"Interdits ici, exportés là-bas. Mortels partout."

Chaque année, la Belgique exporte des milliers de pesticides vers les pays du Sud global, alors qu’elle les interdit à l’usage sur son territoire.

>>> https://stop-pesticides.be/ <<<

Alors que la législation européenne nous protège (partiellement) en interdisant les pesticides les plus dangereux (cancérigènes, mutagènes, reproductifs et endocriniens), elle autorise toujours la production, le stockage et l’export de ces mêmes produits. En 2018, l’Union européenne a ainsi exporté plus de 81 000 tonnes de pesticides interdits. Et ce commerce toxique rapporte gros : en 2018, l’UE a vendu pour plus de 584 millions d’euros de pesticides interdits aux pays du Mercosur (Brésil, Argentine, Paraguay, Uruguay).
 
La Belgique joue ici un rôle majeur : en 2020, elle est le premier exportateur européen de néonicotinoïdes interdits, des pesticides extrêmement toxiques pour les abeilles et la biodiversité, et qui sont produits à Seneffe en Wallonie.
Des traces de ces pesticides interdits sont ensuite retrouvés dans notre alimentation et dans l’environnement. Sur 5800 échantillons alimentaires analysés en Europe, le carbendazime a été retrouvé dans plus de 1600 d’entre eux. Pourtant, ce pesticide est interdit depuis 2009 dans l’UE pour sa toxicité aiguë chez l’humain et ses très sérieux dangers sur la vie aquatique. Rien qu’en 2019, la Belgique en a produit et exporté plus de 100 tonnes vers 12 pays !

Dans les pays du Sud comme au Brésil, où les cultures de soja et de canne à sucre très gourmandes en pesticides alimentent l’Europe, les pesticides interdits sont légion : 44% des pesticides en circulation dans le pays ne sont pas autorisés dans l’UE. Le manque de protection adaptée des travailleur·euse·s, de formations adéquates, d’autorités de contrôle ou de réglementation efficace engendrent des dégâts colossaux ! Plus de 5 600 brésilien·ne·s sont empoisonné·e·s chaque année à cause des pesticides et plus de 1800 y succombent ! La Belgique a une responsabilité directe dans ce désastre : en 2019, elle a exporté plus de 4000 tonnes de pesticides interdits vers plus de 30 pays !
Ce commerce immoral est contraire aux droits fondamentaux. Les Rapporteurs spéciaux des Nations unies pour le droit à l’alimentation et sur les substances toxiques ont clairement affirmé que « le fait d’exposer la population d’autres pays à des toxines dont il est avéré qu’elles provoquent de graves problèmes de santé et peuvent même entraîner la mort, constitue de toute évidence une violation des droits de l’homme »3. C’est pourquoi ils demandent aux États de mettre fin à cette pratique du deux poids deux mesures et d’adopter un traité global contraignant sur les pesticides dangereux.

Stop à ce commerce toxique de pesticides !
Nous réclamons donc
 => L’arrêt de la production, du stockage et de l’exportation des pesticides interdits par l’Union européenne en Belgique ;
 => L’appui à une régulation européenne ambitieuse en matière de pesticides en commençant par une interdiction européenne de la production, du stockage et de l’exportation des pesticides interdits d’usage sur le sol européen ;
 => L’engagement de la coopération belge au développement à ne pas soutenir la production et l’usage de pesticides de synthèse à travers ses financements bilatéraux et multilatéraux, et à encourager les initiatives qui s’en libèrent.

La Belgique et l’UE se sont engagées oralement ces derniers mois à mettre fin aux exportations.

Signez la pétition et agissez avec nous pour exiger que la Belgique prenne position contre ce commerce cynique et toxique de pesticides interdits.

>>> https://stop-pesticides.be/ <<<

Stop Pesticides !

février 2023 :

janvier 2023 | mars 2023

Inscription à la liste de diffusion
    • Liste de la newsletter