Actualités du 1er octobre 2019


  • À travers diverses "activités internes" ou "grand public", RdC a entamé un questionnement lié au genre en lien avec nos thématiques...



    En préambule à ce vent de septembre teinté d’écoféminisme et de questionnement lié au genre, nous avions envie de mettre à l’honneur deux femmes, qui, sous des modes d’expression tout a fait différents, se font relais, affirment leur engagement et leur volonté d’éveiller les esprits critiques et nous invitent à penser et agir ensemble sur ces thématiques qui nous occupent et préoccupent tel que le capitalisme, le climat, le féminisme...


    Nous mettons donc en lumière ce mois-ci une conférence d’Isabelle Stengers et une BD d’Emma, qui, comme bien d’autres font partie de ces personnes qui par leur vision et leur regard sur le monde nous permettent de nourrir notre projet associatif.


    La conférence d’Isabelle Stengers « Comment hériter du triple désastre écologique ? » s’adresse aux académiques mais trouve résonnance chez toute personne engagée dans un travail de transmission ou d’éducation comme le nôtre. « Comment se donner les moyens de sortir de la sidération, se rendre capable de lutter, de penser,de faire penser, de faire sentir ? Comment susciter des histoires, des imaginations, qui nous aideront ainsi que les génération futures à vivre dans ce que Anna Tsing -dans « Le champignon de la fin du monde- appelle « les ruines du capitalisme  ».


    Isabelle Stengers est une philosophe Belge, licenciée en chimie à L’université libre de Bruxelles qui s’est notamment fait connaître par son premier ouvrage « La Nouvelle Alliance » co-écrit avec le Prix Nobel de chimie Ilya Prigogine. Pour elle « devenir philosophe, c’est rencontrer, dans les textes, les quelques-uns qui vous font penser. » Dans son cas « ça a été Deleuze, Leibniz, Whitehead. » mais aussi Guattari et Starhawk auxquels elle fait largement référence dans cette conférence et qui font eux aussi partie de cette grande toile, cette « communauté de pensée », Ces références théoriques qui viennent interroger nos pratiques et nous permettent de prendre de la hauteur pour mener au mieux nos projets. Elle se consacre depuis une quinzaine d’années à une réflexion tous azimuts autour de l’idée d’une écologie des pratiques, d’inspiration constructiviste : voir tous ses ouvrages


    La nouvelle BD d’Emma « Un autre regard sur la climat », explore pour et avec nous de nombreuses questions, et tente d’y répondre... Comment fonctionne-t-il ? Quelles conséquences sur la société actuelle ? Peut-on agir et comment ? Un sujet épineux sur lequel elle admet être partie pratiquement de zéro. Alors pendant six mois, elle a lu, fait des entretiens, s’est plongée dans les rapports du GIEC... et fait une pause, au milieu, tant ce qu’elle apprenait la déprimait. Emma ressort de ce tunnel avec des convictions renforcées : gagner la bataille climatique nécessitera de sortir du capitalisme. « Il ne sert à rien de vouloir discuter avec les grandes entreprises ». Elle explique son travail "Un autre regard sur le climat" dans l’émission "Tout peut arriver" sur LE MÉDIA.



     


     


     


     


    Emma est ingénieure informaticienne de formation et dessinatrice, d’abord "comme ça" et puis de plus en plus.. Elle s’est fait connaître avec ses BD sur la notion de charge mentale mais aussi le terme de charge émotionelle. Après avoir donc servi la cause des femmes mais aussi des réfugié.es et bien d’autres encore (voir ses autres livres « Un autre regard »), Emma s’attaque au réchauffement climatique.


     


  • Vous vous demandez comment et avec qui va/peut se passer votre rentrée associative et militante ? Et pourquoi pas chez RdC ?!


    > Lisez plutôt ceci en 2 minutes !



    Comme nous, vous voulez partager la construction d’autres mondes dans le respect de la diversité, de la planète et des autres cultures ? Vous pensez que d’autres rapports entre les peuples et leurs ecosystèmes sont possibles ? Vous estimez qu’il ne faut pas opposer Résistance et Résilience ? Et que ces alternatives sont possibles et doivent être valorisées ? Vous souhaitez aussi renforcer vos connaissances sur ces alternatives et sur la compréhension des enjeux actuels ? Pour en parler dans vos contextes, renforcer vos réseaux, contribuer aux multiples transformations actuelles qui s’inscrivent dans ce sens...


    Alors soyez les bienvenu.es ! Vous le savez peut-être, RdC ne serait rien sans ses volonterres. Certains passent, d’autres restent, d’autres encore partent et reviennent...d’autres se questionnent et nous aident parfois... et c’est dans cette danse que nous nous inventons, toujours prêt.es et désireux.ses d’accueillir de nouvelles personnes, pour nous former les un.es les autres, partager, créer, expérimenter ensemble, ou encore animer des groupes, imaginer des processus pédagogiques, cuisiner en s’éduquant, réflechir au sens de nos actions sur le monde qui nous entoure... et pleins d’autres choses !


    Mais concrètement, késako être volonterre ? Tu peux commencer par faire un tour par ici.


     


    Si l’aventure te tente ou que tu veux en savoir plus, n’hésite pas à visiter notre site et/ou à contacter Louise.


    louise@rencontredescontinents.be


  • Formation Good Food


    A l’initiative de Bruxelles Environnement,
    coordonnée par Rencontre des Continents,
    en partenariat avec de nombreux acteurs de l’AD à Bruxelles


     


    FORMATION 2019 : COMPLETE !


    Pour les deux cycles de formation en 2020, inscrivez-vous ici http://urlz.fr/6XZW pour être tenu informé.es des futures séances d’infos et des prochaines inscriptions ! Ces deux cycles auront lieu en mai/juin et en octobre/novembre 2020. L’un en horaire de journée, l’autre en horaire décalé (soir et week-end).



     


    Les prochaines séances d’info auront lieu en mars 2020 à la Maison de la Paix  !





    Qu’est-ce que c’est et pourquoi ?


    Une formation gratuite, en 8 journées ! Les objectifs de cette formation sont :


    - d’approfondir les enjeux de l’alimentation durable


    - donner une vue globale du secteur professionnel et des alternatives (filières, projets innovants et métiers)


    - expérimenter la création et gestion collective de projets pour vous permettre de vous lancer
     


    Pour qui ? Toute personne motivée, souhaitant s’orienter professionnellement dans le secteur (porteurs de projets individuels ou collectifs, personnes en pause ou en reconversion professionnelle, chercheurs d’emplois,…) en Région Bruxelles Capitale


    Quand ? Les mercredis et jeudis de 10h à 16h (cycle mai/juin 2020) et en soirée we (cycle octobre/novembre 2020) 


    Où ? A Ixelles et en Région de Bruxelles Capitale


    Comment ? Alternance d’apports théoriques (avec des intervenants spécialisés et des professionnels du secteur), de visites de terrain (projets et initiatives en RBC) et d’expérimentations (atelier culinaire, d’initiation au maraîchage,…). Approche : pédagogie active et processus d’intelligence collective

    Prochains cycles



    Les dates pour 2020 :



    Séances d’informations  : 



    -> Deux séances d’infos en mars 2020 à la Maison de la Paix



    -> Deux séances d’infos en septembre 2020 à la Maison de la Paix



    La présence à une séance d’information préalable est nécessaire avant de pouvoir participer à la formation !



    Séances du cycle : 



    -> 8 séances en journée (à titre indicatif, les mercredis et jeudis de 10h à 16h en mai/juin 2020)


    -> 8 séances en soirées et we (en octobre/novembre 2020)

    Retours sur de précédents cycles :

    - Voir les retours des participant.e.s du cycle de mai juin 2018 ici :
    http://rencontredescontinents.be/Retour-sur-la-formation-Decouverte-du-secteur-de-professionnel-l-AD.html

    « Le collectif, l’échange, la systémique… m’ont apportés plus en 8 journées qu’en 15 ans d’expérience professionnelle (dans un secteur très compétitif). Je ne vois plus seulement les freins – ils restent certes – mais les possibles prennent l’avantage ! Mon projet n’est plus « que » professionnel, c’est celui d’une vie, ensemble, autour d’une assiette et plein d’autres choses ;)) Merci RdC ! »

    - Voir les retours des participant.e.s du cycle d’octobre et novembre 2018 (en horaire décalé) ici :
    http://rencontredescontinents.be/Retour-sur-la-formation-Hetre-Decouverte-du-secteur-professionnel-de-l-AD.html



    "La formation est un véritable moteur pour oser rêver et concrétiser son projet. Elle est source d’inspiration quant au sens donné à son travail, à son projet citoyens, à son projet professionnel. En 8 séances, j’ai l’impression d’avoir véritablement mûri sur mes envies et mon rêve d’un autre monde, d’un autre métier porteur de sens et de cohérence. Merci !" ...



     




    Des questions sur la formation "Découverte du secteur de l’alimentation durable" ? 





     




    Si vous êtes intéressé.e.s plutôt par la prochaine formation qui aura lieu en mai/juin 2020, merci de nous le faire savoir en nous indiquant votre intérêt ici : https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSc9bggA44HuwkwuXIprdPZ3_pxOf_pNBoPWe6P83yRoFms_qw/viewform

    Vous recevrez ainsi toutes les informations directement - à l’année prochaine !



     



    Alice NORMAND
    Formations - Projets - Communication
    E-mail : alice@rencontredescontinents.be
    Tél : +32(0)2.734.23.24
    Adresse : Rue Van Elewyck, 35 - 1050 Bruxelles

     
     

  • Formation Good Food


    A l’initiative de Bruxelles Environnement, coordonnée par Rencontre des Continents, en partenariat avec de nombreux parternaires du secteur professionnel de l’alimentation durable !


    "Hêtre - Découverte du secteur 


    professionel de l’Alimentation Durable à Bruxelles"


    Prochaines séances d’infos les 18 et 19 septembre 2019 !!!


    Prochain cycle en octobre et novembre 2019 !
     


    Inscrivez-vous ici  http://urlz.fr/6XZW pour être tenu informé.e.s des futures séances d’infos et des prochaines inscriptions pour l’année 2019 !




    Pour y participer, venez nous rencontrer lors d’une des séances d’info (séance obligatoire avant inscription) :


    Pour les cycles 2019, inscrivez-vous ici  http://urlz.fr/6XZW pour être tenu informé des futures séances d’infos et des prochaines inscriptions de l’année 2019 !


    Dates indicatives :


    Séances d’informations  : 


    -> Le mercredi 18 septembre 2019, de 14h à 16h à la Maison de la Paix


    -> Le jeudi 19 septembre 2019, de 10h à 12h à la Maison de la Paix


    La présence à une séance d’information préalable est nécessaire avant de pouvoir s’inscrire !



    Séances des cycles : octobre/novembre 2019 et mai/juin 2020


    -> 8 séances en journée (à titre purement indicatif, susceptible d’être modifié - mercredi et jeudi de 10h à 16h : du 16 octobre au 7 novembre 2019) 


    -> 8 séances en horaire décalé (à titre purement indicatif, une soirée en semaine et un samedi matin : en mai et juin 2020) 


     

    Anciens cycles :

    - en mai et juin 2018 = clotûré ! voir les retours des participant.e.s ici : http://rencontredescontinents.be/Retour-sur-la-formation-Decouverte-du-secteur-de-professionnel-l-AD.html

    « Le collectif, l’échange, la systémique… m’ont apportés plus en 8 journées qu’en 15 ans d’expérience professionnelle (dans un secteur très compétitif). Je ne vois plus seulement les freins – ils restent certes – mais les possibles prennent l’avantage ! Mon projet n’est plus « que » professionnel, c’est celui d’une vie, ensemble, autour d’une assiette et plein d’autres choses ;)) Merci RdC ! »

    - en octobre et novembre 2018 (en horaire décalé) = clotûré ! voir les retours des participant.e.s ici : http://rencontredescontinents.be/Retour-sur-la-formation-Hetre-Decouverte-du-secteur-professionnel-de-l-AD.html


    "La formation est un véritable moteur pour oser rêver et concrétiser son projet. Elle est source d’inspiration quant au sens donné à son travail, à son projet citoyens, à son projet professionnel. En 8 séances, j’ai l’impression d’avoir véritablement mûri sur mes envies et mon rêve d’un autre monde, d’un autre métier porteur de sens et de cohérence. Merci !" ...


     



    Des questions sur la formation "Découverte du secteur de l’alimentation durable" ? 




     



     



    Alice NORMAND
    Formations - Projets - Communication
    E-mail : alice@rencontredescontinents.be
    Tél : +32(0)2.734.23.24
    Adresse : Rue Van Elewyck, 35 - 1050 Bruxelles

     


    Pour plus d’informations sur les précédents cycles et des témoignages d’ancien.ne.s participant.e.s, rendez-vous par ici => http://rencontredescontinents.be/Formation-Decouverte-du-secteur-de-l-Alimentation-Durable-130.html


  • Le RABAD organise son désormais traditionnel "RABAD DAY", le 25 octobre au BEL.


    Rencontre des Continents y animera un atelier de 15h à 15h30 : "Outils de sensibilisation à l’alimentation durable" - Comment sensibiliser des publics variés à la thématique de l’alimentation durable ? Quels outils et dispositifs mobiliser ? Venez le découvrir et échanger avec nous.


    Le Rabad Day c’est une demi-journée bien remplie consacrée à des ateliers, des coachings, des discussions, des présentations ainsi que des dégustations, le tout autour du thème de l’alimentation durable !
    L’année dernière plus que 150 professionnels ont participé au Rabad Day ! Venez découvrir toute une palette d’activités !
     
    L’espace sera divisé en :
    - un village alimentation durable, constitués de stands tenus par des acteurs variés de l’alimentation durable (transformation, circuits courts, sensibilisation, etc.)
    - 3 salles dans lesquelles se dérouleront des ateliers sur de nombreuses thématiques liées à l’alimentation durable.


    Toutes les informations se trouvent sur le site.


    Quand ? Le 25/10/2019 de 13h30 à 18h
    Où ? Bruxelles Environnement, Site de Tour &
    Taxi, Avenue du Port 86C/3000, 1000 Bruxelles
    Inscription obligatoire ici.


     



  • Festival du Coucou Puissant


    Du 3 au 20 octobre, des dizaines de rendez-vous pour découvrir les lieux autogérés de Bruxelles !

    2 semaines d’événement festifs et conviviaux :
    ■ table d’hôtes ■ concerts ■ expositions ■ ateliers ■ spectacles ■ brocante ■ yoga ■ découverte des lieux à vélo ■ ...

    Mais aussi 2 semaines d’échange, de débat et d’actions pour porter le droit à la ville en acte à Bruxelles  : ■ projections-débats ■ discussions ■ conférences ■ actions dans l’espace public ■ présentation d’un manifeste ■ ...

    Tout le programme est ici et continue de se préciser :
    https://festivalcoucoupuissant.be/events

    Les lieux participant  :
    https://festivalcoucoupuissant.be/lieux-participants




    ----------

    Le festival est avant tout une volonté commune de différents lieux d’occupations de se rassembler autour de deux aspects : d’une part tendre vers une entraide et une solidarité entre les lieux dans un contexte particulier pour l’occupation ; d’autre part, montrer la richesse, l’importance et la diversité de nos projets et modes de vie à l’extérieur.

    Dans une ville où se loger décemment relève du parcours du combattant (loyer trop élevé, logement social en pénurie, bâtiments à l’abandon en grand nombre), où les politiques publiques choisissent délibérément de faire de Bruxelles une ville attrayante pour les capitaux, pour le tourisme de masse, au détriment du bien-être des bruxellois.es elles/eux-mêmes ; nous décidons de proposer une autre manière de vivre en ville.

    A un logement exigu engloutissant plus de la moitié des revenus ; nous réalisons l’occupation de biens inoccupés par et pour tous et toutes. A des activités lucratives, chères et peu accessibles, nous proposons des activités gratuites ou à prix libre et ouvertes à qui le veut. A des projets déconnectés des réalités et des envies du quartier environnant, nous construisons des occupations à l’écoute du voisinage et en les incluant.

    C’est dans cet esprit que nos groupes d’occupations vous ouvrent leurs portes du 3 au 20 octobre prochain.

    Contact mail : lecoucoupuissant@riseup.net


     


  • Les ateliers du RCR de cet automne vous propose différents ateliers sur la richesse de l’intelligence collective :



    Expérimenter l’intelligence à travers le corps et en mouvement - Le vendredi 18 octobre à Namur (centre-ville) 


    Dans les processus collectifs, nous mobilisons le plus souvent nos pensées, nos idées, nos opinions, parfois nos émotions ou notre intuition mais plus rarement nos sensations corporelles : Explorer par le corps la relation aux autres et les dynamiques collectives est le but de cette journée. Nous proposerons des exercices de mouvement, de positionnement dans l’espace, de ressentis corporels ponctués d’échanges sur les liens que nous pouvons tisser à partir des expériences vécues dans nos collectifs. 


    Détails pratiques et le formulaire d’inscription ICI


     


    Trouver sa juste place dans un groupe et contribuer à le rendre joyeux et dynamique - Le samedi 9 novembre à Namur (centre-ville)


    Notre manière de prendre une place dans une groupe, de nous positionner dans la relation aux autres a un impact important pour nous, pour le groupe et pour le projet que nous portons ensemble . Notre posture, c’est à dire notre façon de nous exprimer, de communiquer, d’échanger, de recevoir de l’information, notre communication non-verbale, nos intentions, … en sont autant d’aspects. Il importe pour chacun.e de nous d’en prendre conscience et d’en prendre soin afin d’occuper la place la plus « juste » possible dans ce groupe. 


    Au programme du jour : Veiller à la qualité du climat dans le groupe, sonder ses propres ressentis, opinions et les formuler de manière à ce qu’ils apportent quelque chose au collectif. Adopter une perspective additive et dynamique. Apprendre à formuler un feedback. Créer un espace relationnel pour prendre soin des tensions inter-personnelles qui peuvent surgir.


    Détails pratiques et le formulaire d’inscription ICI


     


    Comment gérer les tensions et les conflits qui surgissent dans notre équipe ? Le Samedi 23 novembre à Namur (centre-ville)


    Collaborer, décider à plusieurs, créer un esprit de groupe et vivre des tensions voire des conflits font partie de tout chemin collectif. Nous sommes pourtant rarement suffisamment outillés pour les aborder et les gérer de manière constructive, pour faire grandir et évoluer le groupe. 


    La journée que nous vous proposons, centrée sur la pratique, sera dédiée à :


    - Créer et maintenir un espace de sécurité pour aborder les tensions et les difficultés de manière constructive  : quels en sont les éléments-clés ? Comment accueillir les tensions pour leur permettre d’être des moteurs d’évolution ?


    - Pratiquer l’écoute et la parole bienveillantes : Comment nous relier à nos ressentis et nos besoins pour pouvoir également être réceptif-ve à ceux des autres ? Comment prendre soin de ces besoins et ensuite poser une parole juste et audible ? Comment faire des demandes, poser ses limites et les faire respecter sans blesser l’autre ? 


     


    - Comment faire passer un message difficile, proposer un feedback constructif, apprendre à dire « non » ?


    Détails pratiques et le formulaire d’inscription ICI


     


    Initiation à la facilitation graphique - Le samedi 07 décembre à Namur (centre-ville)


     


     


    Par des résumés graphiques légers et attrayants, la facilitation graphique permet :


    - de prendre des notes autrement (réunions, conférences, lectures, recettes de cuisine, voyages, …) 


    - de déposer ses pensées, ses idées, des situations complexes sur le papier, pour prendre du recul 


    - de préparer des supports graphiques pour appuyer son propos en réunion, en intervention, en formation 


     


    Pour un groupe ou une organisation, elle permet : 


    - de réfléchir ensemble, de se mettre d’accord 


    - de se présenter, de communiquer en interne ou vers l’extérieur 


    - de transmettre un message clair 


    Détails pratiques et le formulaire d’inscription ICI



  •  


    Texte de Paul Hermant 


     


    Source : https://sortir395949446.wordpress.com/2019/09/02/22/


     


    C’est un début du mois de septembre comme exactement tous les débuts de mois de septembre. Avec la rentrée scolaire, l’état de l’enseignement, les encombrements routiers, les premiers accidents, les retards. Et nous sommes rentrés. Au bureau, à l’école, à l’atelier, au CPAS, à l’université, en formation, à l’usine, au chômage, au boulot, peu importe, mais nous sommes rentrés.



    Comme d’habitude, comme si ça allait de soi, comme si rien n’avait changé. Comme s’il n’y avait rien de nouveau sous le soleil.


    Nous sommes rentrés pour accomplir exactement les mêmes gestes qu’avant de partir, nous allons répéter les mêmes causes pour obtenir les mêmes effets. Nous avons reconstitué les forces qui nous manquaient, nous pouvons reprendre notre ouvrage là où nous l’avions laissé.


    Le temps change, la planète change, nous ne changeons pas.


    L’an dernier à pareille époque, je m’étais déjà posé la question. Mais pourquoi rentrons-nous ? Est-ce vraiment sensé ? Est-ce vraiment cela qu’il faut faire, est-ce là que se marque le mieux le sens des responsabilités ?


    L’an dernier, d’ailleurs, un ministre s’était posé la même question que moi. Le 28 août 2018, Nicolas Hulot quittait le gouvernement français. Il n’était pas rentré. Il y avait du nouveau sous le soleil. Une canicule avait traversé l’été.


    Cette année, nous avons vécu un épisode caniculaire moins long que l’an dernier, mais nous voyons s’installer des effets répétés et durables : arbres qui sèchent sur pied, phénomènes météorologiques devenant habituels, pénurie d’eau potable, assèchement des rivières, incendies monstres, raréfaction des terres agricoles, extinction des espèces … Cette année, ce sont les zones les plus septentrionales de la planète qui semblent trinquer le plus. Que ce soit ici ou là-bas, le pli est pris, l’été nous montre ce que le reste de l’année nous cache. Nous voyons mieux apparemment quand nous avons le temps de regarder et que nous pouvons prendre celui de penser…


    Alors, je vous le demande, pourquoi sommes-nous rentrés ? C’est une question stupide bien sûr, je connais la réponse. Nous sommes rentrés parce qu’il faut bien avoir les moyens de vivre. Eh bien, moi, je pense que c’est exactement pour la même raison que nous ne devrions pas rentrer : parce qu’il nous faut avoir les moyens de vivre.


    Mais évidemment, plein de gens vont considérer que ce qui serait fou, ce n’est pas de continuer à aller droit dans le mur, mais de freiner pour ne pas s’y encastrer. Beaucoup de celles et de ceux qui ont dans leurs attributions la fonction de diriger ou de gérer diront qu’il n’est pas raisonnable ni surtout responsable de faire courir des risques au fonctionnement socio-économique.


    Pourtant, l’on peut tout aussi bien estimer que c’est cela qui est déraisonnable : de continuer à faire confiance à un système socio-économique qui, parce qu’il est basé sur l’exploitation et la consommation des ressources sociales et naturelles de la planète, aggrave tous les jours la situation. Oui, c’est cela qui est irresponsable : que les habitantes et les habitants de ce pays, de ce continent, de cette planète, n’aient pas d’autre choix, pour vivre, que de continuer à faire fonctionner un système en coma dépassé et passé en code rouge. Ce code rouge qui a été activé chez nous pour la première fois depuis 1833, c’est dire…


    Oh, bien sûr, on m’opposera que les choses ne sont pas encore jouées, que les rapports du Giec ne font pas la pluie et le beau temps (sic), que les nouvelles alarmistes ne font pas avancer les choses, qu’il ne faut pas croire tout ce qui se raconte et surtout pas les jeunes adolescentes.


    Oui, oui, je sais tout cela.


    C’est même pourquoi je pense qu’il serait hautement appréciable qu’on laisse aux gens l’occasion de décider à quoi ils font confiance et de quoi ils se méfient.


    C’est pourquoi je fais cette proposition toute simple.
    Ne pas rentrer.


    Rentrer nulle part, sortir partout…


    J’atténue. Comme je vois d’ici arriver les réactions responsables et pour ne pas brusquer les tempéraments raisonnables, la proposition serait plus exactement de ne pas rentrer tout à fait. Ce serait déjà un début.


    Vous voulez que j’explique ? J’explique.


    Pendant les six prochains mois – on va dire ça, il faut bien commencer par quelque chose – nous travaillerons toutes et tous un cinquième de moins que notre temps de travail actuel.


    Ce cinquième de temps nous sera évidemment payé, notre revenu ne changera pas.


    Pareil si nous n’avons pas d’emploi. Nos allocations sociales nous seront garanties.


    Pour les professions non salariées, on verra avec les lois sociales, on s’arrangera, il y a moyen de s’arranger. La question n’est pas là.


    Ce cinquième de temps de travail en moins sera utilisé à débattre entre personnes partageant la même rue, la même classe, le même bureau, le même établi, la même entreprise, le même quartier, le même métier ou le même non emploi de ce qui nous arrive collectivement.


    Et d’élaborer les manières dont nous comptons bien nous organiser ensemble pour ne pas sombrer dans une dépression sociale qui guette celles et ceux qui n’aperçoivent pas de futur tenable et pour donner une chance à l’avenir de venir.


    Il s’agira donc d’un travail commun de construction que nous nous donnerons, d’une tâche commune, de bien public, dont toutes et tous seront chargés.


    Evidemment, tout le monde aura la faculté de participer ou pas. Personne ne sera obligé de prendre part à ces débats et à ces rencontres. On pourra les rejoindre, on pourra les quitter. Chacune et chacun aura cette liberté.


    On va me dire, c’est impossible. Bien sûr que c’est impossible.


    C’est même pour ça que j’écris ceci, c’est pour ça que je le dis. Pour que nous puissions chacune et chacun prendre la mesure de l’impossible.


    Cet impossible n’est rien.


    Cet impossible est infime.


    Cet impossible est atteignable.


    Ce qui est nécessaire, c’est un peu d’esprit de conquête sociale et climatique…


    Et d’ailleurs, à bien y réfléchir, tout le monde n’est pas rentré. A l’heure actuelle il nous manque encore un certain nombre de gouvernements… Ces cent jours depuis que nous avons voté, on nous les présente comme utiles à établir des programmes et des équilibres, on nous explique qu’il faut du temps, de la concertation, des rencontres… : c’est exactement ce que nous sommes en droit de réclamer, ce temps qui nous permettrait de penser et de nous préparer, ensemble, collectivement, solidairement. Même un système socio-économique basé sur l’exploitation et la consommation des ressources sociales et naturelles de la planète devrait être capable de comprendre ça. Ou alors, c’est que la seule chose qu’il soit en capacité de nous offrir, c’est la perspective d’un suicide collectif, mais pas solidaire. Ce qui est exactement en train de se passer. Sous nos yeux. Mais nous ne le voyons pas. Puisque nous sommes rentrés.


    Voilà. Voilà ce que j’aurais dit si quelqu’un m’avait demandé à quoi je pense, là, maintenant.


    A ne rentrer nulle part et à sortir partout.


    Paul HERMANT


    Source : https://sortir395949446.wordpress.com/2019/09/02/22/


    Si vous souhaitez participer à la construction de cette dynamique collective, rejoignez-nous en cliquant ici !
    Vous serez tenu.e informé.e de lundi en lundi.


  • Il y a un an, des milliers d’Européen·nes ont donné de la voix contre le système alimentaire globalisé actuel ...



    ... qui est aujourd’hui dans l’impasse. Cette mobilisation avait également pour but de célébrer la diversité des initiatives qui composent l’agriculture durable à taille humaine. Au cours des dix dernières années, un tiers des agriculteur·rices européen·nes ont disparu, tandis qu’une poignée de grandes fermes industrielles ont touché la majorité des subventions européennes pour l’agriculture.


    La nourriture et l’agriculture industrielles sont un des principaux contributeurs à la catastrophe climatique en cours, l’effondrement de la biodiversité, la raréfaction des ressources en eau et la pollution de l’environnement. Dans le même temps, des millions de personnes en Europe, et encore plus dans le reste du monde, n’ont toujours pas accès à une nourriture de qualité, en adéquation avec leur culture et produite dans des conditions respectueuses l’environnement.


     


    Envie de rejoindre la dynamique Good Food // Good Farming en 2019 ?


     



    Rejoignez des milliers de personnes et d’organisations à travers l’Europe pour un mois d’actions et d’événements variés !


    Vous pouvez : organiser une marche, un pique-nique engagé, un flash mob, une disco soup ou tout autre activité créative qui braquera les projecteurs sur la crise agricole et alimentaire et notre exigence commune pour une réforme en profondeur des politiques agricoles et alimentaires menées tant au niveau européen qu’au niveau local ; faire du bruit avec des casseroles en faveur d’une agriculture et d’une alimentation juste, saine et durable ; proposer à votre réseau d’exprimer leur créativité en ajoutant leur carte postale à toutes celles que Good Food // Good Farming remettra le 22 octobre aux député·es européen·nes fraîchement élu·es et qui détermineront la prochaine Politique Agricole Commune à partir du mois d’octobre.



    Infos pratiques
    Site web de l’édition 2019 de Good Food // Good Farming : 
    https://www.goodfoodgoodfarming.eu/


    Enregistrez votre action ici :
    https://www.goodfoodgoodfarming.eu/join-us/


     



     

octobre 2019 :

septembre 2019 | novembre 2019

Inscription à la liste de diffusion
    • Liste de la newsletter