Actualités du 12 février 2018


  • Rencontre des Continents recherche un.e animatrice.teur et responsable des volonTerres, mi-temps en CDD de 6 mois prolongeable en CDI avec une augmentation du temps de travail.


    La personne engagée appuiera l’équipe dans ses missions éducatives et formatives pour tous type de publics (ce compris les publics issus de la diversité sociale et culturelle en Région Bruxelloise). Elle aura comme mission principale d’assurer la coordination générale des volonTerres de l’asbl (une cinquantaine de personnes) ce compris leur accueil, bien-être, suivi, formation continue, possibilité d’animations et d’expérimentations de terrain en fonction des demandes d’intervention faites à l’asbl.


     



    Rencontre des Continents s’engage dans des actions concrètes et joyeuses, des expériences émancipatrices et des résistances créatives.


    Si vous vous engagez avec Rencontre des Continents, vous ferez partie d’un projet, d’une équipe et d’un collectif qui mettent en place des actions de sensibilisation et de formation pour contribuer aux dynamiques collectives visant l’élaboration d’un projet de société écologique, éthique, solidaire et conviviale.



    Début de la collaboration : mars 2018


    Si vous êtes intéressé.e, merci d’envoyer votre CV et lettre de motivation pour le 28 février à 12h de préférence par mail : à Olivia Szwarcburt - emploi@rencontredescontinents.be ou par écrit : Rencontre des Continents – Rue Van Elewyck 35 – 1050 Bruxelles.



     

     


    Toutes les informations se trouvent dans le profil de poste ci-joint.


  •  

       
    0001.png
     
    SAVE THE DATE
     
    Rencontres Good Food 2018
    du 19 au 21 octobre
     
    Après le succès de leurs deux précédentes éditions, les Rencontres Good Food reviennent régaler nos papilles cet automne ! L’alimentation durable sera à nouveau mise à l’honneur dans toute la Région de Bruxelles Capitale du vendredi 19 au dimanche 21 octobre 2018 inclus.
     
    L’occasion pour tous les Bruxellois de découvrir pendant 3 jours toutes les facettes de la Good Food à travers de nombreuses activités proposées partout à Bruxelles par des associations, des groupes de citoyens, des entrepreneurs, des écoles, des communes…
     
    Au programme : local, de saison, veggie et anti gaspi !
     
    Des ateliers culinaires, des dégustations de produits locaux et de saison, des activités potager, la découverte de vergers ou de fermes urbaines, des conférences, des témoignages inspirants pour instaurer plus de Good Food au quotidien…
     
    Réservez déjà le weekend du 19 au 21 octobre 2018 dans vos agendas pour participer aux Rencontres !
     
    Afin de vous permettre de vous organiser au mieux pour prendre part à ce week-end, nous souhaitons dès maintenant vous informer de son déroulement. Vous pouvez dès à présent noter les dates du 19-20-21 octobre 2018 dans vos agendas, et réfléchir à une idée d’activité à proposer. Les inscriptions en ligne seront ouvertes à partir du mois de mars 2018, vous en serez dès lors informés par email. 
     
    Engagé ou non dans le domaine de l’alimentation durable, vous pouvez contribuer à instaurer plus de Good Food dans votre quartier, votre commune, votre région, votre école… en proposant des activités ludiques, des dégustations ou des animations Good Food lors de cet événement.
     
    La Good Food c’est de la fourche à la fourchette ! Les Rencontres Good Food sont l’occasion de partager savoir et savoir-faire en abordant chaque étape du système alimentaire bruxellois, pour faire évoluer les comportements vers une alimentation saine et respectueuse de l’environnement.
     
    Nous vous suggérons divers types d’activités à organiser durant le week-end : ateliers culinaires, dégustations, animations pour petits et grands, visites de potager, récoltes de produits de saison… Cette année, les activités liées à la lutte contre le gaspillage alimentaire (ateliers de cuisine à base de restes, ateliers de lacto-fermentation, dégustations, projections/débats…) seront mises à l’honneur dans le cadre de l’année « zéro déchet ».
     
    Vous pouvez aussi laisser libre court à votre créativité et nous proposer vos idées !
     
    Pourquoi participer ? 
    • Pour montrer, via des exemples concrets, que c’est possible et facile de manger durable, mais aussi qu’il existe une grande variété d’acteurs et d’actions partout à Bruxelles.
    • Pour créer des liens sociaux et apporter votre pierre à l’édifice d’une alimentation plus respectueuse de l’environnement.
    • Pour faire partie d’au moins 80 activités organisées et valorisées par Bruxelles Environnement lors de la campagne de promotion des Rencontres Good Food.
    En attendant l’ouverture des inscriptions en ligne en mars, n’hésitez pas à déjà nous faire part de vos projets, idées, questions à info-goodfood@environnement.brussels
     
     


     


     


    Appel à projets Good Food contre le gaspillage alimentaire


    En parallèle, rdv ce 1er février à 16h pour une séance d’information sur l’Appel à projets Good Food contre le gaspillage alimentaire, ouvert au secteur associatif ou économique à finalité sociale à Bruxelles. Séance d’information sur l’Appel à projets Good Food – 1er à 16h – BEL T&T, Avenue du Port 86/c, 1000 Bruxelles Contre le gaspillage alimentaire. 

    L’administration régionale Bruxelles Environnement lance un appel à projets ouvert au secteur associatif ou économique à finalité sociale à Bruxelles. Vous souhaitez développer un projet de lutte contre le gaspillage alimentaire, envoyez votre candidature avant le vendredi 23 mars 2018 à minuit


    Infos et inscriptions : http://www.environnement.brussels/news/good-food-participez-au-nouvel-appel-projets-pour-lutter-contre-le-gaspillage-alimentaire
    info-goodfood@environnement.brussels


     


     


  • Le 2 décembre dernier, RdC intervenait dans la deuxième journée du GRAC consacrée à la gestion du pouvoir au sein de nos organisations. Cette fois nous nous sommes interrogés sur les "êtres", actants non-humains qui agissent nos groupes, qui agissent sur le groupe.


    Nous avons voulu explorer la proposition suivante : la manière dont le pouvoir est vécu au sein d’un groupe dépend de la façon dont celui-ci construit un ensemble de dispositifs, textes de référence, règles, habitudes, trucs et ficelles, outils, ... visant à organiser le projet, ses actions et les relations entre ses membres.


    Nous avons appelé ces « êtres » des actants afin de reconnaître qu’une charte, un outil de prise de décision, un règlement d’ordre intérieur, l’architecture des réunions, sont agissants : de véritables acteurs de pouvoir !

    Notre postulat était qu’une grande partie de nos « actants » est implicite et informelle, que des règles se mettent en place « à l’insu de notre plein gré » et qu’une transparence totale est impossible, voire nuisible.


    Mais aussi que des pratiques visant à mettre « devant nous » nos habitudes, à les interroger et à les soumettre à la réflexion du groupe, sont indispensables.



    Dessin en facilitation graphique de Matthieu Van Niel


    Trois cas pratiques de gestion du pouvoir à partir d’« actants » et de leur vie au sein d’organisations ont été proposés, dont celui de Rencontre des Continents :


    Récit, mythologie fondatrice

    Chez Rencontre des Continents, le récit occupe une place particulière. Sujet de l’agir collectif, il est ce qui scénarise, ce qui guide. Il est à la fois le fruit d’une construction collective et ce qui construit une vision commune. Il est le miroir de la représentation que nous nous faisons du monde et que nous proposons tant au sein de notre collectif qu’aux participant.e.s à nos formations et animations.

    Le fait de penser le récit comme un actant non-humain agissant le collectif, de lui donner toute sa place en reconnaissant qu’il peut parfois nous dépasser tant il est devenu implicite et tant il fait corps avec nos choix, soulève questionnements et tensions à propos de la vie et de l’organisation de nos associations.

    En partageant notre expérience, nous avons pensé ensemble sa construction, sa vie, sa perpétuelle et nécessaire adaptation, la réappropriation de son langage, les liens qu’il permet, la manière de le vivre au dedans et au dehors, la manière dont on en prend soin, la place qu’il permet à l’imaginaire... et le pouvoir qu’il exerce dans/sur nos organisations.

    Nous avons également partagé la construction de notre récit grâce à la métaphore de l’arbre  :



    1. «  L’humus » = dans quel monde on vit
    2. « Les racines  » = notre lecture de ce monde = comment le monde nous parle = comment nous sommes tous reliés à l’humus = principes et idées fondamentales pour RdC (histoire, héritage, cadre, auteurs, etc..)
    C’est grâce à nos racines que nous pouvons faire naître une intention : un arbre !
    3. « Le tronc » : La structure de RdC (identité axiale de RdC : objectifs, mission, thèmes de travail, etc…). C’est ici que se retrouve notre charte, mais aussi notre démarche méthodologique et enfin nos modes de gouvernance.
    4. « Les feuilles et fruits » : fruits (nos actions) et feuilles (nos réseaux)


     


    Pour retrouver les traces de la journée, allez voir sur le site : http://journee-pouvoir-2-grac.strikingly.com/ qui va encore être alimenté prochainement.


  • Alternatives, résistances et solidarité pour la souveraineté alimentaire !



    Comment réinventer sa consommation et son lien à celle-ci ? Le Projet Alternatives Locales de Quinoa, ce sont d’abord 4 modules de formation pour mieux comprendre les enjeux de la mondialisation, en partant du thème de l’alimentation.


    Le ’PAL’ ce sont aussi 3 modules d’immersion - ferme alternative, potager collectif, atelier culinaire...-, pour donner un aperçu des dynamiques sociales près de chez nous.


    Le processus est axé sur les pistes d’engagement individuel et collectif en faveur de la souveraineté alimentaire. Exposés, témoignages d’acteur de terrain, jeux pédagogiques, débats, ateliers pratiques et immersions s’articulent avec les expériences des participant-es, pour "alimenter" votre propre projet solidaire !


    PROCESSUS COMPLET
    4 journées de formation axés les systèmes alimentaires (mai) ; 1 semaine d’immersion dans une ferme alternative + 1 w-e dans un potager urbain + 1 w-e d’ateliers culinaires (août) ; 1 journée d’action solidaire en faveur de la souveraineté alimentaire (septembre).


    Toutes les infos détaillées sont ici :
    http://www.quinoa.be/blog/projet-alternatives-locales/




    Pour en savoir plus sur le Projet Alternatives Locales de Quinoa, en collaboration avec Rencontre des Continents et beaucoup d’autres partenaires, c’est par ici !


    INSCRIPTIONS


    - Inscriptions dès à présent en ligne etjusqu’au 16/04/2018
    clôture dès que le nombre d’inscrit-es -10 pers.- est atteint.

     


     


  • Le réseau GRAPPE, dans le cadre de ses différentes actions de sensibilisation aux enjeux de notre alimentation et de son impact sur l’environnement, a décidé de lancer un concours d’arts visuels en 2D (format libre, tant que l’auteur peut rendre compte de son oeuvre par une production 2D fixe) qui évoluera en une exposition itinérante ! En voyageant à travers l’hexagone, cette exposition sera ouverte à toutes et à tous. Accompagnée d’une animation d’éducation populaire, l’exposition sera “vivante” et interactive avec ses visiteurs.



    Pour ce faire nous vous invitons à participer au concours en nous proposant vos œuvres et votre art répondant, à votre façon, au thème qui est “Ce que dévore l’humain”.



    Par votre participation le GRAPPE s’engage à vous tenir informé.e des résultats ainsi que de l’itinérance de l’exposition. Aussi, de part votre participation vous vous engagez à respecter le règlement ci-dessous. Pour leur adresser votre participation vous pouvez envoyer votre oeuvre par mail, accompagné de la charte de cession de droits d’auteur et le règlement signés et datés, à l’adresse : concours@reseaugrappe.org ou par voie postale au 4bis cours des alliés 35000 Rennes. Vous devez aussi remplir le formulaire qui se trouve ici, qui ne vous prendra pas plus de 2 minutes à compléter pour que votre participation soit valide.


     


    Le concours est ouvert du 8 janvier au 16 février 2018, les résultats seront publiés le 23 février 2018 !


     



  • Envies de missions ponctuelles ?


    Rencontre des Continents est un collectif qui s’engage à permettre l’appropriation de son fonctionnement et de ses outils, à être un lieu hospitalier pour toutes personnes et à favoriser leurs parcours de découvertes et d’apprentissages. C’est bien l’ensemble du collectif qui entretient tout ça.

    Chacune et chacun vient comme il est et en ressort transformé (en tout cas, on l’espère !). Que ce soit pour des missions dans le cadre d’un stage long ou court, vous êtes les bienvenus.

    Etre en stage chez RdC, c’est avoir des responsabilités et être redevable sur ses missions, prendre part à la gouvernance de l’association, apprendre, rencontrer des personnes, participer à des formations, manger dans une ambiance conviviale, faire la fête. C’est un peu comme un joyeux désordre où chacun trouve sa place.



    Envies de missions concrètes ponctuelles ? Rencontre des Continents recherche régulièrement des personnes motivées pour faire des stages sur des missions d’appui spécifiques.



    Si tu es intéressé.e par une ou plusieurs des missions ci-dessous, envoie un mail à la personne de contact en spécifiant les missions concrètes qui t’appellent.




    COMMUNICATION
    (contactez : alice@rencontredescontinents.be)


    - Appui graphisme ! Création de supports visuels : flyers, fanzines, affiches, invitations...
    - Refonte et mise en page des syllabus des cycles de cuisine (en lien avec le cercle Maïté)
    - Rédaction et encodage d’articles de fond, sur des événements, alternatives, portraits, interviews, retours de terrain, lieux inspirants, ... (en lien avec le comité et avant le 23 du mois de publication)
    - Relecture du site pour aider à l’améliorer et le rendre plus accessible
    - Aide à la gestion de contacts, encodage de la base de données
    - Appui à gestion de sollicitations
    - Appui à la gestion de la documentation
     


    ADMINISTRATIF ET FINANCIER 
    (contactez : olivia@rencontredescontinents.be)


    -Aider à la relecture des dossiers de financements sur base de nos contenus
    - Appui à l’encodage comptable et financier de l’asbl
    - Aide/soutien à la recherche de financements diversifiés
    - Appui à la rédaction d’appel à projet ou marché public
     


    ANIMATION
    (contactez : olivia@rencontredescontinents.be)


    - Appui et co-animation ponctuelle sur des animations, des événements, des formations, …
    - Appui logistic
    - Liens avec les volonTerres sur les espaces de sensibilisation
    - Appui à la création d’outils pédagogiques
    - Appui à la gestion des outils pédagogiques pour les rendre plus accessibles


     


    MISE EN RESEAU
    (contactez : seb.kennes@rencontredescontinents.be)


    - participation à des événements
    - appui à la réflexion


     


    Et si tu préfères devenir volonTerre, pour en savoir plus sur le volontariat chez RdC tout est expliqué ici => Kit du VolonTerre



    Envies de missions ponctuelles ?


    Rencontre des Continents est un collectif qui s’engage à permettre l’appropriation de son fonctionnement et de ses outils, à être un lieu hospitalier pour toutes personnes et à favoriser leurs parcours de découvertes et d’apprentissages. C’est bien l’ensemble du collectif qui entretient tout ça.

    Chacune et chacun vient comme il est et en ressort transformé (en tout cas, on l’espère !). Que ce soit pour des missions dans le cadre d’un stage long ou court, vous êtes les bienvenus.

    Etre en stage chez RdC, c’est avoir des responsabilités et être redevable sur ses missions, prendre part à la gouvernance de l’association, apprendre, rencontrer des personnes, participer à des formations, manger dans une ambiance conviviale, faire la fête. C’est un peu comme un joyeux désordre où chacun trouve sa place.



    Envies de missions concrètes ponctuelles ? Rencontre des Continents recherche régulièrement des personnes motivées pour faire des stages sur des missions d’appui spécifiques.



    Si tu es intéressé.e par une ou plusieurs des missions ci-dessous, envoie un mail à la personne de contact en spécifiant les missions concrètes qui t’appellent.




    COMMUNICATION
    (contactez : alice@rencontredescontinents.be)


    - Appui graphisme ! Création de supports visuels : flyers, fanzines, affiches, invitations...
    - Refonte et mise en page des syllabus des cycles de cuisine (en lien avec le cercle Maïté)
    - Rédaction et encodage d’articles de fond, sur des événements, alternatives, portraits, interviews, retours de terrain, lieux inspirants, ... (en lien avec le comité et avant le 23 du mois de publication)
    - Relecture du site pour aider à l’améliorer et le rendre plus accessible
    - Aide à la gestion de contacts, encodage de la base de données
    - Appui à gestion de sollicitations
    - Appui à la gestion de la documentation
     


    ADMINISTRATIF 
    (contactez : olivia@rencontredescontinents.be)


    -Aider à la relecture des dossiers de financements sur base de nos contenus
    - Appui à l’encodage comptable et financier de l’asbl
    - Aide/soutien à la recherche de financements diversifiés
    - Appui à la rédaction d’appel à projet ou marché public
     


    ANIMATION
    (contactez : olivia@rencontredescontinents.be)


    - Appui et co-animation ponctuelle sur des animations, des événements, des formations, …
    - Appui logistic
    - Liens avec les volonTerres sur les espaces de sensibilisation
    - Appui à la création d’outils pédagogiques
    - Appui à la gestion des outils pédagogiques pour les rendre plus accessibles


     


    MISE EN RESEAU
    (contactez : seb.kennes@rencontredescontinents.be)


    - participation à des événements
    - appui à la réflexion


     


    Et si tu préfères devenir volonTerre, pour en savoir plus sur le volontariat chez RdC tout est expliqué ici => Kit du VolonTerre






  • RDC souhaite souligner et soutenir cette victoire. OUI après 40 ans de luttes, le 17 janvier le projet d’aéroport à NDDL a été abandonné !
    Nous avons sans doute été nombreux-ses à être heureux ce jour-là.

    Une vidéo vaut parfois mieux qu’une dissertation. La voici et RDV sur place le WE du 9-10 février pour enraciner l’avenir !


    https://www.facebook.com/journalbasta/videos/10155740573704892/


    De quoi avons-nous le plus besoin ? D’un énième aéroport pour
    voyager toujours plus vite ou d’un bout de nature préservant la
    biodiversité et l’art de vivre ensemble ?
    La seule question qui se pose,
    c’est celle-ci.


    La lutte, ça fonctionne !



    Il est utile de rappeler qu’il aura fallu + de 40 ans de luttes politiques, juridiques, associatives, citoyennes sur le terrain juridique et physique, pour sensibiliser/questionner/montrer/démontrer/rendre légitime une lutte écologique...et systémique contre l’absurdité de nos modes de vie actuels. C’est une victoire et aussi une lutte paysanne avant tout pour la préservation des terres cultivables et préserver la capacité des générations futures de produire leur alimentation. Ça ouvre une des nombreuses voies pour la ré-appropriation de nos systèmes alimentaires.



    Luttes locales, combat global
    Enfin, cette lutte locale s’inscrit dans un combat global anticapitaliste contre la marchandisation et la destruction du vivant et pour la mise en place et l’expérimentation d’alternatives sociales et écologiques, urgentes et nécessaires. Car en Belgique aussi les petits et grands projets nuisibles et imposés existent...D’où l’importance de soutenir les luttes de territoires et les alternatives qui vont avec !
    > Lire aussi : http://www.cadtm.org/Luttes-de-territoires



    Plus d’infos ?



    http://zad.nadir.org/



    https://www.acipa-ndl.fr/

  • Invitation 
     
    Venez découvrir un projet enchanté en cours de co-création, réunissant le cycle complet de l’alimentation durable sur le terrain de la ferme du Chaudron à Anderlecht.
     
     
    Agro-écologieAlimentation durableAnimation et Pédagogie
     
    Un projet où la permaculture rejoint la transformation de produits, et qui propose, encomplément, divers ateliers et animations pédagogiques. Un projet à créer ensemble pour participer à la résilience du système alimentaire bruxellois et promouvoir la transition vers plus de sens, d’écologie et de d’amour du vivant ! 

    Suite à l’appel à projet de Boeren Bruxsel Paysans, qui nous accompagne, un terrain (un petit hectare) est mis à notre disposition dans un quartier verdoyant à Bruxelles (oui, oui ça existe encore !), à Anderlecht dans le Neerpede. Le projet doit démarrer au printemps 2018. 

    Nous voulons partager avec vous ce beau projet, l’expliquer plus en détails aux curieux·ses, répondre aux questions des intéressé·e·s, entendre les suggestions des enthousiastes et trouver d’autres membres fondateurs·trice·s ! 

    Car le Chaudron recherche de nouveaux·elles collaborateur·trice·s ! 
    Si vous êtes désireux·ses de rejoindre le collectif naissant et de prendre part à une aventure pleine de bon sens et bons sentiments... 
    Alors pour l’amour d’un Chaudron, faites que 2018 soit l’année de la réalisation de nos rêves et venez, si le cœur vous en dit, nous aider à les concrétiser. 

     
    Où et quand ? 
     
    Vendredi
     
    26/01 à 18h au BOOM Caférue Pletinckx 7, 1000 Bruxelles (présentation à 18h30) 
     
    2/02 à 17h30 à La Vieille Chéchette, rue du Monténégro 2, 1060 Saint-Gilles (présentation à 18h) 
     
    9/02 à 18h à La Maison Verte et Bleue, rue du Chaudron 1A, 1070 Anderlecht
    et visite du terrain à 16h30, rue du Chaudron 20 
     
    « Tout est bon dans l’Chaudron ! » 
     
    Bertrand, Swen et Yanis 
     
    info@lafermeduchaudron.be
    facebook
     
    Boeren Bruxsel Paysans, qui nous accompagne et met le terrain à notre disposition, est financé par le Fonds Européen de Développement Régional.
     
     


  • Dans une carte blanche publiée dans le journal Le Soir, 169 acteurs associatifs, syndicaux, culturels et sociaux s’indignent de l’arrestation de sans-papiers, dans les locaux de l’association Globe Aroma. Ils dénoncent des contrôles arbitraires dans le cadre de lieux « sanctuarisés ».


    Ce vendredi 9 février, un cap supplémentaire a été franchi dans la lutte frénétique du gouvernement fédéral contre les personnes migrantes : des sans-papiers ont été arrêtés au sein même des locaux d’une association du secteur artistique. Un cap que nous, 169 organisations des secteurs associatif, syndical, culturel, artistique, social, humanitaire et médical, ainsi que des collectifs de sans-papiers, n’aurions pu imaginer il y a quelques années. Nous refusons d’être instrumentalisés et exigeons la libération immédiate de Jiyed et Mounir !


    Une violence inacceptable


    Nous sommes un vendredi soir à Globe Aroma, association culturelle qui promeut des rencontres artistiques entre Belges et migrants, avec et sans papiers. Aux alentours de 16h, des hommes en civil, munis de brassards, débarquent dans l’ASBL. Ils sont accompagnés par un important dispositif de police. Pendant que deux inspecteurs accompagnent Els et Koen, les responsables de Globe Aroma, à l’étage pour vérifier les registres de présence, la police se met à contrôler l’identité de toutes les personnes présentes dans le couloir et au rez-de-chaussée. Sept personnes sans papiers sont ainsi arrêtées dans une violence inacceptable ! Cinq d’entre elles ont été relâchées après plusieurs heures passées au commissariat ; deux ont été emmenées au 127bis, le centre fermé de Steenokkerzeel. Il s’agit de Mounir, militant syndical du comité des travailleurs migrants, et de Jiyed, artiste devant présenter ses peintures quelques heures plus tard dans une exposition organisée par la Ville de Bruxelles…


    Le cadre dans lequel la police est intervenue n’était pas clairement identifiable. Trois versions ont été données : le « plan canal », un « contrôle multidisciplinaire » ou encore le « plan Belfi ». Ce dernier, mis en place en 2014 dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, cible principalement le secteur associatif bruxellois. Si ce contrôle ne visait pas officiellement les sans-papiers, c’est pourtant sur eux que la répression s’est abattue.


    Nous refusons que nos services servent de souricières au gouvernement fédéral dans le cadre de sa lutte frénétique contre celles et ceux qu’il considère comme indésirables. Nous n’acceptons pas que des contrôles d’identité arbitraires, aux motifs non-précisés et non-identifiables, se déroulent dans des lieux sanctuarisés comme les ASBL. Nous ne nous laisserons pas instrumentaliser !


    Ne pas se tromper de contrôle !


    Nous rappelons à cet effet que, pour exercer nos missions, notamment en termes de cohésion sociale, nous devons pouvoir bénéficier de la confiance du public bénéficiaire ; confiance dont nous sommes privés lorsque des interventions de ce genre se produisent. Des contrôles d’identité de ce type sont incompatibles avec les valeurs défendues dans le secteur non-marchand. Les personnes sans papiers oseront-elles encore franchir nos portes pour s’informer sur leurs droits, assister à un spectacle, apprendre le français, ou encore se faire soigner et trouver un abri pour la nuit ?


    Nous ne remettons pas en question la possibilité d’effectuer un contrôle administratif quant au respect des normes imposées aux ASBL ; mais ces contrôles doivent avoir pour objet l’association, et en aucun cas son public.


    Nous rappelons que le gouvernement fédéral a pris de nombreuses mesures visant à stigmatiser, discriminer, arrêter, détenir et expulser les sans-papiers. Parmi celles-ci : le projet de loi sur les « visites domiciliaires » actuellement à l’étude pour pouvoir les arrêter à leur domicile ou au domicile de tiers, le projet de loi « anti-squat » pour les empêcher d’occuper un bâtiment vide depuis plusieurs années, les réformes du droit d’asile pour faciliter la détention des personnes sans-papiers qui voudraient réintroduire une demande d’asile, la création de trois nouveaux centres fermés, ainsi que la construction d’unités pour pouvoir détenir des familles avec enfants...


    Arrêtez de criminaliser !


    Dans ce contexte, nous refusons de croire que le motif principal et caché du contrôle de vendredi soir dans les locaux de Globe Aroma n’était pas de traquer des personnes sans titre de séjour. Les sans-papiers représentent des ressources indispensables à de nombreux secteurs de notre économie ; à ce titre, ils doivent être régularisés, et non criminalisés.


    Nous, 168 organisations des secteurs associatif, syndical, culturel, artistique, social, humanitaire et médical, ainsi que des collectifs de sans-papiers, n’acceptons pas de collaborer à un tel dispositif.


    Nous appelons tous les citoyens, ainsi que tous les acteurs de nos secteurs, à se joindre à l’action du dimanche 25 février à 14 h au parc Maximilien.


     


     



    RdC est solidaire ! Nous étions au Parc Maxilien dimanche avec vnous tou.te.s et y serons tans qu’il fraudra dénoncer ces mesures inhumaines et arbitraires !


     


    Pour lire la lettre ouverte au Gouvernement, c’est par ici :


     



     


    Sources : IEB et Globe Aroma


     


     


     

février 2018 :

janvier 2018 | mars 2018

Inscription à la liste de diffusion
    • Liste de la newsletter