Actualités du 17 mars 2018


  • Alternatives, résistances et solidarité pour la souveraineté alimentaire !



    INSCRIPTIONS


    Inscriptions dès à présent en ligne etjusqu’au 13/05/2018


    clôture dès que le nombre d’inscrit-es -10 pers.- est atteint.


     


    Comment réinventer sa consommation et son lien à celle-ci ? Le Projet Alternatives Locales de Quinoa, ce sont d’abord 4 modules de formation pour mieux comprendre les enjeux de la mondialisation, en partant du thème de l’alimentation.


    Le ’PAL’ ce sont aussi 3 modules d’immersion - ferme alternative, potager collectif, atelier culinaire...-, pour donner un aperçu des dynamiques sociales près de chez nous.


    Le processus est axé sur les pistes d’engagement individuel et collectif en faveur de la souveraineté alimentaire. Exposés, témoignages d’acteur de terrain, jeux pédagogiques, débats, ateliers pratiques et immersions s’articulent avec les expériences des participant-es, pour "alimenter" votre propre projet solidaire !


    PROCESSUS COMPLET
    4 journées de formation axés les systèmes alimentaires (mai) ; 1 semaine d’immersion dans une ferme alternative + 1 w-e dans un potager urbain + 1 w-e d’ateliers culinaires (août) ; 1 journée d’action solidaire en faveur de la souveraineté alimentaire (septembre).


    Toutes les infos détaillées sont ici :
    http://www.quinoa.be/blog/projet-alternatives-locales/




    Pour en savoir plus sur le Projet Alternatives Locales de Quinoa, en collaboration avec Rencontre des Continents et beaucoup d’autres partenaires, c’est par ici !


     



     


     


  • Envies de missions ponctuelles ?


    Rencontre des Continents est un collectif qui s’engage à permettre l’appropriation de son fonctionnement et de ses outils, à être un lieu hospitalier pour toutes personnes et à favoriser leurs parcours de découvertes et d’apprentissages. C’est bien l’ensemble du collectif qui entretient tout ça.

    Chacune et chacun vient comme il est et en ressort transformé (en tout cas, on l’espère !). Que ce soit pour des missions dans le cadre d’un stage long ou court, vous êtes les bienvenus.

    Etre en stage chez RdC, c’est avoir des responsabilités et être redevable sur ses missions, prendre part à la gouvernance de l’association, apprendre, rencontrer des personnes, participer à des formations, manger dans une ambiance conviviale, faire la fête. C’est un peu comme un joyeux désordre où chacun trouve sa place.



    Envies de missions concrètes ponctuelles ? Rencontre des Continents recherche régulièrement des personnes motivées pour faire des stages sur des missions d’appui spécifiques.



    Si tu es intéressé.e par une ou plusieurs des missions ci-dessous, envoie un mail à la personne de contact en spécifiant les missions concrètes qui t’appellent.




    COMMUNICATION
    (contactez : alice@rencontredescontinents.be)


    - Appui graphisme ! Création de supports visuels : flyers, fanzines, affiches, invitations...
    - Refonte et mise en page des syllabus des cycles de cuisine (en lien avec le cercle Maïté)
    - Rédaction et encodage d’articles de fond, sur des événements, alternatives, portraits, interviews, retours de terrain, lieux inspirants, ... (en lien avec le comité et avant le 23 du mois de publication)
    - Relecture du site pour aider à l’améliorer et le rendre plus accessible
    - Aide à la gestion de contacts, encodage de la base de données
    - Appui à gestion de sollicitations
    - Appui à la gestion de la documentation
     


    ADMINISTRATIF ET FINANCIER 
    (contactez : olivia@rencontredescontinents.be)


    -Aider à la relecture des dossiers de financements sur base de nos contenus
    - Appui à l’encodage comptable et financier de l’asbl
    - Aide/soutien à la recherche de financements diversifiés
    - Appui à la rédaction d’appel à projet ou marché public
     


    ANIMATION
    (contactez : olivia@rencontredescontinents.be)


    - Appui et co-animation ponctuelle sur des animations, des événements, des formations, …
    - Appui logistic
    - Liens avec les volonTerres sur les espaces de sensibilisation
    - Appui à la création d’outils pédagogiques
    - Appui à la gestion des outils pédagogiques pour les rendre plus accessibles


     


    MISE EN RESEAU
    (contactez : seb.kennes@rencontredescontinents.be)


    - participation à des événements
    - appui à la réflexion


     


    Et si tu préfères devenir volonTerre, pour en savoir plus sur le volontariat chez RdC tout est expliqué ici => Kit du VolonTerre



    Envies de missions ponctuelles ?


    Rencontre des Continents est un collectif qui s’engage à permettre l’appropriation de son fonctionnement et de ses outils, à être un lieu hospitalier pour toutes personnes et à favoriser leurs parcours de découvertes et d’apprentissages. C’est bien l’ensemble du collectif qui entretient tout ça.

    Chacune et chacun vient comme il est et en ressort transformé (en tout cas, on l’espère !). Que ce soit pour des missions dans le cadre d’un stage long ou court, vous êtes les bienvenus.

    Etre en stage chez RdC, c’est avoir des responsabilités et être redevable sur ses missions, prendre part à la gouvernance de l’association, apprendre, rencontrer des personnes, participer à des formations, manger dans une ambiance conviviale, faire la fête. C’est un peu comme un joyeux désordre où chacun trouve sa place.



    Envies de missions concrètes ponctuelles ? Rencontre des Continents recherche régulièrement des personnes motivées pour faire des stages sur des missions d’appui spécifiques.



    Si tu es intéressé.e par une ou plusieurs des missions ci-dessous, envoie un mail à la personne de contact en spécifiant les missions concrètes qui t’appellent.




    COMMUNICATION
    (contactez : alice@rencontredescontinents.be)


    - Appui graphisme ! Création de supports visuels : flyers, fanzines, affiches, invitations...
    - Refonte et mise en page des syllabus des cycles de cuisine (en lien avec le cercle Maïté)
    - Rédaction et encodage d’articles de fond, sur des événements, alternatives, portraits, interviews, retours de terrain, lieux inspirants, ... (en lien avec le comité et avant le 23 du mois de publication)
    - Relecture du site pour aider à l’améliorer et le rendre plus accessible
    - Aide à la gestion de contacts, encodage de la base de données
    - Appui à gestion de sollicitations
    - Appui à la gestion de la documentation
     


    ADMINISTRATIF 
    (contactez : olivia@rencontredescontinents.be)


    -Aider à la relecture des dossiers de financements sur base de nos contenus
    - Appui à l’encodage comptable et financier de l’asbl
    - Aide/soutien à la recherche de financements diversifiés
    - Appui à la rédaction d’appel à projet ou marché public
     


    ANIMATION
    (contactez : olivia@rencontredescontinents.be)


    - Appui et co-animation ponctuelle sur des animations, des événements, des formations, …
    - Appui logistic
    - Liens avec les volonTerres sur les espaces de sensibilisation
    - Appui à la création d’outils pédagogiques
    - Appui à la gestion des outils pédagogiques pour les rendre plus accessibles


     


    MISE EN RESEAU
    (contactez : seb.kennes@rencontredescontinents.be)


    - participation à des événements
    - appui à la réflexion


     


    Et si tu préfères devenir volonTerre, pour en savoir plus sur le volontariat chez RdC tout est expliqué ici => Kit du VolonTerre




  • Dans une carte blanche publiée dans le journal Le Soir, 169 acteurs associatifs, syndicaux, culturels et sociaux s’indignent de l’arrestation de sans-papiers, dans les locaux de l’association Globe Aroma. Ils dénoncent des contrôles arbitraires dans le cadre de lieux « sanctuarisés ».


    Ce vendredi 9 février, un cap supplémentaire a été franchi dans la lutte frénétique du gouvernement fédéral contre les personnes migrantes : des sans-papiers ont été arrêtés au sein même des locaux d’une association du secteur artistique. Un cap que nous, 169 organisations des secteurs associatif, syndical, culturel, artistique, social, humanitaire et médical, ainsi que des collectifs de sans-papiers, n’aurions pu imaginer il y a quelques années. Nous refusons d’être instrumentalisés et exigeons la libération immédiate de Jiyed et Mounir !


    Une violence inacceptable


    Nous sommes un vendredi soir à Globe Aroma, association culturelle qui promeut des rencontres artistiques entre Belges et migrants, avec et sans papiers. Aux alentours de 16h, des hommes en civil, munis de brassards, débarquent dans l’ASBL. Ils sont accompagnés par un important dispositif de police. Pendant que deux inspecteurs accompagnent Els et Koen, les responsables de Globe Aroma, à l’étage pour vérifier les registres de présence, la police se met à contrôler l’identité de toutes les personnes présentes dans le couloir et au rez-de-chaussée. Sept personnes sans papiers sont ainsi arrêtées dans une violence inacceptable ! Cinq d’entre elles ont été relâchées après plusieurs heures passées au commissariat ; deux ont été emmenées au 127bis, le centre fermé de Steenokkerzeel. Il s’agit de Mounir, militant syndical du comité des travailleurs migrants, et de Jiyed, artiste devant présenter ses peintures quelques heures plus tard dans une exposition organisée par la Ville de Bruxelles…


    Le cadre dans lequel la police est intervenue n’était pas clairement identifiable. Trois versions ont été données : le « plan canal », un « contrôle multidisciplinaire » ou encore le « plan Belfi ». Ce dernier, mis en place en 2014 dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, cible principalement le secteur associatif bruxellois. Si ce contrôle ne visait pas officiellement les sans-papiers, c’est pourtant sur eux que la répression s’est abattue.


    Nous refusons que nos services servent de souricières au gouvernement fédéral dans le cadre de sa lutte frénétique contre celles et ceux qu’il considère comme indésirables. Nous n’acceptons pas que des contrôles d’identité arbitraires, aux motifs non-précisés et non-identifiables, se déroulent dans des lieux sanctuarisés comme les ASBL. Nous ne nous laisserons pas instrumentaliser !


    Ne pas se tromper de contrôle !


    Nous rappelons à cet effet que, pour exercer nos missions, notamment en termes de cohésion sociale, nous devons pouvoir bénéficier de la confiance du public bénéficiaire ; confiance dont nous sommes privés lorsque des interventions de ce genre se produisent. Des contrôles d’identité de ce type sont incompatibles avec les valeurs défendues dans le secteur non-marchand. Les personnes sans papiers oseront-elles encore franchir nos portes pour s’informer sur leurs droits, assister à un spectacle, apprendre le français, ou encore se faire soigner et trouver un abri pour la nuit ?


    Nous ne remettons pas en question la possibilité d’effectuer un contrôle administratif quant au respect des normes imposées aux ASBL ; mais ces contrôles doivent avoir pour objet l’association, et en aucun cas son public.


    Nous rappelons que le gouvernement fédéral a pris de nombreuses mesures visant à stigmatiser, discriminer, arrêter, détenir et expulser les sans-papiers. Parmi celles-ci : le projet de loi sur les « visites domiciliaires » actuellement à l’étude pour pouvoir les arrêter à leur domicile ou au domicile de tiers, le projet de loi « anti-squat » pour les empêcher d’occuper un bâtiment vide depuis plusieurs années, les réformes du droit d’asile pour faciliter la détention des personnes sans-papiers qui voudraient réintroduire une demande d’asile, la création de trois nouveaux centres fermés, ainsi que la construction d’unités pour pouvoir détenir des familles avec enfants...


    Arrêtez de criminaliser !


    Dans ce contexte, nous refusons de croire que le motif principal et caché du contrôle de vendredi soir dans les locaux de Globe Aroma n’était pas de traquer des personnes sans titre de séjour. Les sans-papiers représentent des ressources indispensables à de nombreux secteurs de notre économie ; à ce titre, ils doivent être régularisés, et non criminalisés.


    Nous, 168 organisations des secteurs associatif, syndical, culturel, artistique, social, humanitaire et médical, ainsi que des collectifs de sans-papiers, n’acceptons pas de collaborer à un tel dispositif.


    Nous appelons tous les citoyens, ainsi que tous les acteurs de nos secteurs, à se joindre à l’action du dimanche 25 février à 14 h au parc Maximilien.


     


     



    RdC est solidaire ! Nous étions au Parc Maxilien dimanche avec vnous tou.te.s et y serons tans qu’il fraudra dénoncer ces mesures inhumaines et arbitraires !


     


    Pour lire la lettre ouverte au Gouvernement, c’est par ici :


     



     


    Sources : IEB et Globe Aroma


     


     


     


  • Lola, volonterre engagée dans le cercle des animateurs cuisine "Maïté" RdC, nous fait le plaisir de partager son parcours d’engagement inspirant. 


    « Par où commencer ? Ma passion pour la cuisine végétale ? Le volontariat chez RdC ? Le projet Palais Vert ? Le Kiosque à graines ? …  ».

    Lola est actuellement animée par son envie de partager son engouement pour la cuisine végétale. Elle aime échanger avec des amis autour d’un bon repas, transmettre aux petits et aux plus grands, explorer une alimentation équilibrée, revisiter des recettes et les faire goûter...

    Après avoir suivi la formation "Découverte du secteur de l’AD", qui lui a permis d’approfondir les enjeux de l’alimentation durable, d’avoir une vue globale du secteur professionnel (filières, projets innovants et métiers) à Bruxelles et d’expérimenter la création et la gestion collective de projets, Lola se lance dans un super projet ! Avec Tania, rencontrée lors de cette formation, elle crée un projet inspirant : « Le Palais Vert ». Pour en savoir plus sur le Palais Vert, c’est par ici.



     


    Il s’agit de mettre en place des animations de sensibilisation à l’alimentation durable auprès d’un public jeune, des enfants. Elles se lancent et ont déjà animé dans des écoles de devoirs, au Forum des alternatives, … Elles testent des dispositifs et des thématiques comme « les questionnements liés au sucre » par exemple. Très enthousiasmées par leurs premières expériences, à terme, elles aimeraient monter des stages sur différentes thématiques avec des ateliers culinaires, pendant les vacances scolaires. A suivre de près !

    Pour Lola, la découverte de RdC s’est faite tout naturellement. Après un master en cinéma, elle s’est impliquée dans le Festival AlimenTerre organisé par SOS Faim et dont RdC est partenaire. Elle a visionné des dizaines de documentaires sur la souveraineté alimentaire, l’accaparement des terres, les ravages de l’agroindustrie, l’élevage intensif, … Elle prend du recul et réalise l’impact de son alimentation. Son changement de comportement alimentaire est radical et son engagement pour une autre alimentation se fait au fur et à mesure. Elle devient végétarienne, puis essaie de ne plus acheter ses produits au super marché, puis développe une attention particulière à ce qui est produit localement. Aujourd’hui, elle est devenue vegan, pour son plus grand bonheur. Cherchant à découvrir le domaine de l’Alimentation durable à Bruxelles, elle trouve la formation « Découverte du secteur de l’AD  ».

    A la suite de cette formation Lola devient volonterre chez RdC et s’implique activement dans diverses activités de l’association. Elle co-coordonne le cycle d’initiation à l’AD, réalise des animations culinaires dans des CPAS, au Placet à LLN, … Elle adhère aux valeurs du collectif et à la méthodologie utilisée. Elle recherchait du savoir et savoir-faire, et un espace d’expérimentation. "Pour moi, la mise en place des activités, les outils pédagogiques utilisés, le cadre de transmission, la bienveillance, la co-construction qui permet à tou.te.s de contribuer, l’expérience de groupe, faire parti d’un tout, pouvoir retransmettre ce qu’on a appris,… ça fait partie d’une expérience unique. Ca m’a permis de me mettre en situation, de trouver mes marques et d’affiner ma posture d’animatrice. J’ai eu des supers échos ! Ces espaces d’expérimentations ont suscité chez moi plein de nouvelles envies. J’ai très envie par exemple de développer de nouvelles techniques, dont la facilitation graphique lors de mes animations. RdC c’est vraiment un lieu d’apprentissage permanent où il est toujours possible d’apprendre et d’échanger".

    Pour Lola : "RdC, c’est une marée de lucioles qui dansent le ventre plein".

    En parallèle, avec la nouvelle saison qui commence, Lola fait fasse à de nombreux défis pour développer et stabiliser le projet dans lequel elle travaille désormais : "Le kiosque à graines".



    Le kiosque à graines, c’est une construction modulable installée dans l’espace public qui accompagne les dynamiques potagères au coeur des quartiers. C’est également des rendez-vous réguliers avec les habitants de Molenbeek et Laeken. C’est plein de conseils sur comment cultiver en ville, se documenter, apprendre et partager de bons moments. Pour Lola, sa mission "c’est d’essaimer plein de petites poches vertes au cœur du territoire urbain". Pour en savoir plus sur le Kiosque, c’est par ici ! 



    Retrouvez tous nos portraits de volonterres se trouve ici, belles rencontres !
     



  • Etat :  Inscriptions ouvertes 8è édition : mai-juin 2018 !

    Début de la formation : vendredi 11 mai
    Date limite des inscriptions : 27 avril
    Confirmation des candidatures : 30 avril
    Programme complet détaillé : 2 mai


    L’asbl Rencontre des Continents, en collaboration avec de nombreux partenaires, vous présente son cycle 2018 de formation en 7 jours, pour acteurs relais, sur le thème de l’alimentation durable et de ses enjeux.



    Découvrir la présentation du cycle de formation


    Ce cycle s’appuiera sur une approche systémique et transdisciplinaire, alternant théorie et pratique. Nous parcourrons des méthodes concrètes d’utilisation de l’alimentation comme tremplin de rencontre, de réflexion, d’échange, d’expérimentation et d’éducation.

    L’alimentation s’avère être une thématique « clé » de sensibilisation, particulièrement riche pour explorer les grands défis que sont la sauvegarde de l’environnement, la recherche de justice et d’équité, le respect de la diversité culturelle et des équilibres sociaux, la promotion de la santé, l’émergence d’alternatives écologiques,... et surtout l’interconnexion de tous ces enjeux. Elle permet d’encourager et d’accompagner nos publics à se réapproprier leur « assiette », leur mode de consommation, leur manière de penser le monde et à se mettre en mouvement pour un monde plus solidaire et écologique.


    Vous êtes en lien avec un public et vous désirez vous outiller sur le thème de l’alimentation durable et de la pratique culinaire : alors cette formation est faite pour vous. 



    N’hésitez pas à prendre contact avec nous !





    Programme 2018 :
    Ce programme est une base encore en cours de construction. Il va évoluer en fonction des discussions et réflexions évoquées durant les journées mais aussi en fonction du profil du groupe, des envies et des disponibilités de certains intervenant-e-s. Nous voulons construire le programme en tenant compte aussi du niveau de connaissances et des envies des participants. Le programme définitif sera envoyé au plus tard le 17 avril.

     


    Découvrir le programme plus détaillé...en bref !


    *******************************************
    Début de la formation : vendredi 11 mai
    Date limite des inscriptions : 27 avril
    Confirmation des candidatures : 30 avril
    Programme complet détaillé : 2 mai


    *******************************************

    Infos et inscriptions : (voir formulaire d’inscription en bas de page)
    Sébastien Kennes
    Email : seb.kennes@rencontredescontinents.be
    Téléphone : 02/734.23.24



    Quand ? 

    • de 09h00 à 17h00
    • Les dates de formation sont : les vendredis- 11,18,25 mai
      - 1, 8, 22, 29 juin 2018
    • la participation aux 7 journées est requise - pour les équipes, des exceptions "à tour de rôle" peut-être envisagée.
    Où ?
    • Lieu principal de formation : Maison de la Paix, Rue Van Elewyck 35, 1050 Bruxelles
    • Chez nos partenaires, en cuisine, sur le terrain, aux 4 coins de la Région Bruxelloise...


    Si cette formation ne vous convient pas pour des raisons d’agenda ou de contenus :


  •  


    "Où atterrir ? Comment s’orienter en politique ?"
    Par Bruno Latour



    Un petit livre par le nombre de pages et le format, mais dense, riche, grand par le contenu.


    Livre dérangeant, qui secoue les idées, impertinent mais combien fertile en propositions.


    Livre récit, fiction et cri et non théorie construite et analyse rigoureuse. Comment une fiction peut-elle nous apporter un angle de vue intéressant ?


    Livre qui nous présente une forme de synthèse de la longue, déjà très longue réflexion de Bruno Latour concernant les défis de notre époque, la question dite « écologique » et notre perte d’orientation commune.


     


    Un récit de « politique-fiction » !


    L’auteur nous propose une « hypothèse de science politique – disons plutôt de politique-fiction ». Quel récit permettrait de relier trois phénomènes, à savoir : la dérégulation liée à la « globalisation », l’explosion vertigineuse des inégalités et le nouveau régime climatique, ou plutôt sa négation ? Pour Bruno Latour, « nouveau régime climatique » signifie bien plus que le réchauffement climatique et couvre d’une manière générale les rapports des humains à leurs conditions matérielles d’existence.


    Pour lui, l’élection de Trump éclaire le débat, tout se présente actuellement comme si une très petite partie de l’humanité (les classes dirigeantes / les élites / les riches) « était arrivée à la conclusion qu’il n’y aurait plus assez de place sur terre pour elles et pour le reste de ses habitants. »


    « L’hypothèse est que l’on ne comprend rien aux positions politiques depuis cinquante ans, si l’on ne donne pas une place centrale à la question du climat et à sa dénégation. Sans cette idée que nous sommes entrés dans un Nouveau Régime Climatique, on ne peut comprendre ni l’explosion des inégalités, ni l’étendue des dérégulations, ni la critique de la mondialisation, ni, surtout, le désir panique de revenir aux anciennes protections de l’État national — ce qu’on appelle, bien à tort, la « montée du populisme ».



    Mondialisation !


    Ceci rejoint les thèses déjà défendues au sein du mouvement de la critique du développement et de la « décroissance » : notre mode de vie n’est ni soutenable, ni généralisable. La Grande Promesse s’est effondrée, l’axe du Progrès est grippé, le discours des « modernes » est à l’agonie. « Le meilleur des mondes est devenu le pire » : « il n’y a pas de Terre qui soit de taille à contenir son idéal de progrès, d’émancipation et de développement ».


    Dans le projet de modernisation, chacun trouvait sa place, un vecteur allait du « local-à -moderniser » au « global-de-la-modernisation ». Il fallait abandonner les anciens attachements pour nous diriger vers le Global. « La flèche du temps allait quelque part. »


    L’auteur nous propose de distinguer la « mondialisation-plus » de la « mondialisation-moins ».


    « Passer d’un point de vue local à un point de vue global ou mondial, cela devrait signifier qu’on multiplie les points de vue, qu’on enregistre un plus grand nombre de variétés, que l’on prend en compte un plus grand nombre d’êtres, de cultures, de phénomènes, d’organismes et de gens. Or il semble que l’on entende aujourd’hui par mondialiser l’exact contraire d’un tel accroissement. On veut dire par là qu’une seule vision, tout à fait provinciale, proposée par quelques personnes, représentant un tout petit nombre d’intérêts, limitée à quelques instruments de mesure, à quelques standards et formulaires, s’est imposée à tous et répandue partout. »


    Cette mondialisation-moins, qui homogéinise et que certains appellent globalisation, a comme cri de guerre « Modernisez-vous ! » et toute résistance est dénoncée comme régressive.


    Mais le Local aura également des aspects différents suivant qu’il s’agisse de l’espoir d’un retour à un passé dépassé (qui arrêterait par exemple la pollution à la frontière d’un état) et d’une identité assurée ou le refus « de troquer sa province pour une autre – Wall Steet, Pékin ou Bruxelles – encore plus étroite et surtout infiniment éloignée et par conséquent, beaucoup plus indifférente aux intérêts locaux. »


     


    « La flèche du temps allait quelque part. »


    Le mouvement vers le Globe dessinait les horizons scientifique, économique, moral et politique : la flèche du temps était lancée vers un avenir plein de promesses, synonyme de richesse et d’émancipation. Il y avait bien quelques récalcitrants, archaïques, vaincus et colonisés, considérés comme réactionnaires. Les positions Gauche et Droite, bien qu’en désaccord quant à la vitesse de déplacement, à la redistribution ou aux mœurs, se situaient sur le même vecteur : du Local-à-moderniser au Global-de-la-modernisation !
     


    Plus de direction, plus de sol !


    Mais avec la Mondialisation-moins et le Nouveau Régime Climatique, le sol se dérobe sous nos pieds … où atterrir ? L’ancien Local est devenu aussi impossible que le nouveau Global !


    Bruno Latour propose alors cette métaphore de l’avion qui ne pourrait plus atterrir à son lieu de destination (ce global de la modernisation) mais ne pourrait pas plus retourner à sa piste d’envol : l’ancien local a disparu, les anciennes frontières sont devenues obsolètes … !


    Comment dès lors se diriger ? Comment nommer un nouvel attracteur ? Où atterrir ?


    Comment dessiner un plan de survie ? Comment maintenir plusieurs mondes, plusieurs façons d’appartenir au monde ?


    L’auteur nous propose un basculement de l’axe Local – Global vers un axe à 90° : celui du Terrestre et du « Grand Dehors » ou de l’extrème Moderne. « L’écologie n’est pas le nom d’un parti, ni même d’un type de préoccupation, mais celui d’un appel à changer de direction : « Vers le Terrestre. »


    L’environnement n’est plus le décor de nos politiques, la Terre, que Latour nomme Gaïa pour en indiquer la puissance, est devenue acteur à part entière. Le partage de ce souci pour notre Terre (la vie, nos conditions d’existence, c’est-à-dire l’écologie) doit constituer le ferment de nos nouvelles alliances. De la préoccupation sociale nous devons passer à la préoccupation « géo-sociale ». Cette proposition suppose de passer d’une analyse en termes de systèmes de production à une attention en termes de systèmes d’engendrement  : agents variés, acteurs animés humains et non-humains qui engendrent les terrestres, et pas seulement les humains !


    Pouvons-nous vivre sans abeilles ? Comment étendre la « reproduction sociale » à nos conditions d’existence ? « Les terrestres, en effet, ont le très délicat problème de découvrir de combien d’autres êtres ils ont besoin pour subsister. C’est en dressant cette liste qu’ils dessinent leur terrain de vie … ». Il s’agit de multiplier, non les points de vue, mais « les points de vie »  !



    Un nouvel attracteur : le Terrestre.


    Devenir « terrestres » et pour cela décrire : définir nos terrains de vie en répertoriant ce dont nous dépendons pour subsister, à quels autres terrestres nos vies sont-elles liées ?


    « Ce qu’il faut documenter, ce sont les propriétés d’un terrestre – dans tous les sens du mot propriété – par quoi il est possédé et ce dont il dépend. Au point, s’il en était privé, de disparaître. »


    Pour cela Bruno Latour nous invite à nous inspirer de l’écriture des cahiers de doléances en France en 1789. A la demande du Roi, une description des milieux de vie « règlement après règlement, lopin de terre après lopin de terre, priviège après privilège, impôt après impôt » fut réalisée. « Exister comme peuple et pouvoir décrire ses terrains de vie, c’est une seule et même chose – et c’est justement de cela que la mondialisation-moins nous a privés. »


    Si Bruno Latour termine son livre en présentant le « quelque part » où il désire atterrir, l’Europe (et il décrit quelle Europe), dans une conférence donnée à Montpellier pour l’Agora des savoirs (video) il propose un exercice. Celui-ci consiste à remplir un questionnaire assez étonnant.


     


    Dessiner nos territoires :


    Si un territoire* est :


    - ce qui assure notre subsistance. Comment dresser la liste des éléments qui nous permettent de subsister ? Comment constituer les intérêts ?


    - ce qui dépend de nous et ce à quoi nous sommes attachés, ce dont nous dépendons. Comment dresser la liste de ce/ceux qui dépendent de nous ? Comment dresser la liste de ce/ceux dont nous dépendons ?


    - ce qu’il faut protéger avec et contre d’autres et comment dresser la liste de ceux auxquels nous nous opposons, de ceux avec lesquels nous pouvons collaborer ?


    Il invite donc à décrire nos terrains de vie, détail par détail, afin de composer pièce par pièce, ce à quoi nous tenons, ce dont nous dépendons et qui dépend de nous, les alliances possibles et les oppositions à construire.


    Cette piste ouvre des voies prometteuses et renforce ce que font déjà les mouvements dits de la transition : définir par le concret un genre de vie souhaitable et soutenable, mais lieux par lieux, territoires par territoires. D’autres mondes sont possibles !


    Bruno Latour reste cohérent avec ce qu’il proposait déjà en mai 2007 lors d’un interview pour Le Monde : « Jusqu’ici, la radicalité en politique voulait dire « qu’on allait ‘révolutionner’, ‘renverser’ le système économique ». Ce que nous avons à mettre en œuvre est d’un tout autre ordre : la crise écologique nous oblige « à une transformation si profonde qu’elle fait pâlir par comparaison tous les rêves de ‘changer de société’. La prise du pouvoir est une fioriture à côté de la modification radicale de notre ‘ train de vie’. Que peut vouloir dire aujourd’hui ‘l’appropriation collective des moyens de production’ quand il s’agit de modifier tous les moyens de production de tous les ingrédients de notre existence terrestre ? D’autant qu’il ne s’agit pas de les changer ‘en gros’, ‘d’un coup’, ‘totalement’, mais justement en détail par une transformation minutieuse de chaque mode de vie, chaque culture, chaque plante, chaque animal, chaque rivière, chaque maison, chaque moyen de transport, chaque produit, chaque entreprise, chaque marché, chaque geste » 


     


     


    * Différence entre territoire de subsistance et état nation. L’état nation a des frontières précises sur une carte géographique, le territoire de subsistance s’étend à ce que cet état sollicite pour son fonctionnement. Pour la Belgique par exemple, ce sont les forêts du Congo et du Cameroun, l’uranium du Tchad ou du Niger, le pétrole d’Arabie Saoudite, les mines et les usines de Chine, le soya d’Amazonie, les fruits et légumes d’Espagne et ainsi de suite ... Et pour chacun de nous ? Quel est votre territoire ?



     


  • Formation Good Food


    A l’initiative de Bruxelles Environnement, coordonnée par Rencontre des Continents, en partenariat avec Groupe One et la mission locale d’Ixelles​​


    "Découverte du secteur 


    de l’Alimentation Durable"


    Séances d’infos les 20 et 28 mars 2018


    Dessin : Jeremy Van Houtte

    Prochain cycle en mai et juin 2018 !
    (sous réserve de validation par Bruxelles Environnement)




    Pour y participer, venez nous rencontrer lors d’une des séances d’info (séance obligatoire avant inscription) :


     - soit le mardi 20 mars de 17h30 à 19h30, au Village Partenaire - rue Fernand Bernier, 15 (sous réserve de validation par Bruxelles Environnement)


    - soit le mercredi 28 mars de 10h à 12h, à la Maison de la Paix - Rue Van Elewyck, 35 (sous réserve de validation par Bruxelles Environnement)


    Pour indiquer que vous participez bien à une de ces séances : Inscription à la séance d’info par ici.


     



     


    Des questions sur la formation "Découverte du secteur de l’alimentation durable" ? 


    Alice NORMAND
    Formations - Projets - Communication
    E-mail : alice@rencontredescontinents.be
    Tél : +32(0)2.734.23.24
    Adresse : Rue Van Elewyck, 35 - 1050 Bruxelles

     


    Pour plus d’informations sur les précédents cycles rendez-vous ici => http://rencontredescontinents.be/Formation-Decouverte-du-secteur-de-l-Alimentation-Durable-130.html


     

    Prochain cycle en mai et juin 2018 !
    (sous réserve de validation par Bruxelles Environnement)


    Pour être informé-e des prochaines séances d’infos préalables à l’inscription, dès que les dates 2018 sont connues, c’est par ici => Formulaire à remplir






     


    Séances d’information préalable à l’inscription à la formation => Informations à venir (mars 2018)


    Des questions sur la formation "Découverte du secteur de l’alimentation durable" ? 


    Alice NORMAND
    Formations - Projets - Communication
    E-mail : alice@rencontredescontinents.be
    Tél : +32(0)2.734.23.24
    Adresse : Rue Van Elewyck, 35 - 1050 Bruxelles

     


    Pour plus d’informations sur les précédents cycles rendez-vous ici => http://rencontredescontinents.be/Formation-Decouverte-du-secteur-de-l-Alimentation-Durable-130.html


     


    Pour s’inscrire à la Newsletter et rester informé-e c’est par ici !


     


     


    Formation Good Food
    A l’initiative de Bruxelles Environnement,
    coordonnée par Rencontre des Continents,
    en partenariat avec Groupe One et la mission locale d’Ixelles

    Prochain cycle en mai et juin 2018 !
    (sous réserve de validation par Bruxelles Environnement)


    Dessin : Jeremy Van Houtte




     


     


    Séances d’information préalables, nécessaires avant de pouvoir s’inscrire :


     - soit le mardi 20 mars de 17h30 à 19h30, au Village Partenaire - rue Fernand Bernier, 15 (sous réserve de validation par Bruxelles Environnement)


    - soit le mercredi 28 mars de 10h à 12h, à la Maison de la Paix - Rue Van Elewyck, 35 (sous réserve de validation par Bruxelles Environnement)


    Pour indiquer que vous participez bien à une de ces séances : Inscription à la séance d’info par ici.


     


    Des questions sur la formation "Découverte du secteur de l’alimentation durable" ? 


    Alice NORMAND
    Formations - Projets - Communication
    E-mail : alice@rencontredescontinents.be
    Tél : +32(0)2.734.23.24
    Adresse : Rue Van Elewyck, 35 - 1050 Bruxelles

     


    Pour plus d’informations sur les précédents cycles rendez-vous ici => http://rencontredescontinents.be/Formation-Decouverte-du-secteur-de-l-Alimentation-Durable-130.html


     

    Prochain cycle en mai et juin 2018 !
    (sous réserve de validation par Bruxelles Environnement)


    Pour être informé-e des prochaines séances d’infos préalables à l’inscription, dès que les dates 2018 sont connues, c’est par ici => Formulaire à remplir






     


    Séances d’information préalable à l’inscription à la formation => Informations à venir (mars 2018)


    Des questions sur la formation "Découverte du secteur de l’alimentation durable" ? 


    Alice NORMAND
    Formations - Projets - Communication
    E-mail : alice@rencontredescontinents.be
    Tél : +32(0)2.734.23.24
    Adresse : Rue Van Elewyck, 35 - 1050 Bruxelles

     


    Pour plus d’informations sur les précédents cycles rendez-vous ici => http://rencontredescontinents.be/Formation-Decouverte-du-secteur-de-l-Alimentation-Durable-130.html


     


    Pour s’inscrire à la Newsletter et rester informé-e c’est par ici !


     


     


    Formation Good Food
    A l’initiative de Bruxelles Environnement,
    coordonnée par Rencontre des Continents,
    en partenariat avec Groupe One et la mission locale d’Ixelles

    Prochain cycle en mai et juin 2018 !
    (sous réserve de validation par Bruxelles Environnement)


    Dessin : Jeremy Van Houtte




     


     


    Séances d’information préalables, nécessaires avant de pouvoir s’inscrire :


     - soit le mardi 20 mars de 17h30 à 19h30, au Village Partenaire - rue Fernand Bernier, 15 (sous réserve de validation par Bruxelles Environnement)


    - soit le mercredi 28 mars de 10h à 12h, à la Maison de la Paix - Rue Van Elewyck, 35 (sous réserve de validation par Bruxelles Environnement)


    Pour indiquer que vous participez bien à une de ces séances : Inscription à la séance d’info par ici.


     


    Des questions sur la formation "Découverte du secteur de l’alimentation durable" ? 


    Alice NORMAND
    Formations - Projets - Communication
    E-mail : alice@rencontredescontinents.be
    Tél : +32(0)2.734.23.24
    Adresse : Rue Van Elewyck, 35 - 1050 Bruxelles

     


    Pour plus d’informations sur les précédents cycles rendez-vous ici => http://rencontredescontinents.be/Formation-Decouverte-du-secteur-de-l-Alimentation-Durable-130.html


     

    Prochain cycle en mai et juin 2018 !
    (sous réserve de validation par Bruxelles Environnement)


    Pour être informé-e des prochaines séances d’infos préalables à l’inscription, dès que les dates 2018 sont connues, c’est par ici => Formulaire à remplir






     


    Séances d’information préalable à l’inscription à la formation => Informations à venir (mars 2018)


    Des questions sur la formation "Découverte du secteur de l’alimentation durable" ? 


    Alice NORMAND
    Formations - Projets - Communication
    E-mail : alice@rencontredescontinents.be
    Tél : +32(0)2.734.23.24
    Adresse : Rue Van Elewyck, 35 - 1050 Bruxelles

     


    Pour plus d’informations sur les précédents cycles rendez-vous ici => http://rencontredescontinents.be/Formation-Decouverte-du-secteur-de-l-Alimentation-Durable-130.html


     


    Pour s’inscrire à la Newsletter et rester informé-e c’est par ici !


     


     


    Formation Good Food
    A l’initiative de Bruxelles Environnement,
    coordonnée par Rencontre des Continents,
    en partenariat avec Groupe One et la mission locale d’Ixelles

    Prochain cycle en mai et juin 2018 !
    (sous réserve de validation par Bruxelles Environnement)


    Dessin : Jeremy Van Houtte




     


     


    Séances d’information préalables, nécessaires avant de pouvoir s’inscrire :


     - soit le mardi 20 mars de 17h30 à 19h30, au Village Partenaire - rue Fernand Bernier, 15 (sous réserve de validation par Bruxelles Environnement)


    - soit le mercredi 28 mars de 10h à 12h, à la Maison de la Paix - Rue Van Elewyck, 35 (sous réserve de validation par Bruxelles Environnement)


    Pour indiquer que vous participez bien à une de ces séances : Inscription à la séance d’info par ici.


     


    Des questions sur la formation "Découverte du secteur de l’alimentation durable" ? 


    Alice NORMAND
    Formations - Projets - Communication
    E-mail : alice@rencontredescontinents.be
    Tél : +32(0)2.734.23.24
    Adresse : Rue Van Elewyck, 35 - 1050 Bruxelles

     


    Pour plus d’informations sur les précédents cycles rendez-vous ici => http://rencontredescontinents.be/Formation-Decouverte-du-secteur-de-l-Alimentation-Durable-130.html


     

    Prochain cycle en mai et juin 2018 !
    (sous réserve de validation par Bruxelles Environnement)


    Pour être informé-e des prochaines séances d’infos préalables à l’inscription, dès que les dates 2018 sont connues, c’est par ici => Formulaire à remplir






     


    Séances d’information préalable à l’inscription à la formation => Informations à venir (mars 2018)


    Des questions sur la formation "Découverte du secteur de l’alimentation durable" ? 


    Alice NORMAND
    Formations - Projets - Communication
    E-mail : alice@rencontredescontinents.be
    Tél : +32(0)2.734.23.24
    Adresse : Rue Van Elewyck, 35 - 1050 Bruxelles

     


    Pour plus d’informations sur les précédents cycles rendez-vous ici => http://rencontredescontinents.be/Formation-Decouverte-du-secteur-de-l-Alimentation-Durable-130.html


     


    Pour s’inscrire à la Newsletter et rester informé-e c’est par ici !


     


     


  • Au mois de mars, avec sa journée internationale des droits des femmes (8 mars), le nouveau dossier de Symbioses s’est emparé des lunettes « genre » et les pose sur le nez du secteur de l’Education relative à l’Environnement (ErE).



    Pourquoi ? Parce que les inégalités hommes-femmes sont encore galopantes partout dans le monde. Et aussi parce que les injonctions et discriminations genrées, c’est l’eau de notre bocal : comme l’environnement, on baigne dedans sans s’en rendre compte.


    Au fil de ce dossier, vous découvrirez combien cette question du genre est liée à celle de l’environnement et à celle de l’éducation. Les acteurs et actrices du monde éducatif, en classe, en animation, en formation, au contact de jeunes et moins jeunes, reflètent ces enjeux dans leurs pratiques de terrain. Ce dossier les aidera à en prendre conscience et à agir en faveur de l’égalité. 


    Au delà des réflexions, reportages et pistes méthodologiques, le magazine propose également des outils pédagogiques et des adresses utiles.


     


    Vous pouvez le retrouver ici : http://symbioses.be/boutique/fr/symbioses/87-symbioses-117-l-ere-fait-de-son-genre.html 


  • Vous songez à changer d’emploi ? Votre boulot actuel ne vous convient plus ? Vous vous engagez bénévolement dans un projet pour le bien de votre communauté ? Et vous ne comptez plus les heures parce qu’il vous passionne ? Bonne nouvelle : il est maintenant temps de soumettre votre candidature pour suivre la formation La Ruche en Transition !



    Un petit aperçu de la Ruche en Transition


    Les initiatives citoyennes qui existent sur le territoire belge sont nombreuses et vivantes. Ce sont pour la grande majorité des projets informels, portés bénévolement par des collectifs de citoyens engagés. La Ruche en Transition, un projet porté par Déclic en Perspectives et le Réseau Transition, est un parcours de formation visant à opérer un véritable changement d’échelle : d’initiatives bénévoles vers des entreprises qui répondent à un vrai besoin local, en offrant des bénéfices sociaux et avec un impact environnemental qui est minimal.


    Objectifs de la formation


     


    Soutenir et renforcer les initiatives citoyennes présentes sur le territoire Région Bruxelles-Capitale afin de leur permettre de passer le cap de l’action bénévole vers l’entrepreneuriat social.
    Créer du lien et du réseau entre porteurs de projets afin d’augmenter les échanges de pratiques et le soutien mutuel.
    Valoriser le potentiel économique des initiatives et dynamiques collectives et citoyennes en les sensibilisant à l’entrepreneuriat social.


     


    Toutes les infos sont ici => https://www.reseautransition.be/articles/la-ruche-en-transition-changer-dechelle-vers-lentrepreneuriat/



  • L’ouverture des inscriptions pour le prochain cycle d’initiation en AD est ouvert  :


    https://goo.gl/forms/DUDQDcSTREQfcsJG2


    Les places sont limitées à 18 personnes et requiert la présence aux 5 soirées.


    - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


    Changer son regard sur l’alimentation, ouvrir sa réfléxion à une approche systémique de l’alimentation, adopter de nouveaux réflexes culinaires et développer sa créativité, tels sont les objectifs de ce cycle de cuisine écologique et politique, proposé par le collectif de Rencontre des Continents.


    Lors de soirées, animées par des animateur.trices cuisine passionné.e.s, volonTerres du collectif RdC, nous apprenons ensemble comment organiser une assiette de manière plus écologique. Nous pratiquons différents principes de bases culinaires et voyons comment choisir et préparer les aliments en fonction des saisons. Nous échangeons des réflexions, chacun.e en fonction de ses propres sensibilités, sur notre alimentation afin de mieux pouvoir se situer et s’engager face à des questions essentielles comme le respect au vivant et la protection de l’environnement, la qualité paysanne et l’avenir du métier de paysan, le label biologique, le local, l’aspect santé, l’éthique face aux animaux, la sobriété dans nos assiettes, etc...


    Cette formation en cinq soirées propose une réflexion et des pistes concrètes pour faire de son alimentation quotidienne un acte engagé, créatif, convivial et poétique.



     


    Pour en savoir plus, rendez-vous sur la page de présentation du cycle d’initiation => cliquez ici  !


    Et pour toutes informations complémentaires, n’hésitez pas à contacter Margot !

  • Formation Good Food


    A l’initiative de Bruxelles Environnement,
    coordonnée par Rencontre des Continents,
    en partenariat avec de nombreux acteurs de l’AD à Bruxelles

    Si vous êtes intéressés par la prochaine formation qui aura lieu en octobre/novembre prochain (en horaire décalé), merci de nous l’indiquer le ici et vous recevrez toutes les infos en priorité : http://urlz.fr/6XZW

    Dessin : Jeremy Van Houtte

    Prochains cycles :

    - en mai et juin 2018 = complet ! 
    - en octobre et novembre 2018 (en horaire décalé) = intéressés ? Faîtes le nous savoir ici 
    http://urlz.fr/6XZW


     

     




    Séances d’information préalables, nécessaires avant de pouvoir s’inscrire :


     - Infos à venir !


     



     


    Des questions sur la formation "Découverte du secteur de l’alimentation durable" ? 


    Alice NORMAND
    Formations - Projets - Communication
    E-mail : alice@rencontredescontinents.be
    Tél : +32(0)2.734.23.24
    Adresse : Rue Van Elewyck, 35 - 1050 Bruxelles

     
     

  •  

    Les RdNM 2018, c’est ce weekend !


    À l’occasion de l’édition 2018 des Rencontres des Nouveaux Mondes, Etopia vous propose d’explorer un avenir où l’intelligence artificielle sera, bien plus qu’aujourd’hui, constitutive de notre vie quotidienne.



    Vendredi 16 mars, à 19h30 :

    "Intelligence artificielle : garderons-nous la main ?" 


    Grande Conférence Ecologique à l’IHECS (Bxl), avec : 

    Miguel BENASAYAG, philosophe et psychanalyste, auteur de "La singularité du vivant" et de "Cerveau augmenté, homme diminué",
    Antoinette ROUVROY, chercheuse FNRS au Centre de Recherche en Information, droit et Société (CRIDS), auteure de "Gouvernementalité algorithmique et perspectives d’émancipation" (avec T. Berns) 

    Gilles QUOISTIAUX, journaliste nouvelles technologies et IA à Trends Tendances.
    Cette conférence est ouverte à tou.te.s (5€)
     


    Du Vendredi 16 en soirée au dimanche 18 mars à midi :
    "Les Rencontres des Nouveaux Mondes"

    42h d’ateliers, d’échanges, de projections et de visites de terrain pour explorer ce thème brûlant.
    Ce week-end exceptionnel est réservé aux moins de 35 ans
    -> Il reste encore quelques places !
     infos, d&eac ute ;tails et inscriptions sur le site d’Etopia.


    Au plaisir de vous y rencontrer,


    L’équipe d’Etopia


     

mars 2018 :

février 2018 | avril 2018

Inscription à la liste de diffusion
    • Liste de la newsletter