de développer l’agroécologie, de défendre l’agriculture paysanne et de promouvoir la transition, les BAP veulent contribuer à l’avènement d’un modèle agricole fondé sur les principes de la souveraineté alimentaire.



    Le concept de “Brigades” fait référence aux Brigades internationales créées en 1936 pour lutter contre le fascisme en Espagne. Se baptiser “Brigades”, c’est dévoiler que la menace qui pèse sur l’agriculture paysanne n’est pas un enjeu technique, mais bel et bien un enjeu politique !



    Depuis plusieurs décennies, l’agriculture paysanne subit des attaques tant de la sphère publique que de la sphère privée. Faute d’une politique agricole juste et ambitieuse et sous la pression des multinationales de l’agroalimentaire, 41 fermes disparaissent chaque semaine en Belgique et ce sont bien sûr des emplois qui disparaissent aussi en amont et en aval de la production, mais aussi le droit à l’alimentation, à la santé et à l’environnement qui est touché et tout le tissu rural qui est affaibli dans ses volets culturel, social et socio-économique…



    Que font les Brigades ?



    Les brigadistes se mobilisent pour mener des actions de deux types :



    • les chantiers, destinés à soutenir concrètement des fermes alternatives en milieu rural et urbain : installer une serre, écoconstruction, défricher une terre, couper le foin, récolter, installer des bacs potagers…



    • Les mobilisations pour soutenir politiquement l’agriculture paysanne, la transition et la souveraineté alimentaire en contribuant ponctuellement à des initiatives d’interpellation, de plaidoyer et de résistance en lien avec des ONG, asbl et des collectifs autonomes : blocage organisé par des agriculteurs et agricultrices, action de fauchage OGM…



    Comment cela s’organise ?



    Les appels à chantiers et mobilisation passeront par www.brigadesactionspaysannes.be



    Au-delà des chantiers et mobilisations, les brigades, c’est aussi un réseau de citoyen-nes motivés qui ont l’occasion de se rencontrer régulièrement lors de moments conviviaux et de journées d’ateliers et de formations ! Les Brigades d’actions paysannes, encore un truc en plus ? Oui et non, car la nécessité de créer des liens humains entre paysan-nes et le reste des citoyen-nes est vitale !



     


  • Envie de partagez un projet et d’inspirez votre quartier ?
     



    Bruxelles Environnement soutient les initiatives durables portées par des collectifs de citoyens. Les projets sélectionnés dans le cadre de cet appel « Inspirons le quartier » peuvent bénéficier d’un accompagnement et d’un soutien financier jusqu’à 15 000 euros.


    Chaque année, les collectifs de citoyens sont invités à proposer le projet durable qu’ils souhaitent développer dans leur quartier, sur des thèmes aussi diversifiés que l’alimentation durable (dont les potagers collectifs), les quartiers verts, la consommation sans déchets ou les composts collectifs. Une dynamique qui vise à améliorer la qualité de vie d’un quartier en mutualisant les compétences de chacun. Ces actions portées par les Bruxellois contribuent à préserver l’environnement et la santé des habitants, ils suscitent plus de convivialité tout en répondant à des objectifs durables.


    L’appel s’adresse à des groupes de citoyens, voisins, connaissances, amis, habitants d’un même immeuble, d’une rue ou d’un quartier… qui souhaitent développer collectivement un projet. Le groupe pilote du projet doit être composé de minimum 5 personnes, et fonctionner selon un processus participatif. Il s’adresse également aux associations de fait et à certains types d’ASBL (les ASBL de bénévoles, composées de citoyens du projet concerné). 


    Votre projet doit être déposé avant le 1er octobre 2017 à minuit.


    Regardez la vidéo par ici :




    Toutes les informations sont sur le site de Bruxelles Environnement.



    Vous avez des questions ? 
    => ecocons@environnement.brussels


     


  • Et si on faisait un petit tour chez nos voisins français, pour voir ce qu’il s’y passe ?


    50 organisations environnementales, de santé, de solidarité et de développement agricole publient leurs propositions pour une transition agricole et alimentaire soutenable. Les enjeux liés aux Etats généraux de l’Alimentation sont de taille, on les soutient dans leur démarche et engagements !



    Les Etats généraux ont débuté le 29 août 2017. A cette occasion, les acteurs de la société civile se sont rassemblés au sein d’une plateforme citoyenne pour une transition agricole et alimentaire et porter ensemble leur propositions communes.


    Le texte est consultable et téléchargeable ici => https://reseauactionclimat.org/wp-content/uploads/2017/09/gp_priorites-ega-def_bd.pdf 



     


    Source : https://reseauactionclimat.org/propositions-etats-generaux-alimentation/


     


  • Comme chaque année, Rencontre des Continents est enchanté de vous proposer de nombreuses formations et animations en lienS avec l’alimentation durable, la souveraineté alimentaire, les pratiques culinaires créatives, l’éducation-animation-formation, l’accompagnement de projet, le secteur professionnel de l’AD à Bruxelles, l’intelligence collective, … et bien d’autres choses insoupçonnables !



    Petit tour d’horizon 


    Vous trouverez ci-dessous le tableau récapitulatif reprenant les différentes caractéristiques de ces formations pour mieux trouver chaussure à votre pied !



    Certaines sont ouvertes à tou-te-s, d’autres aux acteurs relais (animateurs, porteurs de projets, éducateurs, formateurs...). Pour vous orientez, nous vous conseillions de prendre le temps de lire chacune des pages présentant une formation (que vous trouverez sous l’onglet « Activités – Formations  »).


    Pour toutes demandes d’animation, de formation, d’intervention sur mesure dans le cadre de votre projet, de partenariat lors d’un événement en lien avec l’alimentation durable à Bruxelles... ou pour toute autre chose - on a conscience de votre créativité débordante et on adore ça - merci de bien vouloir prendre quelques minutes pour remplir le formulaire de demande (qui se trouve ici sur la page « contact »). Cela facilitera nos échanges à venir et nous permettra de vous faire un retour ou une proposition au plus près de vos attentes.


     


    N’hésitez pas à prendre contact avec l’équipe si vous souhaitez plus d’infos !


    Belle rentrée et au plaisir de vous rencontrer !


  • Depuis début septembre, des ateliers mensuels sur l’alimentation durable ont débuté dans les locaux du CPAS d’Ixelles. Rencontre des Continents propose chaque mois un atelier à thème aux participants. Lors du premier atelier, en septembre, nous avions réfléchi aux critères d’une alimentation écologique et durable. Nos cuisiniers amateurs ont ensuite exploré les tartinades végétales et leurs variantes. Ce mois-ci, on se rassemblait pour cuisiner des restes.



    Une affaire d’imagination.


    Au lieu de proposer des recettes toutes faites qui ne correspondraient qu’aux restes amenés, nous nous sommes questionnés sur ce qui était nécessaire pour accommoder des « fonds de plats ». De quoi a-t-on besoin pour transformer ce qui traine dans le frigo en plat complet ?


    Tout d’abord, nous nous sommes demandé ce qu’est un plat complet, une bonne occasion de parler de l’assiette écologique et de son contenu.


    Ensuite, nous avons parlé imagination car c’est de cela dont on a besoin pour pouvoir accommoder ce qui nous est resté sur les bras. Mais qu’est-ce que c’est l’imagination et surtout, d’où vient-elle ? On s’est dit que l’on avait plus de chances d’avoir des idées si on prenait le temps de les laisser germer. C’est comme le jardin, on ne peut pas faire pousser les plantes parce qu’on a besoin de nourriture, il faut anticiper et s’armer de patience.


    On a aussi distingué plusieurs styles des personnes : celles qui ont besoin de partir d’un modèle pour créer et ceux qui vont avoir tendance à créer à partir de rien. Les premiers ont un profil que l’on qualifiera de reproducteur. Pour eux, il est important de lire des recettes et de les reproduire à l’identique afin de stocker les idées à éventuellement transformer par après en ajoutant leur touche petit à petit. Ils auront parfois du mal à oser s’éloigner de la recette. Les seconds, eux, ne vont avoir aucun mal à partir de l’ingrédient pour créer quelque chose de complètement original. Il faut qu’ils se laissent expérimenter. Mais ils risquent parfois de se laisser emporter par leur créativité et d’aboutir à des associations malheureuses. Ce type de profil peut avoir des difficultés à suivre des recettes mais il sera important de le faire quand-même afin d’acquérir des « repères » au niveau des associations de goût ou des techniques de cuisine. Ces repères assureront une structure solide pour les expérimentations.


    Afin de passer à la pratique, les participants ont été mis devant un assortiment de vivres avec la mission de laisser courir leur imagination et le résultat a été plutôt savoureux !
     


    Depuis début septembre, des ateliers mensuels sur l’alimentation durable ont débuté dans les locaux du CPAS d’Ixelles. Rencontre des Continents propose chaque mois un atelier à thème aux participants. Lors du premier atelier, en septembre, nous avions réfléchi aux critères d’une alimentation écologique et durable. Nos cuisiniers amateurs ont ensuite exploré les tartinades végétales et leurs variantes. Ce mois-ci, on se rassemblait pour cuisiner des restes.



    Une affaire d’imagination.


    Au lieu de proposer des recettes toutes faites qui ne correspondraient qu’aux restes amenés, nous nous sommes questionnés sur ce qui était nécessaire pour accommoder des « fonds de plats ». De quoi a-t-on besoin pour transformer ce qui traine dans le frigo en plat complet ?


    Tout d’abord, nous nous sommes demandé ce qu’est un plat complet, une bonne occasion de parler de l’assiette écologique et de son contenu.


    Ensuite, nous avons parlé imagination car c’est de cela dont on a besoin pour pouvoir accommoder ce qui nous est resté sur les bras. Mais qu’est-ce que c’est l’imagination et surtout, d’où vient-elle ? On s’est dit que l’on avait plus de chances d’avoir des idées si on prenait le temps de les laisser germer. C’est comme le jardin, on ne peut pas faire pousser les plantes parce qu’on a besoin de nourriture, il faut anticiper et s’armer de patience.


    On a aussi distingué plusieurs styles des personnes : celles qui ont besoin de partir d’un modèle pour créer et ceux qui vont avoir tendance à créer à partir de rien. Les premiers ont un profil que l’on qualifiera de reproducteur. Pour eux, il est important de lire des recettes et de les reproduire à l’identique afin de stocker les idées à éventuellement transformer par après en ajoutant leur touche petit à petit. Ils auront parfois du mal à oser s’éloigner de la recette. Les seconds, eux, ne vont avoir aucun mal à partir de l’ingrédient pour créer quelque chose de complètement original. Il faut qu’ils se laissent expérimenter. Mais ils risquent parfois de se laisser emporter par leur créativité et d’aboutir à des associations malheureuses. Ce type de profil peut avoir des difficultés à suivre des recettes mais il sera important de le faire quand-même afin d’acquérir des « repères » au niveau des associations de goût ou des techniques de cuisine. Ces repères assureront une structure solide pour les expérimentations.


    Afin de passer à la pratique, les participants ont été mis devant un assortiment de vivres avec la mission de laisser courir leur imagination et le résultat a été plutôt savoureux !
     


    Depuis début septembre, des ateliers mensuels sur l’alimentation durable ont débuté dans les locaux du CPAS d’Ixelles. Rencontre des Continents propose chaque mois un atelier à thème aux participants. Lors du premier atelier, en septembre, nous avions réfléchi aux critères d’une alimentation écologique et durable. Nos cuisiniers amateurs ont ensuite exploré les tartinades végétales et leurs variantes. Ce mois-ci, on se rassemblait pour cuisiner des restes.


     



    Une affaire d’imagination.


    Au lieu de proposer des recettes toutes faites qui ne correspondraient qu’aux restes amenés, nous nous sommes questionnés sur ce qui était nécessaire pour accommoder des « fonds de plats ». De quoi a-t-on besoin pour transformer ce qui traine dans le frigo en plat complet ?


    Tout d’abord, nous nous sommes demandé ce qu’est un plat complet, une bonne occasion de parler de l’assiette écologique et de son contenu.


    Ensuite, nous avons parlé imagination car c’est de cela dont on a besoin pour pouvoir accommoder ce qui nous est resté sur les bras. Mais qu’est-ce que c’est l’imagination et surtout, d’où vient-elle ? On s’est dit que l’on avait plus de chances d’avoir des idées si on prenait le temps de les laisser germer. C’est comme le jardin, on ne peut pas faire pousser les plantes parce qu’on a besoin de nourriture, il faut anticiper et s’armer de patience.


    On a aussi distingué plusieurs styles des personnes : celles qui ont besoin de partir d’un modèle pour créer et ceux qui vont avoir tendance à créer à partir de rien. Les premiers ont un profil que l’on qualifiera de reproducteur. Pour eux, il est important de lire des recettes et de les reproduire à l’identique afin de stocker les idées à éventuellement transformer par après en ajoutant leur touche petit à petit. Ils auront parfois du mal à oser s’éloigner de la recette. Les seconds, eux, ne vont avoir aucun mal à partir de l’ingrédient pour créer quelque chose de complètement original. Il faut qu’ils se laissent expérimenter. Mais ils risquent parfois de se laisser emporter par leur créativité et d’aboutir à des associations malheureuses. Ce type de profil peut avoir des difficultés à suivre des recettes mais il sera important de le faire quand-même afin d’acquérir des « repères » au niveau des associations de goût ou des techniques de cuisine. Ces repères assureront une structure solide pour les expérimentations.


    Afin de passer à la pratique, les participants ont été mis devant un assortiment de vivres avec la mission de laisser courir leur imagination et le résultat a été plutôt savoureux !
     

  • Master’s Thesis Awards for Future Generations

    Sustainable Food - Edition 2018


    (logo) Master's Thesis Awards for Future Generations - Sustainable Food

    Vous rédigez ou avez réalisé un mémoire de Master qui intègre l’approche transversale d’un développement soutenable dans le domaine de l’alimentation ?
    Ce Prix de 2.500 € est pour vous !

    Ce prix d’excellence s’adresse aux étudiant(e)s et jeunes diplômé(e)s en bio-ingénieur, en ingénieur industriel (e.a. chimie et bio-chimie), en droit, en sciences politiques et en sciences économiques, ayant défendu leur mémoire de Master, avec distinction minimum, après le 1er janvier 2016, au sein d’une université ou haute école agréée par la Fédération Wallonie-Bruxelles.
    Les candidatures issues d’autres facultés seront acceptées pour autant qu’elles répondent aux critères d’éligibilité.

    Le lauréat se verra attribuer un Prix de 2.500 € ainsi qu’une valorisation de son mémoire de Master.

    Date limite d’introduction des candidatures : 10.10.17

    Intéressé-e ?
    Règlement et dossier de candidature en ligne.

    Le Master’s Thesis Award - Sustainable Food est organisé dans le cadre de HERA (Higher Education & Research Awards for Future Generations), par la Fondation pour les Générations Futures en partenariat avec Cosucrad’ici et le Fonds Triodos, avec l’appui des épargnants de la Banque Triodos.

    Les Master’s Thesis Awards for Future Generations récompensent des mémoires de Masterexemplaires intégrant dans leur domaine les principes d’un développement soutenable. Les critères de sélection du jury sont détaillés dans le règlement.

     

    Un appel à candidature pour les Master’s Thesis Award Sustainable HealthSustainable ArchitectureSustainable DesignSustainable ITSustainable & Responsible Finance et Cooperative Sustainable Economy sont également en cours.

    Tenez vous informé en vous inscrivant à la newsletter sur :

     

    Contacts
    Responsable HERA
    Marjan Van de maele
    m.vandemaele@fgf.be

    Fondation pour les Générations Futures
    Rue de lArsenal 4
    BE - 5000 Namur
    Tél : +32 (0)2 888 84 24

    Secrétariat HERA
    Louise Stokart
    l.stokart@fgf.be

     

    Les Master’s Thesis Awards for Future Generations sont organisés dans le cadre de HERA

    (logo) HERA partners

  •  
    Fête des possibles : C’est parti !
    Déjà + de 120 évènements en Belgique


    La Fête des possibles est un événement décentralisé et global qui offre une vitrine de la transition sur tout le territoire, pour accélérer le mouvement. Plus d’une centaine d’activités sont déjà prévue en Wallonie et à Bruxelles


    En Belgique, le Réseau Transition, PAC Wallonie-Bruxelles, Rencontres des Continents, le Réseau de consommateurs responsables, Magasins du Monde Oxfam, Esperanzah, Les Acteurs des temps présents, Quinoa, le CNCD-11.11.11, Les Amis de la terre, Les équipes populaires, FIAN, Etopia, Repair Together , Tempo Color, s’allient pour répandre le mouvement initié en 2014 en France.


    Pour faire de cet événement un succès, nous avons besoin de votre participation !


    Pour cela vous pouvez : 

    • Inscrire et mettre en valeur un événement déjà prévu pour septembre
    • Organiser un événement qui fasse connaître votre initiative seule
    • Collaborer avec d’autre initiatives proches pour organiser une journée locale de la transition !
    • Ou encore un parcours d’alternatives, un tour à vélo, des portes ouvertes, un mini-festival,...


    Vous souhaitez créer un évènement local ou coordonner plusieurs initiatives dans votre quartier ? Nous pouvons vous soutenir, contactez-nous !


    Du coté de Rencontre des Continents :


    La forme est donc libre et ouverte à votre créativité ! DÉCOUVREZ LA VIDÉO CI-DESSOUS !




     


     


    Le site 2017 est en ligne et la carte des événements sont consultables ici, pour y ajouter vos événements. N’hésitez pas à nous contacter pour nous signaler votre intérêt à participer ou toute autre question !


    La vidéo >> https://www.youtube.com/watch?v=5lV-f08-GYI 


    Le contact mail >> belgique@fete-des-possibles.org


    Le site internet >>  http://www.fete-des-possibles.org/


     



  • Du 18 au 30 septembre 2017, c’était la Fête des Possibles en Belgique francophone. Voici des échos en images de quelques unes des 150 initiatives qui ont été prises en Wallonie et à Bruxelles, pour fêter les possibles !


    Vidéo belge réalisée avec les images filmées par les acteurs des différents événements ! Un clin d’oeil à Olivia de l’équipe de Rencontre des Continents pour son magnifique final en fin de vidéo :)



    Voir ici : https://vimeo.com/240644767


    Et ici : http://www.associations21.org/La-Fete-des-Possibles-en-Belgique


    Vidéo française : https://www.youtube.com/watch?time_continue=9&v=PD3eENRrD1I


     




    Rendez-vous en septembre pour l’édition 2018, et en attendant continuez à être curieux parce que #cestpossible !


     


    Toutes les infos sur https://fete-des-possibles.org




  • Illustration de Titom, mise à disposition selon la licence Creative Commons by-nc-nd 2.0 be


    https://www.facebook.com/events/347929282314268/


    Outre le fait que nous soyons convaincu que l’on ne peut combattre les
    désastres écologiques à venir sans une remise en question du système
    d’exploitation capitaliste, que la transition se doit d’être un outil de
    réduction des inégalités sociales,...
    Si une multitude d’actions de transition voient le jour un peu partout,
    nous devons constater qu’elles sont souvent le fruit d’initiatives
    provenant de classes sociales privilégiées. Ces actions sont souvent
    porteuses (malgré elles) de codes pouvant les rendre inaccessibles aux
    classes les moins favorisées. N’y a t il pas une impérative nécessité à
    les rendre plus inclusive ? N’est il pas urgent de replacer au centre des
    dynamiques de transitions un questionnement plus large sur notre
    système socio-économique, et ne devons nous pas placer la question
    politique au centre de nos projets durables ? Sans cela, ne risquons
    nous pas de voir ces projets perdre leur pertinence face à une mode
    bourgeoise soutenue par Mélanie Laurent et le succès de son film
    “Demain” ?


    Intervenant-es :
    - Alexandre Penasse (Journal Kairos)
    - Camille de Monge (ATD Quart Monde)
    - Un représentant d’Acteurs des Temps présents
    - Olivier Vermeulen (Réseau ADES)
    - Szymon Zareba (Réseau Transition Wallonie Bruxelles)


    À 19h !


    Adresse : Rue Lambert Crickx 5, 1070 Anderlecht


    Pas d’inscription !


    Infos : seb.kennes@rencontredescontinents.be


    Organisé par Présence et Action culturelles(PAC) en partenariat avec Rencontre Des Continents, Acteurs des Temps présents, À Contre Courant et Associations 21


septembre 2017 :

août 2017 | octobre 2017

Inscription à la liste de diffusion
    • Liste de la newsletter