Actualités du 14 octobre 2018


  • Comme chaque année, Rencontre des Continents est enchantée de vous proposer de nombreuses formations et animations en lienS avec l’alimentation durable, la souveraineté alimentaire, les pratiques culinaires créatives, la mise en projet, l’éducation-animation-formation, l’accompagnement de projet, le secteur professionnel de l’AD à Bruxelles, l’intelligence collective, la systémique, l’effondrement… et bien d’autres choses insoupçonnables !


     



    Merci Matthieu Van Niel pour ce magnifique arbre de formation ;)


     


    Certaines formations sont ouvertes à tou-te-s, d’autres aux acteurs relais (animateurs, porteurs de projets, éducateurs, formateurs...). Pour vous orientez, nous vous conseillions de prendre le temps de lire chacune des pages présentant une formation (que vous trouverez sous l’onglet « Activités – Formations  »).


    - Formation "Orme" : Initiation à la cuisine écologique et politique


    - Formation "Hêtre" : Découverte du secteur de l’alimentation durable


    - Formation "Peuplier" : Education et diversité culturelle


    - Formation "Cyprès" : Agir, sensibiliser et penser le monde autrement - (se) former à l’alimentation durable


    - Formation "Saule" : Eduquer à l’AD, un métier, une science, un art !


    - Formation "Aubépine" : Education et approche systémique


    - Formation "Mélèze" : J’ai un projet en Alimentation durable


    - Formation "Frêne" : Formations, animations, renseignements, accompagnement à la demande


    - Formation "Sureau" : Animatrices-teurs Jeu de la Ficelle et Potentia - La puissance de l’agir collectif !


    - Formation "Arbousier" : Collapsologie et éducation populaire


    Pour toutes demandes d’animation, de formation, d’intervention sur mesure dans le cadre de votre projet, de partenariat lors d’un événement en lien avec l’alimentation durable à Bruxelles... ou pour toute autre chose - on a conscience de votre créativité débordante et on adore ça - merci de bien vouloir prendre quelques minutes pour remplir le formulaire de demande (qui se trouve ici sur la page « contact »). Cela facilitera nos échanges à venir et nous permettra de vous faire un retour ou une proposition au plus près de vos attentes.


    N’hésitez pas à prendre contact avec l’équipe si vous souhaitez plus d’infos !


    Belle rentrée et au plaisir de vous rencontrer au détour d’un des multiples chemins de notre forêt !



     


  • Agroecology in Action est un mouvement qui rassemble des paysan·ne·s, des associations et des collectifs citoyens engagés, des chercheur·e·s, des coopératives, des défenseur·euse·s de l’environnement, des PME de l’économie sociale et solidaire, des acteur·rice·s de la santé, des acteur·rice·s de la lutte contre la précarité et pour la justice sociale, des ONGs... Pour avancer dans la transition vers des systèmes alimentaires agroécologiques et solidaires, aidez-nous à interpeller nos candidats locaux par rapport aux propositions de ce memorandum !


    Interpellez vos candidats locaux !


     


    Ce memorandum reprend 5 revendications prioritaires du mouvement qui sont déclinées en plusieurs propositions politiques concrètes pour les futur.e.s élu.e.s locaux.ales :

    • Développer une gouvernance démocratique des systèmes alimentaires locaux
    • Protéger les terres agricoles et les ressources naturelles et faciliter leur accès pour des projets agroécologiques
    • Soutenir l’installation de nouveaux·elles paysan·ne·s et soutenir la transition agroécologique
    • Promouvoir des modes de consommation agroécologique et des circuits courts
    • Garantir le droit à l’alimentation pour tous et renforcer les mécanismes de solidarité


     


    Aidez-nous à réaliser la transition vers des systèmes alimentaires agroécologiques et solidaires. Interpellez vos candidats locaux par rapport aux propositions de ce memorandum !


    Télécharger le document avec les 5 revendications prioritaires du mouvement (1 page)

    PDF - 261.2 ko


    Télécharger la version longue du memorandum avec les propositions détaillées.

    PDF - 527.3 ko


    Passons à l’action ! Aidez-nous à interpellez vos candidat-e-s !



     



  • La communauté scientifique internationale sonne l’alarme depuis trop longtemps : nous déréglons le climat, détruisons la biosphère et érodons les ressources. A terme, la capacité de survie du vivant est menacée, un effondrement généralisé nous guette. Aurélien Barrau, astrophysicien, signataire de l’appel de 200 personnalités pour sauver le vivant, nous demande de harceler le politique face au "plus grand défi de l’histoire de l’humanité". Un groupe de citoyen.ne.s belges nous appelle également à déclarer l’état d’urgence envionnemental et nous transmet des pistes d’actions concrètes face à l’urgence.


     



    Intervention d’Aurélien Barrau



    « Le plus grand défi de l’histoire de l’humanité » : l’appel de 200 personnalités pour sauver la planète. D’Alain Delon à Patti Smith, tous ont répondu à l’appel de Juliette Binoche et de l’astrophysicien Aurélien Barrau pour une action politique « ferme et immédiate » face au changement climatique.





     



    "Nous vivons un cataclysme planétaire. Réchauffement climatique, diminution drastique des espaces de vie, effondrement de la biodiversité, pollution profonde des sols, de l’eau et de l’air, déforestation rapide : tous les indicateurs sont alarmants. Au rythme actuel, dans quelques décennies, il ne restera presque plus rien. Les humains et la plupart des espèces vivantes sont en situation critique.



    Pas trop tard pour éviter le pire
    Il est trop tard pour que rien ne se soit passé : l’effondrement est en cours. La sixième extinction massive se déroule à une vitesse sans précédent. Mais il n’est pas trop tard pour éviter le pire.
    Nous considérons donc que toute action politique qui ne ferait pas de la lutte contre ce cataclysme sa priorité concrète, annoncée et assumée, ne serait plus crédible.
    Nous considérons qu’un gouvernement qui ne ferait pas du sauvetage de ce qui peut encore l’être son objectif premier et revendiqué ne saurait être pris au sérieux.
    Nous proposons le choix du politique – loin des lobbys – et des mesures potentiellement impopulaires qui en résulteront.
    C’est une question de survie. Elle ne peut, par essence, pas être considérée comme secondaire.
    De très nombreux autres combats sont légitimes. Mais si celui-ci est perdu, aucun ne pourra plus être mené."



    Pour voir la liste des signataires cliquez ici.



     



    Appel Citoyen : Déclarer l’Etat d’Urgence Envionnemental !





    Notre appel citoyen



    Citoyennes, citoyens, candidates et candidats aux élections !



    La communauté scientifique internationale sonne l’alarme depuis trop longtemps : nous déréglons le climat, détruisons la biosphère et érodons les ressources. A terme, la capacité de survie de l’Humanité est menacée, un effondrement généralisé nous guette.[1]
    Selon les scientifiques, nous avons jusqu’à 2020 pour faire plafonner puis faire diminuer la courbe des émissions de gaz à effet de serre.[2] Il faudra ensuite presque doubler les efforts prévus d’ici à 2030, et atteindre zéro émissions nettes en 2050. Les autres défis environnementaux sont également gigantesques.
    Face à l’énormité de cette situation, ni les gouvernements, ni les citoyens de Belgique ne sont actuellement mobilisés à la hauteur des enjeux. L’inertie domine. La transition sociétale indispensable n’a pas lieu. Les maigres changements existants sont trop lents, trop faibles pour infléchir la trajectoire d’ensemble de la Belgique.
    Dès lors, en vue des échéances électorales 2018 et 2019, nous, citoyennes et citoyens, appelons nos concitoyennes et concitoyens et les candidates et candidats aux élections à se mobiliser et à s’engager pour la transition sociétale, en signant notre appel !

    1) Etant donné qu’un climat stable et qu’une nature prospère préconditionnent l’existence même de la communauté belge et toutes les politiques qu’elle peut mener, nous demandons solennellement au Premier-Ministre, aux Ministres-Présidents et à leurs gouvernements de déclarer "l’état d’urgence environnemental" et la "mobilisation générale des citoyens" pour organiser concrètement la transition vers une société réellement soutenable.

    2) Etant donné qu’aucun changement d’ampleur ne sera possible sans la pression des citoyens, nous les appelons tous à rejoindre le mouvement "Rise for the climate", les samedis 8/09, 6/10 et 3/11 à 12h, place du Luxembourg à Bruxelles et le dimanche 2/12/2018, à la journée d’action nationale organisée par Climate Express et la Coalition Climat sous le nom "Claim the climate".[3]

    3) Nous appelons également tous les citoyens à se saisir de leur droit de vote lors des prochaines élections pour démettre les élus passifs et à voter en faveur des candidats qui mèneront une véritable transition sociétale.

    4) Nous appelons enfin, parallèlement au vote, à changer radicalement de mode de vie, ce qui implique par conséquent des milliers d’initiatives auto-organisées partout dans le pays. Autrement dit, du courage, de l’audace et de l’entraide.




    [1] https://academic.oup.com/bioscience/article/67/12/1026/4605229
    [2] https://www.nature.com/news/three-years-to-safeguard-our-climate-1.22201
    [3] https://www.facebook.com/events/2022045681379575/



     



    Signez la pétition ici : https://www.change.org/p/we-roepen-de-milieunoodtoestand-uit-déclarons-l-état-d-urgence-environnemental?recruiter=898155028&utm_source=share_petition&utm_medium=email&utm_campaign=undefined&utm_term=share_petition



    Liste des citoyens primo-signataires de l’appel : 



    Paul Blume, contractuel en fonction publique
    William Brose, historien, citoyen, enseignant et porteur d’Aywaille en Transition
    Antoinette Brouyaux, coordinatrice d’Association 21
    Gauthier Chapelle, ingénieur agronome et docteur en biologie, chercheur in-Terre-dépendant et auteur d’essais sur le biomimétisme, l’entraide et l’effondrement
    Olivier Chaput, père, bio-ingénieur, expert en pratiques collaboratives, administrateur de The Shift, Fondateur de l’Oasis à Hordin
    Eliabel Chaudy, citoyenne
    Cédric Chevalier, ingénieur de gestion et économiste
    Marie Cloes, antiquaire
    Arnaud Collignon, citoyenne
    Jean-Michel Cuvelier, coach, spécialiste de la relation à l’argent
    Nathalie Daele, citoyenne
    Thibault de la Motte, juriste et économiste
    Nathalie De Ridder, citoyenne enseignante
    Pascale De Visscher, citoyenne
    Pierre Debongnie, citoyen
    Christine Dejasse, citoyenne
    Jean-François Delvaulx, Fondateur d’Emotion Planet, voyages à dimension humaine
    François-Olivier Devaux, ingénieur et cofondateur du Reseautransition.be
    Erika Donis, ASBL "Ami entends-tu ?"
    François Dubreucq, fonctionnaire européen
    Caroline Durieux, citoyenne et formatrice au réseautransition.be
    Josué Dusoulier, psychologue, formateur, Créateur d’avenir et initiateur du Réseautransition.be et d’Ath en transition
    Michel Maxime Egger, sociologue, responsable d’ONG
    Fadia Elbouz, traductrice indépendante
    Olivier Gerin, ingénieur agronome
    Brigitte Gloire, citoyenne
    Jacqueline Goffart, citoyenne traductrice, initiatrice de Dinant en transition
    Amaury Gravy, spécialiste IT
    Jeanine Grégoire, citoyenne
    Paul Gruszow, citoyen
    Jean-Denis Hennebert, ingénieur commercial
    Noëlle Hennebert, médecin biologiste
    Benjamin Heyden, linguiste
    Nadia Kosta, citoyenne
    Hélène Laigneaux, citoyenne
    Thérèse Lebrun, citoyenne
    Marc Lemaire, entrepreneur sociétal
    Nathalie Leporé, docteur en sciences
    Laurent Lievens, sociologue, psychomotricien, menuisier
    Kevin Maréchal, chargé de cours en économie écologique (ULiège)
    Jean-Michel Mercier, citoyen de la Terre et permaculteur
    Philippe Moins, créateur du festival Anima, auteur et professeur à La Cambre
    Corinne Mommen, animatrice, maman de 2 adolescents
    David Monic, consultant en stratégie de développement territorial, citoyen du monde
    Dom Moreau, Professeure ESA St-Luc Tournai, chargée de cours UMons, citoyenne engagée es plusieurs initiatives citoyennes locales de transition
    Luc Norga, collectif pays vert - Brugelette
    Diane Olivier, citoyenne pleinement engagée dans une coopérative de transition
    Olivier Parion, gestionnaire d’infrastructures
    Yvan Persoon, La Pépinière, carrefour d’initiatives locales
    Benoît Poncelet, bio-ingénieur
    Anne-Catherine, Pottier citoyenne
    Daniel Remacle, citoyen
    André Rulmont, professeur de chimie (ULiège)
    Jurg Schuppisser, citoyen pensionné
    Pablo Servigne, Papa, ingénieur agronome et docteur en sciences, chercheur in-terre-dépendant et co-auteur de « Comment tout peut s’effondrer ».
    Jean-Paul Simon, citoyen pensionné
    Martin Sonck, citoyen
    Benoît Spies, Ingénieur du vivant à Solutions asbl : L’école d’un mode de vie soutenable
    Raphaël Stevens, écoconseiller et co-auteur de « Comment tout peut s’effondrer »
    Hélène Stockebrand, citoyenne
    Isabelle Van Driessche, ingénieur agronome des Eaux et Forêt, co-initiatrice de Soignies en Transition et formatrice au Réseautransition.be
    Michèle Vander Syp, réalisatrice, animatrice, membre de Grez en Transition, maman de deux adolescents
    Michel Vanhoorne, professeur émérite de médecine (UGent)
    Grégoire Wallenborn, docteur en sciences de l’environnement
    Nicole Willem, animatrice socio-culturelle, co-créatrice de Rochefort en transition
    ....




     

     


  •  


    Photo prise lors du cycle "Orme" d’initation à l’Alimentation Durable toutes les infos sur cette formation ici :
    http://rencontredescontinents.be/Formation-Orme-Initiation-a-l-Alimentation-Durable.html


     



     


    1) Comment as eu tu connaissance de notre cycle d’initiation en cuisine écologique et politique ? Par quel biais ?


    J’ai eu connaissance de Rencontre des Continents alors que je me trouvais en pleine recherche d’information pour mon projet en alimentation durable. En parallèle plusieurs personnes m’avaient parlé de vous… Je suis allée sur votre site internet et me suis inscrite à votre Newsletter. Je voulais mettre la main à la pâte, me former en cuisine, et ne trouvais pas de formation possible pour moi à ce moment de l’année. Sauf celle que vous proposiez. L’alliage théorie/pratique de votre cycle d’initiation me convenait bien. Je ne connais pas d’autres structures qui proposent cette combinaison ! C’était possible tout de suite, avec un prix accessible, en cinq soirées… Je n’ai pas hésité !


    2) Et que venais tu y chercher ?


    J’avais envie de cuisiner et d’en apprendre plus sur l’alimentation durable, au-delà de mes recherches à moi... Votre cycle propose une formation cuisine durable avec une réflexion : viande ou pas viande ? local ou pas ? Quelles sont les alternatives ? Qu’est ce que l’assiette écologique ?


    ...


    3) Trois mois après, qu’est-ce qu’il te reste de ce cycle de 5 soirées ?


    Je me suis rendue compte que j’avais déjà ce souci d’une assiette « écologique ». Par exemple, pour mes repas silencieux, je porte une attention particulière à la composition de mes bols : avoir une céréale, une légumineuse et des légumes.


    Il m’arrive de revenir sur les notes reçues, sur les recettes que l’on a réalisé et que l’on peut sans cesse moduler ! C’est très créatif. J’aime l’idée d’avoir en tête cette assiette écologique, avec ses proportions et ses combinaisons…


    Lors d’une séance on a abordé la question du « local ». L’intervenant bénévole nous a expliqué qu’il avait choisi de ne pas utiliser le mélange d’épices « curry » car ce n’était pas local, les épices venant de très loin ! Cette intervention a déclenché une réflexion. Une assiette “locale au possible” n’allait-elle pas me priver de certains liens auxquels je tiens ? La réponse était oui. J’ai nuancé mon approche du local et le projet que je construis (voir question 5), favorisera le circuit-court mais ne se privera pas de certains produits comme la grenade par exemple. Il y a des aliments que j’aime et que je veux voir dans mon assiette. La nourriture c’est aussi des émotions et celle qui me submerge lorsque je déguste une grenade, j’y tiens et je veux aussi la faire partager. J’ai découvert qu’il y en a une biologique qui vient de Turquie. On en fait des jus délicieux !


    Je ne veux pas de local à tout prix car j’ai envie de promouvoir une certaine diversité qui est aussi reliée à mon histoire personnelle.


    Je veux que mon assiette soit écologique et interculturelle, étant moi-même bercée par plusieurs cultures. Mes origines marocaines y sont pour quelque chose… Il y a un produit que j’ai toujours chez moi, c’est la coriandre. Le fait d’en avoir tout le temps raconte quelque chose de moi… Cette coriandre, si je ne la prend pas en botte (pas sous vide) dans un magasin bio, je vais la chercher chez l’épicier marocain de mon quartier. Je ne sais pas d’où elle vient, je ne suis pas posée la question, mais ça me relie à l’épicier marocain et par delà à une histoire. Et ça, ça fait sens pour moi.


    4) Si tu devais donner 3 mots clés pour décrire ce cycle, quels sont ils ?


    Convivialité car j’ai trouvé très agréable de se retrouver en groupe, de cuisiner ensemble, de manger ensemble… de partager ! Je trouvais qu’il y avait une très belle harmonie dans le groupe et que l’on se complémentait bien. J’en garde un beau souvenir !


    Curiosité parce que j’ai apprécié nos ballades dans différentes cuisines de centres culturels et autres où il fallait s’adapter…


    Curiosité aussi parce que ce sont des bénévoles qui viennent partager leur passion et leurs connaissances avec nous. Je les ai trouvé très investis, très sérieux dans leur démarche.


    J’ai beaucoup apprécié que des personnes engagées et non des consultants viennent partager leurs savoirs. Elles le font très bien...tout en nous laissant un espace de liberté pour exprimer notre créativité...Tout cela dans un climat de confiance.


    Clés car nous avons reçu un petit trousseau de clés utile pour nourrir nos réflexions que ce soit sur les enjeux politiques, environnementaux ou encore sur la création d’une assiette, de recettes… L’approche est globale avec une multitude de porte d’entrées possible pour cuisiner et nourrir sa réflexion …


    Je pense aussi qu’il y a moyen de se faire une belle assiette écologique avec un petit budget mais il faut être créatif ! Il faut en avoir envie car cela demande un engagement et une action consciente ! L’acte d’achat devient alors différent…


    Pour quelqu’un qui est complètement novice, ce cycle peut être une révolution !


    Qu’est ce qu’il y a dans mes armoires ? Qu’est-ce que je peux faire avec ça ? Et pourquoi ? Les épluchures qu’est-ce que j’en fais ? De la viande oui mais laquelle ?…


    En modifiant progressivement ses choix de consommation, on se sent mieux parce qu’on est plus responsable on fait des choix conscients. Parce que c’est plus sain aussi. On a plus de vitalité !


    5) A présent, peux tu nous parler de ton projet ?


    Je travaille depuis plusieurs mois sur la création d’un restaurant silencieux à Bruxelles. En ville, le silence se fait rare. Nos vies trépidantes et connectées au possible réduisent nos espaces de liberté ! J’ai envie de proposer une expérience, un îlot de silence dans Bruxelles pour s’offrir un moment de ressourcement, hors de la pollution sonore et de l’hyper-connectivité.


    Je voulais que ce moment soit associé au repas pour se relier au plaisir de nos sens et celui de se nourrir, tout simplement ! C’est aussi une proposition qui permet une expérience, celle de se relier à soi et à l’autre d’une manière nouvelle. La parole ne fait pas tout, loin de là !


    “Manger en silence, c’est vivre une expérience individuelle mais aussi collective. Le silence se partage avec gourmandise !


    6) Pendant la formation, j’ai proposé aux participant.e.s de se servir au buffet en silence et de commencer le repas en silence, qu’en as tu pensé ?


    J’étais très curieuse de voir comment les participant.e.s vivraient cette proposition ! J’organise des repas silencieux et chaque repas est suivi d’une discussion. Je suis toujours surprise par les retours d’expérience des personnes. C’est très riche et très encourageant ! On m’a dit “ je me suis rendue compte de tout ce qui nous est imposé comme bruit” ou encore “j’ai été traversé par pleins d’idées”. D’autres vont être attentif à la quantité d’aliments avalés, être plus à l’écoute de leurs besoins. Cela se joue à différents niveaux. Une personne trouvait ce silence inhabituel inquiétant. Petit à petit, elle a lâché prise, “j’ai accepté le silence et j’ai commencé à apprécier le moment.”


    Quand tu l’as proposé durant le cycle, j’ai trouvé qu’après avoir cuisiné et s’être affairé ensemble, c’était bon de se poser et de prendre le temps de goûter ce qu’on venait de préparer… C’est un nouvel espace qui s’ouvre.


    7) Et ton projet si on veut en savoir plus, comment on fait concrètement ?


    C’est possible de me suivre via ma page Facebook : fb.me/cuisinesilencieuse


    Je ne suis pas très axée sur les réseaux sociaux, mais c’est inévitable aujourd’hui ! Je n’ai pas encore de site internet mais ça va venir…


    Au départ, je me suis aussi posée la question du lieu. En fallait-il un ou pas ? Restaurant ou virées nomades ? Et puis dans ma réflexion, c’est devenu clair. J’avais envie de m’inscrire dans un territoire.


    J’ai envie d’inscrire ce lieu de silence dans la cacophonie de la ville !


    Pour nourrir mon projet, j’organise des repas silencieux en mode nomade. D’ailleurs je cherche des lieux qui seraient d’accord d‘accueillir un repas silencieux en journée ou soirée. En parallèle, je monte mon projet, recherche des financements, un lieu pour le restaurant... Je suis accompagnée par plusieurs structures bruxelloises et j’espère que mon projet verra le jour en 2019 ! Entre l’entrepreneuriat et moi, c’est une nouvelle grande histoire. L’année passée je travaillais encore dans l’associatif comme directrice d’un centre culturel.


    8) Quel a été le déclic ?


    Je suis arrivée à la fin d’un cycle. C’était évident. Et puis j’avais un rêve, celui de créer mon job. Ce nouveau projet rassemble tout ce que je suis ! Il est porté par un idéal : reconquérir un espace de liberté dans toute cette agitation citadine. Je fais une proposition à double entrée : en alliant silence et nourriture, j’ai l’ambition de réunir dans une expérience la triade « corps - coeur- esprit ». Car c’est bien cela que l’on peut toucher au cours d’un repas silencieux.


    Je pense aussi à cette phrase de Itsuo Tsuda « Même pour une feuille de salade, j’éprouve de la gratitude, car elle me soutient en se transformant en sang et en chair.


    Cette conscience va de pair avec l’élaboration d’ une belle assiette écologique !


    Sourire et gratitude à Nora Bouhjar pour avoir accepté cette interview.


    Nous te souhaitons le meilleur pour la réalisation de ce rêve qui voit le jour déjà petit à petit… car comme nous aimons bien le dire “Ce n’est pas le but qui importe mais le chemin.”



    Entretien réalisé par Margot Thévenin, le 10 Août 2018.


  •  

    Le Festival Alimenterre... 10 ans déjà !


    La 10ème édition du Festival Alimenterre se prépare et s’annonce sensationnelle ! 
    À vous, curieux.ses, passionné.e.s, engagé.e.s ou encore cinéphiles en quête d’inspiration, de sens, de réflexion... L’événement incontournable de l’automne revient en octobre 2018 et vous propose cette année encore des images et des mots pour relever les défis agricoles et alimentaires mondiaux.

     
    Alimenterre à Bruxelles
    Du 10 au 14 octobre 2018
    Au Cinéma Galeries


     Mais aussi du 15 au 31 octobre 2018
    à Arlon, Charleroi, Liège, Mons, Namur et Ottignies/LLN.

    SAVE THE DATE BXL SUR FACEBOOK

    10 ans de débats et de combats pour le droit à l’alimentation


    La 10ème édition du Festival Alimenterre Belgique, nous y sommes déjà... cet anniversaire sera l’occasion de revenir sur la mobilisation et les combats menés par SOS Faim depuis le premier coup d’envoi du festival en 2008, mais aussi de se lancer de nouveaux défis !

    FORUM DES ALTERNATIVES
    & FLASH MOB

    Samedi 13 OCT
    Cinéma Galeries à Bruxelles

     
    Organisé par SOS Faim, RdC, Quinoa, Fian et Oxfam, le célèbre Forum des Alternatives revient cette année avec des ateliers DIY, un espace débat, un espace mobilisation, un espace enfant... Nous vous invitons ensuite à participer à l’action phare de cette 10ème édition : le Flash Mob “Droit à l’alimentation” prévu sur la place de la Monnaie dans le cadre de la Quinzaine de la solidarité de la Ville de Bruxelles.
    SOIRÉE DE CLÔTURE
    & REMISE DU PRIX ALIMENTERRE

    Dimanche 14 OCT
    Cinéma Galeries à Bruxelles

     
    Après la remise du “Prix Alimenterre” par Olivier De Schutter, nous vous proposons de replonger dans le film “Vers un crash alimentaire”, projeté lors de la première édition du festival, et de débattre ensemble sur l’évolution de notre système alimentaire depuis 10 ans. Nous clôturerons cette édition anniversaire autour d’un verre !
     
    www.FESTIVALALIMENTERRE.be
    © 2018 SOS Faim Belgique, All rights reserved.


     

     
  • Formation Good Food




    A l’initiative de Bruxelles Environnement,
    coordonnée par Rencontre des Continents,
    en partenariat avec de nombreux acteurs de l’AD à Bruxelles

    L’année 2018 est complete mais si vous êtes intéressé.e.s par une prochaine formation qui aura lieu en 2019, merci de nous l’indiquer en vous inscrivant ici :
    https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSc9bggA44HuwkwuXIprdPZ3_pxOf_pNBoPWe6P83yRoFms_qw/viewform

    Dessin : Jeremy Van Houtte





    Prochains cycles :
    - en mai et juin 2018 = clotûré ! voir les retours des participant.e.s ici : http://rencontredescontinents.be/Retour-sur-la-formation-Decouverte-du-secteur-de-professionnel-l-AD.html

    - en octobre et novembre 2018 (en horaire décalé) = clotûré ! en cours...


    - en 2019, inscrivez-vous ici  http://urlz.fr/6XZW pour être tenu informé des futures séances d’infos et des prochaines inscriptions de l’année 2019 !

     


    Dates indicatives : 



    Séances informations  : mi-mars et mi-septembre


    La présence à une séance d’information préalable est nécessaire avant de pouvoir s’inscrire !



    Séances des cycles : mai/juin et octobre novembre
     



    Des questions sur la formation "Découverte du secteur de l’alimentation durable" ? 




     



     



    Alice NORMAND
    Formations - Projets - Communication
    E-mail : alice@rencontredescontinents.be
    Tél : +32(0)2.734.23.24
    Adresse : Rue Van Elewyck, 35 - 1050 Bruxelles

     
     


  •  


     


     


    Infos sur le Festival ?


    www.festivaldeslibertes.be
    Lieu : Théâtre National - Bruxelles


    Nos désirs sont-ils désordres ?


    Pour notre 8ème participation, nous vous invitons à 2 rencontres qui questionnent nos pratiques et désir d’autonomie, d’horizontalité et d’émancipation en lien avec les urgences actuelles et les actions de nos mouvements sociaux & la société civile institutionnalisée. À vos agendas !


    //////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

     


    SAMEDI 20 OCTOBRE 2018 - 16h00

    Débat - Foyer

    Autogestion, piège à cons ?



    FR • 120’



    Comment les groupes portés par des idéaux égalitaires tentent-ils de s’extraire des dynamiques de pouvoir et de leadership ? Quelles sont leurs balises et les limites de ces processus de régulation ? Quels en sont les écueils ?


    Plus d’infos sur les intervenant.e.s.


     :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: ::

    DIMANCHE 21 OCTOBRE - 16h00

    Expérience - Studio

    Forum des ingouvernables



    FR • 180’



    Dans cet espace, le public est amené à partager ses questionnements et expériences en toute horizontalité. À cet effet, les participants seront invités à se regrouper par affinités, autour de questions-clés de l’autogouvernement.
    Ensuite, l’échange en plénière, en présence de personnes-ressources et activistes, fera l’objet d’analyse et d’expérimentations en temps réel.


    Plus d’infos sur l’événement.


     

octobre 2018 :

septembre 2018 | novembre 2018

Inscription à la liste de diffusion
    • Liste de la newsletter