Actualités du 30 juin 2020


  • Cette pandémie révèle non seulement les inégalités mais également les failles de notre système, notamment et de manière criante, celles de notre système de santé. Soumis à des années d’austérité néolibérale, le collectif "Santé en lutte" dénoncait déjà ses pratiques avan la crise. Aujourd’hui, ilelles s’organisent pour accompagner au mieux les soignant.e.s dans cette situation difficile. Afin de soutenir celles et ceux qui nous soignent et nous protègent, plusieurs actions sont possibles de chez vous. Nous vous relayons la vidéo de Tout va bien-média sur ce sujet et ci-dessous l’appel du collectif de la Santé en lutte pour lutter avec elles et eux. Merci pour vnotre soutien !


    "Plus que jamais, La santé en lutte a besoin de votre soutien !



    Vous voulez soutenir le personnel soignant en première ligne dans la lutte contre le coronavirus ?


    Vous applaudissez à 20h tous les soirs mais vous sentez bien que ce n’est pas suffisant et qu’il faut aussi dénoncer les coupes budgétaires qui nous ont amenés dans cette situation dramatique dans les institutions de soins ?


    Vous pensez vous aussi qu’après cette épidémie, il faudra se battre pour des conditions de travail dignes ainsi que des soins de santé de qualité et accessibles à toutes et tous ?


    FAIRE UN DON


    En attendant de pouvoir descendre dans les rues nombreuses et nombreux pour porter ces revendications, soutenez le personnel des soins de santé organisé dans La santé en lutte en faisant des dons pour recevoir un t-shirt/une banderole sérigraphiés et en portant ainsi notre message, sur vous ou sur votre balcon !


    L’argent récolté servira exclusivement à organiser la lutte pour le refinancement des soins de santé qui sera plus que jamais à l’ordre du jour de la période post-confinement.


    Nous vous proposons donc de faire des dons à La santé en lutte via la plateforme Growfunding.
    https://growfunding.be/fr/bxl/lasanteenlutte


    Pour tout don supérieur à 15€, vous recevrez un magnifique t-shirt sérigraphié “La santé en lutte” OU une belle banderole sérigraphiée avec un message de soutien à accrocher à votre balcon pour contribuer à diffuser nos revendications


    Suite à votre don vous serez re-contacté·e par email pour les détails de la commande (adresse, t-shirt ou banderole, etc.)


    AFFICHER VOTRE SOLIDARITÉ


    Pour celles et ceux qui ont une imprimante chez eux, imprimez et affichez à votre fenêtre les affiches de ce post.


    Pour celles et ceux qui ont le temps, faites des banderoles revendicatives et déployez-les sur votre balcon.


    Et puis prenez-vous en photo avec votre famille, partagez-les sur les réseaux sociaux avec le tag #lasantéenlutte


    Envoyez-les nous aussi sur lasanteenlutte@gmail.com.


    Merci à toutes et tous pour votre soutien
    #Lasantéenlutte


    Lien pour télécharger les affiches : https://drive.google.com/…/19Gf8pxf7W2OqlPvCl9pmoS7rJ…/view…


    SIGNER LA PÉTITION


    "Maintenant on soigne, après nous réglerons nos comptes"


    Pour un refinancement des soins de santé, pour une amélioration des conditions de travail et pour un accès juste et gratuit pour toute la population, signez notre pétition !


    https://lasanteenlutte.org/signer-notre-petition/?fbclid=IwAR0zLflUYe6fgGXps1OlKbfMhmbqRTMTDgV-SQIf9NcuR79TdeMvlGJk4IA


    Si votre organisation ou association désire signer en son nom notre pétition, envoyez nous un e-mail à lasanteenlutte@gmail.com



    https://lasanteenlutte.org/la-sante-en-lutte-a-besoin-de-v…/


    Merci à toutes et tous pour votre soutien
    Merci aux ami.e.s du Réseau ADES pour leur travail de sérigraphie et leur aide."


     


     


     


     


     


     


     


     


     


     


     


     


     


     


     


     


     


     


     


     


     


     


     


     


     


     


     


     


     


     


     


     


     


     


     


     


     


     


     



  • Merci aux BAP ! En ces temps de confinements, de nombreuses personnes souhaitent aider les paysan.ne.s qui font face à une situation particulière. D’habitude, les BAP sont un outil qui permet à n’importe qui de venir en soutien aux fermes qui en font la demande.


    Mais le confinement a compliquer la situation, à la fois pour le secteur agricole traditionnel dont une partie des travailleurs.euses saisonnier.e.s sont coincés dans leurs pays de résidence...


    ...Mais aussi pour les fermes qui font en général appel à des bénévoles, ami.e.s, voisins, pour des coups de main ponctuels en ces débuts de tâches paysannes printanières.


    LES BAP ONT DONC UN RÔLE À JOUER (et donc nous aussi) dans ce contexte !
     


    Les BAP en temps de COVID ?

    Youpie ! Le site web a été mis à jour ! Avec des nouveaux chantiers...
    > https://brigadesactionspaysannes.be





    Et afin de nous montrer solidaires avec les paysan-ne-s en ces temps de crise, les chantiers reprennent, avec, bien entendu, quelques adaptations - précautions légales et sanitaires - reprises ci-dessous.


    > Pour les question c’est damien@quinoa.be

    > Plus d’infos sur les dispositions COVID ici



    > Pour les chantiers c’est par ici





     


  • Deux cycles deux formules ! 


    Le cycle « Orme » est un cycle d’initiation à la cuisine écologique et politique il qui se déroule sur 5 soirées de octobre à décembre 2020 


    Le Cycle « Laurier » est un cycle d’approfondissement qui se déroule sur 8 journées de octobre 2020 à juin 2021, qui s’adresse à ceux et celles qui aimeraient aller plus loin dans leur réflexion et leurs pratiques de la cuisine écologique et politique au quotidien. 


    Pour l’instant le nombre d’inscrit.e.s est limité à 10 mais nous espérons pouvoir augmenter en fonction des mesures qui seront communiquées par le conseil national de sécurité.


    - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

    Cycle "Orme" : initiation à la cuisine écologique et politique


    Faire évoluer son regard sur l’alimentation, adopter de nouveaux réflexes culinaires et développer sa créativité et sa technique, tels sont les objectifs du Cycle Orme : initiation en cuisine écologique et politique, proposé par Rencontre des Continents et ses volonterres. 


    Il allie réflexion et pratique pour mieux comprendre son assiette, l’organiser de manière écologique, et expérimenter concrètement et collectivement tout cela dans une ambiance conviviale !


    Le prochain cycle se déroulera sur 5 mardis soir de octobre à décembre


     


    Les dates  :


    Mardi 6 Octobre


    Mardi 20 Octobre


    Mardi 10 Novembre


    Mardi 24 Novembre


    Mardi 8 Décembre


     


    de 18h15 à 22h30


     


    Infos et inscriptions :


    http://rencontredescontinents.be/Cycle-Orme-Initiation-a-la-cuisine-ecologique-et-politique.html


     


    - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


     


    Cycle « Laurier » : cycle d’approfondissement en cuisine écologique et politique


     


    Nous prendrons le temps d’aborder d’autres thèmes que lors du cycle d’initiation, afin d’approfondir les questions liées à l’alimentation et ses interactions avec le monde. Nous mettrons en pratique d’autres techniques culinaires par la réalisation collective d’un repas lors de chaque séance.


     


    L’objectif de cette formation est donc d’approfondir notre réflexion ainsi que des pistes pratiques pour pouvoir se nourrir au quotidien en respectant à la fois à notre santé, notre environnement et notre convivialité


     


    Le prochain cycle se déroulera sur 9 dimanches de octobre à juin (une table d’hôte étant prévue le dernier dimanche).


     


    Les dates :

    25 Octobre
    22 Novembre
    13 Décembre
    10 Janvier
    7 Février
    21 Mars
    25 Avril
    23 Mai
    20 Juin


     


    de 14h30 à 20h30


     


    Infos et inscriptions :


    http://rencontredescontinents.be/Cycle-Laurier-Approfondissement-en-cuisine-ecologique-et-politique.html



  • Depuis le début de la crise sanitaire que nous traversons, une série de mesures exceptionnelles pour régler différentes situations ont été mises en place mais aucune décision n’a été prise concernant les personnes dites “sans-papiers”. Pourtant comme le signale La Ligue des Droits Humains (LDH) dans une carte blanche : " les personnes dépourvues de titre de séjour se trouvent actuellement, de facto, et ceci pour une période indéterminée, dans l’impossibilité de circuler, dans l’impossibilité de travailler, sans accès aux droits sociaux, et donc sans moyens de survie."


    Dans cette situation intenable, nous, citoyen.ne.s, association, exprimons notre solidarité avec les personnes "sans-papiers" et demandons que leur situation spécifique soit prise en compte pour leur leur "permettre de vivre dans des conditions conformes à la dignité humaine".


    De plus, comme le mentionne la LDH : " Il en va d’abord du bien-être des personnes concernées mais aussi d’un intérêt évident de santé publique. Il s’agit de protéger la population tout entière qui doit lutter de manière solidaire contre cette pandémie,sans négliger les personnes précarisées parce que sans papiers, car tout le monde doit avoir accès aux soins de santé et au dépistage ."


    Plusieurs pays (Portugal, Italie, Espagne) travaillent dans ce sens : la Belgique peut aussi régulariser les sans papiers !


    Pour plus d’informations, consulter le site de la Coordination des Sans Papiers Belgique. Nous relayons également l’appel à actions du groupe Migrant libre :


    APPEL à
    ACTION -


    Que pouvez-vous faire ?


    * Interpeller votre bourgmestre
    dans des vidéos. Ecrire à vos élu-es en envoyant des mails
    massivement pour soutenir l’appel à la régularisation des
    personnes sans-papiers.


    * Diffuser les appels des
    personnes sans-papiers et rejoindre le groupe Migrant Libre.


    * Afficher publiquement votre
    soutien aux personnes sans-papiers, (vous) informer sur leurs
    droits, leurs conditions de vie et les centres fermés,
    sensibiliser votre entourage.
    En ligne et hors ligne : photos
    de profil et de couverture
    , affichages aux fenêtres ou sur vos
    habits, diffusion de vidéos et photos, soutien aux actions, etc.


    * Envoyer une vidéo de soutien à
    Rabia Benkh- ou sur le groupe Migrant
    Libre


    * Utiliser le
    hashtag
    #labelgiquepeutaussirégulariserlessanspapiers


  • Depuis le début du confinement, le nombre de "cartes blanches" ou "tribunes d’opinion" dans la presse se compte par centaines. Des messages et prises de position de tous les bords se font entendre sur ce que nous traversons - et/ou qui nous traverse...


    Pour RdC, c’est important de prendre position et de nous situer aux cotés d’autres acteurs de la "société civile"* pour simplement continuer à se faire entendre mais aussi exprimer notre solidarité pour d’autres luttes, d’autres enjeux de la situation dont nous ne savons si nous pouvons encore l’appeller crise, puisque tout l’enjeu est de ne pas revenir à la "normale" dans une société anormale.


    Bien sûr, bien d’autres actions sont/seront nécessaires pour peser et transformer collectivement notre société, ses inégalités et ses atteintes sur la vie. Voir à ce titre cet article du CADTM.


    Petit résumé ci-dessous de ce qu’on a signé !


    « Gérer l’urgence… puis réinventer l’avenir »
    Le Soir - 01/04/2020


    La crise sanitaire va creuser les inégalités sociales. Personne ne doit être oublié. Pour qu’ensuite, on repense l’avenir.


    Lire la carte blanche


    L’urgence de relocaliser dès maintenant les systèmes alimentaires / Le Soir - 12/04/2020


    À l’occasion du 17 avril, journée internationale des luttes paysannes, qui a pris un sens particulier cette année.


    Lire la carte blanche
     


    Covid-19, l’heure du choix
    Le club de Mediapart - 28/04/2020
    221 citoyens et 9 organisations diffusent des idées pour l’après-crise...


    Lire la carte blanche
     


    Appel à la constitution immédiate d’un Conseil régional de la transition / La Libre - 14/05/2020
    Lire la carte blanche
    Voir le site
     


    Avec les écoféminismes, se projeter autrement dans l’après-Covid  / Le club de Mediapart - 19/05/2020


    La crise sanitaire exacerbe aussi « les violences du système patriarcal » et expose particulièrement les femmes...
    Lire la carte blanche


    « Contre le virus du libre-échange »
    Le Soir - 20/05/2020
    Construire un « monde d’après » passera par la rupture avec la logique actuelle des accords de libre-échange...
    Lire la carte blanche


  • La situation récente nous a démontré que la résilience de l’économie est aussi importante que sa productivité et sa compétitivité. Une transition écologique et sociale permettra d’éviter, de retarder ou d’atténuer les effets des crises futures. Le Résilience Management Group, composé de scientifiques et d’entrepreneur·e·s de la transition écologique, a élaboré un projet de plan de mesures pour aider les autorités à y parvenir : le plan ‘Sophia’.



    Plus de 100 scientifiques et 182 entreprises de la Coalition KAYA ont
    travaillé de manière collaborative afin de proposer un plan de
    transition pour notre pays. Ensemble, ils ont concilié la réflexion et
    l’expérience de terrain pour instaurer un plan contenant plus de 200
    mesures réparties dans 15 domaines.


    L’objectif ? Enclencher immédiatement la transition vers une économie durable, pour éviter de nouvelles crises systémiques qui seraient inévitables si la relance se faisait à l’identique.


    En savoir plus ? https://www.groupeone.be/plansophia/


     


    Elaboré par le Resilience Management Group



  • Photo : Dominique Botte - Jérôme Peraya- Collectif Krasnyi


    Dans les suites de la carte blanche (co-signée par RdC) « gérer l’urgence, puis réinventer l’avenir » publiée par Le Soir du 1/04/2020, et face à la situation inédite que nous traversons, des dizaines d’organisations et collectifs issus de la société civile et des mouvements sociaux appellent à gagner la bataille du récit, à créer une force capable de renforcer et faire converger les luttes, pour contribuer à concrétiser des vraies conquêtes sociales et une rupture écologique avec le système mortifère actuel.


    Notre carte blanche se terminait de la façon suivante :


    « Nous, signataires de cette carte blanche, ne voulons pas d’un « retour à la normalité », car cette normalité faite d’inégalités violentes, de mondialisation insensée, de marchandisation de la vie et de résignation à la catastrophe écologique est aussi la source du drame que nous vivons. Nous sommes décidé.es à prendre nos responsabilités pour mettre en commun nos forces et nos volontés pour tenter de redéfinir ces bases. »


    Nous avons tenté de respecter au mieux cet engagement.


    Avec une trentaine de collectifs et d’organisations, nous avons défini ensemble de grands objectifs, des priorités, un cadre et une méthode de travail évolutifs. Nous avons donc le plaisir de vous soumettre ci-dessous le résultat de ce travail : « Un front social écologique et démocratique pour réinventer l’avenir ». Ce texte est structuré en 3 parties : 

    • I. Comment en sommes-nous arrivé.es là ?
    • II. Débattre des priorités fondamentales
    • III. Construire un front démocratique


    >> Vous trouverez l’ensemble du texte ici


    Ne pas avoir produit un texte de plus, faire vivre le front en actes !


    Appel à lutter ensemble !


    Comme vous le lirez, nous avons l’intention de créer une force capable de concrétiser des conquêtes sociales et une rupture écologique. Pour y arriver, une de nos stratégies sera d’être capable de taper toute.s ensemble sur le même clou au même moment. 


    Or une telle force ne se décrète pas. Elle se construit, par la communication, la collaboration, le débat, la mise en commun, le partage, les rencontres, les soutiens mutuels, la solidarité en actes.


    Il est donc pour nous fondamental de ne pas se limiter à récolter des signatures autour d’un texte ! Nous voulons créer une véritable dynamique d’action autour de celui-ci.


    Pour y arriver, nous vous proposons d’abord les choses suivantes :

    1. Bien entendu, dès que c’est possible pour vous (après les consultations utiles au sein de votre organisation ou collectif), de signaler votre souhait de faire partie de ce Front Social, Ecologique et Démocratique, en remplissant le formulaire à cette adresse, en bas du texte. http://www.gresea.be/Un-front-social-ecologique-et-democratique-pour-reinventer-l-avenir. Le Gresea exerce pour le moment le secrétariat de l’initiative. Pour le reste, il est un membre parmi d’autres du Front social, écologique et démocratique.
      Outre vos coordonnées, ce formulaire vous permet déjà de répondre rapidement à deux questions importantes pour construire notre front
      1. Qu’attendez-vous d’un tel front ?
      2. De quoi avez-vous besoin pour rendre vos luttes plus visibles et plus efficaces
    2. Faire connaitre ce texte autour de vous et surtout dans vos réseaux et organisations, pour en débattre, le faire vivre, y inviter un maximum d’associations, de collectifs, de mouvements sociaux, d’organisations et de citoyen.ne.s à rejoindre notre dynamique.
    3. Réfléchir aux actions que nous pouvons mener ensemble pour renforcer les objectifs que nous nous sommes fixés à savoir :


    a. Gagner la bataille du récit ;


    b. Construire une mobilisation démocratique pour un nouveau pacte social, écologique et démocratique ;


    c. Construire un front / renforcer et faire converger les luttes.

    1. Réfléchir enfin à ceci : comment les 4 priorités transversales que ce texte met en avant pourraient être réellement exposées et débattues dans votre organisation ou collectif ? De quoi avez-vous besoin pour mener un tel débat ? Comment voudriez-vous que le débat que nous voulons entamer anime réellement nos organisations en profondeur, et non pas seulement via la signature d’un-e dirigeant-e ou d’un petit comité…
    2. Toute autre contribution est la bienvenue


    C’est très important pour nous de recevoir vos contributions dans les semaines qui viennent ; et si possible avant le 10 juin.


    Contacts et infos pour Rencontre des Continents

    seb.kennes@rencontredescontinents.be


  • Une BD pour lever un voile sur le monde de la finance...


    Les banques, nos vies, le système financier et cette crise financière (re)annoncée...difficile d’y comprendre quelque chose...et pourtant, on a bien conscience qu’il y a quand même des enjeux là-derrière...Alors quand une ex-banquière et un dessinateur-fromager s’unissent pour nous expliquer tout ça, on a bien envie de les soutenir !



    Jeremy Van Houtte est un peu ours, très illustrateur, et aussi fromager Aline Fares est très bretonne, un peu belge, et parle beaucoup… finance.



    Les voilà embarquées dans une aventure commune... créer une bande dessinée inspirée par la conférence gesticulée Chroniques d’une ex-banquière. Tous deux proposent donc de nous accompagner dans la découverte (c’est déjà pas mal !) et même la compréhension (incroyable !) de ce monde obscur et épais.. le système financier. De son fonctionnement de base... à ses dérapages.. en passant par la façon dont tout cela impacte nos vies.. il n’aura plus de secret pour vous !


    Pour soutenir cette création,


    Un manuel animé pour nous expliquer les rouages des "sauvetages des banques"...


    En attendant la sortie de la BD, ils nous concoctent un manuel animé "Sauvetages bancaires en temps de pandémie", qui a pour vocation d’éclairer les mécanismes à l’oeuvre derrière les grands sauvetages et autres plans de relances annoncés par les gouvernements pendant la période de la pandémie de Covid 19. Qui est sauvé, et avec quel argent ? Qui risque de payer la facture ? Et pourquoi, encore une fois, les banques se trouvent-elles au centre de toute cette affaire et sont-elles les premières bénéficiaires des soutiens publics ?


    Plus d’infos sur le travail effectué par Aline et en particulier un de ses articles récents sur les dettes et l’agriculture : >> https://alinefares.net

    --------------------------------------------------


    Vous pouvez déjà découvrir l’introduction...



    [Manuel animé] SAUVETAGES BANCAIRES PAR TEMPS DE PANDEMIE - INTRODUCTION

    et le premier chapitre consacré à ce que les banques financent : crédits, titres financiers, c’est quoi et ça finance quoi au juste ?



    [Manuel animé] SAUVETAGES BANCAIRES PAR TEMPS DE PANDEMIE - CHAP.1 : QUE FINANCENT LES BANQUES ?

    Plus d’informations sur le site https://www.alinefares.net



    En bonus :  un petit glossaire (en tout petit pour rien comprendre :)) pour ceux.celles qui veulent amorcer leur processus interne de clarification financière !


    Dans l’ordre d’apparition des termes dans la video, traduction en anglais entre (...)]


    CREDIT (loan) : emprunt effectué auprès d’une banque


    TITRE FINANCIER (security) (ou "Produit financier" ou "Instrument financier") : reconnaissance de dette qui constitue une valeur mobilière, échangeable. Les actions et les obligations sont des titres financiers.

    ACTION (share) : part du capital d’une entreprise. Les actionnaires sont donc les propriétaires du capital d’une entreprise. La détention d’actions donne droit à des dividendes, c’est-à-dire au versement annuel, par l’entreprise, d’une partie des bénéfice réalisés.


    OBLIGATION (bond) : titre de dette émis par une entreprise ou une administration publique et vendu sur les marchés. Sa détention donne droit à des intérêts périodiques (mensuels, annuels, ...) et au remboursement du capital lorsqu’il arrive à échéance.

    BANQUE COMMERCIALE ou "Banque de dépôt" ou "Institution de crédit" (retail bank) : banque dont l’activité principale consiste à octroyer des crédits aux particuliers, aux entreprises et aux administrations publiques, à collecter l’épargne, et à fournir des services de paiement (par carte, retrait, virement...).


    BANQUE D’AFFAIRE ou « banque d’investissement » (investment bank) : banque dont les activités sont menées sur les marchés financiers ou en lien direct avec ceux-ci. Elle peut également faire du conseil et de la gestion pour le compte d’entreprises (augmentations de capital, introductions en bourse, émissions d’emprunts obligataires, etc.) et d’états (émissions
    obligataires). Une banque d’affaires finance ses activités en empruntant aux autres banques et aux autres acteurs des marchés financiers (assureurs, fonds d’investissements, fonds monétaires, hedge funds,...).

    BANQUE UNIVERSELLE (universal bank) : banque regroupant et exerçant les différents métiers de la banque de dépôt, de la banque d’affaires et d’assureur. C’est le cas des très grandes banques dont il est question dans cette vidéo : ce sont d’immenses conglomérats financiers, actifs sur tous les métiers financiers, à l’échelle internationale. [ce mot n’apparaît pas dans la vidéo mais est souvent utilisé lorsqu’on parle des activités bancaires]


    MARCHE SECONDAIRE (secondary market) : marché où s’effectuent des négociations et des transactions relatives aux instruments financiers déjà en circulation. Celles-ci peuvent être réglementées (la Bourse), de gré à gré (non régulé, directement entre le vendeur et l’acheteur) ou effectuées par certaines institutions financières (banques, fonds...) qui peuvent exécuter les ordres d’achat au nom de leurs clients.

    BILAN (balancesheet) : document comptable qui évalue la situation patrimoniale d’une entreprise (exemple au hasard : une banque) à intervalles régulier (en général : trimestriel). D’un côté, il y a les biens de l’entreprise (ses "actifs" en langage comptable, ce qu’elle possède). En font partie, par exemple, les immeubles dont elle est propriétaire, son parc de véhicules ou de machines, ses stocks (matières premières, marchandises) qui pour une banque sont constitués des crédits contractés par ses clients et des titres financiers. De l’autre côté se retrouvent les sources de financement de l’entreprise (ses "passifs" en langage comptable, ce qu’elle doit). Il s’agit par exemple du capital investi par les actionnaires, de réserves et "bas de laine" constituées à partir des profits générés par l’activité, d’emprunts effectués auprès de banques (crédits) ou sur les marchés financiers (obligations) mais aussi de dette auprès de ses clients (argent dû aux client.e.s, dans le cas d’une banque : les dépôts et les comptes épargne. [tout ceci est détaillé dans les chapitres 2 et 3 du manuel animé]



     


  • Ceci n’est qu’un édito de plus sur « la crise », mais...

    (par l’équipe de RDC)


     



     


    Mais si on se racontait des histoires ? Des petites, individuelles, des grandes, collectives et sociétales ? Et si on choisissait d’y mettre de la poésie, de la solidarité, des oiseaux rebelles, des
    fleurs qui déchirent les pavés ? Et si on choisissait d’y inclure tous les êtres vivants ? Et qu’on passe à l’action pour ne pas que raconter ou écrire, mais vivre nos récits ?



    La "crise" déclenchée par la pandémie mondiale, a mis un coup de projecteur supplémentaire sur « les dérives du système actuel et la fragilité de nos sociétés ». On connaissait la chanson, maintenant on l’entend de plus en plus. Et c’est tant mieux. Et si on se jouait de cette situation historique et étrange, d’exception en occident, pour transformer les rapports de force et exiger, s’organiser pour que les cartes soient rebattues ?


     


    « Pas de retour à l’anormal », « Pour un autre monde d’après », etc. Ces slogans se sont vite répandus dans les mouvements sociaux. Alors ce fameux « monde d’après », qui galvanise tant d’imaginaires, se dessinera-t-il avec les femmes, avec les minorisé·e·s, les LGBTQI+, les personnes sans papiers et migrantes, sans logement, les aîné.e.s et toutes les couleurs de peau ? Et dans ce monde, y aura-t-il une place pour la culture ? Et la terre, comment en prendra-t-on soin ?...Comment on prendra soin de nous, ensemble ?


     


    Il est essentiel pour RDC ou d’autres acteurs de prendre position au-delà des signatures de cartes blanches et de nous situer par des actes, à notre échelle, aux cotés d’autres organisations et collectifs issus de la société civile et des mouvements sociaux qui luttent sur le terrain et veulent se rejoindre. Ils/elles appellent à gagner la bataille du récit, à créer une force capable de renforcer et faire converger les luttes, pour faire alliances et lutter ensemble, aider à concrétiser de vraies conquêtes sociales et une rupture écologique avec le système mortifère actuel.


     


    Si vous passez la porte (le clic) de la newsletter, vous verrez que (même si on ne vous a pas invité :)), que comme Clément un des piliers de nos VolonTerres et membre de notre cercle cœur, que « RdC c’est un
    collectif comme une famille qui cultive l’idée d’un monde plus juste ». Et nous tentons donc de sèmer les graines d’autres possibles en cuisinant sainement la diversité du monde. Un monde « simplement juste » serait insuffisant, (et on pense fortement que dire « un monde plus juste » risque de finir par simplement penser "suffisament juste"...et donc ne rien ou pas/peu changer la situation), car la survie des peuples du monde, de la biodiversité, du monde animal et de notre diversité culturelle ne peut plus se suffire de "plus de justice"...Si nous voulons l’égalité et le respect pour toutes.tous, nous devrons ensemble la construire et l’obtenir.


    Sommes nous de douces rêveuses et de doux rêveurs pour projeter un après si différent de l’avant ? C’est bien possible. Mais même si ce n’est qu’un prétexte (un de plus), il n’empêche que nous n’avons d’autre choix que de nous mettre en liens, en récits et surtout en actions pour dessiner et construire ce monde où chacun.e aurait une place, ou chacun.e aurait le droit de respirer librement. Les évènements récents aux états-unis de la mort de George Floyd en disent long sur les chemins à parcourir pour l’égalité et la justice...


    Dans les campagnes comme dans les quartiers populaires...Il va nous falloir du courage, de l’audace et beaucoup de solidarités pour avancer sur ce chemin. Il va nous falloir des forces vives, des chants qui revigorent, des têtes qui pensent des itinéraires en dehors des cartes et chemins déjà connus, des corps qui dansent et résistent, des gens qui dialoguent au-delà de leurs réseaux, des bras qui plantent et des flambeaux pour éclairer les chemins obscurs.


    Avec Starhawk, nous nous demandons « Comment affrontons-nous l’obscur, nous qui sommes au bord de l’anéantissement ? Comment trouvons-nous l’obscur en nous, comment le transformons-nous, comment le possédons-nous comme notre propre pouvoir ? Comment le rêver en une nouvelle image ? Comment le rêver en actions qui changeront le monde et mettrons fin aux contes d’horreur, et à la série longue de leurs victimes ? »


    Bienvenue, à nos côtés, pour continuer à (nous) questionner, et agir et essayer de répondre et de réinventer. Dans les rues, les quartiers, les villages, les champs, les magasins, les collectifs, les associations, les foyers, les bandes d’ami.e.s, autour d’un repas et aussi dans les administrations, les services publiques, le monde politique, bref partout où pour vous, ça « fait sens » de ne pas rester muette.


    Si vous (dé)passer la porte de la newsletter, vous verrez que (même si on ne vous a pas invité.e), que comme Clément, un des piliers de nos VolonTerres et membre de notre cercle cœur, que « RdC c’est un collectif comme une famille ou bande d’ami.e.s qui cultive l’idée d’un monde simplement juste (car on doute que « plus juste » soit désormais suffisant), et tente de sèmer les graines d’autres possibles en cuisinant sainement la diversité du monde. »


     


    On vous donne déjà RDV à travers cette newsletter et de là partout où il nous sera possible de nous retrouver en pensées et/ou à distanciation physique. Et aussi par écrans interposé si nécessaire :)


     


    Et on vous réserve encore quelques dates et surprises avant fin juin :)


    (L’équipe de RDC)


juin 2020 :

mai 2020 | juillet 2020

Inscription à la liste de diffusion
    • Liste de la newsletter